Skip to main content

Les Sénateurs ne vont pas s'approprier le titre de négligés

Remporter deux séries a donné confiance aux joueurs en finale de l'Association de l'Est contre les Penguins

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

PITTSBURGH - L'entraîneur des Sénateurs d'Ottawa Guy Boucher a passé presque la totalité de la deuxième ronde de l'Association de l'Est à rappeler que son équipe était la négligée et que les Rangers de New York étaient des aspirants à la Coupe Stanley, et ce, même lorsque les Sénateurs menaient la série 2-0. Il refusait également de dire s'il croyait que son équipe était également une aspirante légitime à la Coupe Stanley, se contentant de dire qu'elle tentait simplement d'aspirer à gagne la série.

C'était un brin amusant. Même Boucher riait de lui-même.

Cela semble absurde maintenant. 

Les Sénateurs se trouvent en finale de l'Association de l'Est. Ils ont atteint cette étape après avoir éliminé les Rangers en six matchs, mettant fin à la série avec un gain de 4-2 dans le match no 6 au Madison Square Garden mardi. Ils ont inscrit les buts importants et opportuns dans cette série. Ils ont effacé des déficits tard dans les matchs no 2 et 5 pour l'emporter en prolongation. Ils ont rebondi après des revers consécutifs dans les matchs no 3 et 4 pour s'imposer dans les matchs no 5 et 6. 

« Nous avons mérité notre place », a affirmé Boucher.

Et maintenant, les Sénateurs devront accomplir ce que plusieurs observateurs estiment être une tâche herculéenne pour une équipe qui a entamé les séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2017 avec très peu d'attentes et de pression.

Pour atteindre la Finale de la Coupe Stanley, les Sénateurs devront remporter quatre victoires en sept matchs contre les Penguins de Pittsburgh, les champions en titre de la Coupe Stanley qui viennent de disposer des Capitals de Washington, les gagnants du trophée des Présidents, en sept matchs. 

Le match no 1 aura lieu au PPG Paints Arena samedi (19 h (HE); TVA Sports, NBC, SN, CBC).

Le moment n'est pas bien choisi pour cesser d'utiliser la carte des négligés alors que celle-ci a si bien fonctionné pour les Sénateurs. 

Mais ne le dites simplement pas aux Sénateurs.

Malgré toute l'admiration que Boucher, le directeur général Pierre Dorion et certains joueurs ont exprimée envers les Penguins vendredi - « Nous devons nous mesurer à la meilleure équipe de la LNH », a indiqué Boucher - il semblait clair que les Sénateurs ne veulent plus rien savoir de la stratégie de jouer les négligés comme ils l'ont fait contre les Rangers.

Peut-être que le fait de remporter deux rondes procure un capital de confiance à une équipe, même si cette équipe fait face à son plus grand défi jusqu'ici.

« Nous sommes ici pour la même raison qu'eux, a noté le capitaine d'Ottawa Erik Karlsson. Ils connaissent de bonnes séries jusqu'ici, et nous aussi. »

Karlsson n'a pas mordu lorsqu'il lui a été demandé si les Penguins devaient ressentir plus de pression que les Sénateurs puisqu'ils représentent un choix presque unanime pour remporter la série.

Deux des 21 « experts » de NHL.com et du NHL Network, ainsi qu'un des six experts de LNH.com, qui ont effectué des prédictions pour les finales d'association ont choisi Ottawa. 

Pour illustrer à quel point les gens accordaient peu de chance aux Sénateurs lorsque les séries ont commencé, quatre des 21 experts de NHL.com et du NHL Network (un des six de LNH.com) avaient prédit que les Sénateurs allaient vaincre les Rangers en deuxième ronde, et neuf sur 21 (un sur six pour LNH.com) les voyaient venir à bout des Bruins de Boston au premier tour.

« Je crois que les deux équipes ressentent autant de pression, a assuré Karlsson. Elles se retrouvent toutes les deux ici pour une raison. Elles ont toutes deux accompli de bonnes choses tout au long de la saison, tout au long des présentes séries. Nous devons nous assurer que nous allons gérer la pression de la bonne manière. »

Pour ce faire, les Sénateurs ne voient qu'une seule manière de faire les choses.

« Vous amorcez le match avec une égalité de 0-0, et si vous limitez leurs chances de marquer, vous vous donnez une chance de gagner, a résumé le gardien Craig Anderson. J'aime nos chances. »

Il aime les chances des Sénateurs puisque ces derniers, lorsqu'ils jouent comme ils en sont capables et qu'ils respectent leur structure, peuvent neutraliser ce que les Penguins font de bien. 

Pittsburgh souhaite accélérer le jeu et traverser la zone neutre avec de la vitesse. Ottawa connaît du succès en ralentissant le jeu, en provoquant des revirements en zone neutre et en organisant de rapides contre-attaques.

« Je crois qu'il peut être frustrant de jouer contre nous par moments, pourvu que nous respections notre système, a commenté l'attaquant Mark Stone. Nous allons tenter de respecter cette structure. »

Ils ont été en mesure de le faire par séquences seulement contre les Rangers, mais les Sénateurs l'ont tout de même emporté. Et Boucher a mentionné que le fait d'avoir affronté les Rangers devrait servir de préparation pour ce qu'Ottawa va affronter contre Pittsburgh. 

« Je crois fermement que les deux équipes les plus rapides de la ligue sont les Rangers et Pittsburgh, a affirmé Boucher. D'avoir affronté les Rangers dans la ronde précédente nous a permis de nous adapter, et je crois que nous affrontons une équipe assez semblable sur le plan de la contre-attaque. Si vous commettez un revirement, ils sont partis. Ils possèdent une vitesse phénoménale. Vous ne pouvez les rattraper une fois qu'ils ont décollé.
 
« Ce fut difficile de jouer contre les Rangers pour cette raison. Je pense que Pittsburgh mise sur les mêmes attributs, mais ils comptent aussi sur des supervedettes à l'attaque sur trois différents trios, en fonction de ce qu'ils tentent de faire. »

Il parle évidemment de Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Phil Kessel - ou des trois principales raisons qui font des Sénateurs, en théorie, les négligés dans cette série. Ottawa mise sur Karlsson, mais ne possède personne en attaque pour égaler Crosby, Malkin et Kessel au chapitre des aptitudes, du talent et de l'expérience.

« J'ai hâte de relever ce défi, et je sais que c'est le cas pour tout le monde », a évoqué Karlsson.

Cela ne sonne pas comme un joueur qui embrasse le rôle de négligé. 

Les Sénateurs ne sont pas naïfs. Ils savent que la plupart des observateurs du monde du hockey ne les choisissent pas pour l'emporter. Ils savent qu'ils ne sont pas les favoris dans cette série. Mais cela ne signifie pas qu'ils se considèrent eux-mêmes comme les négligés.

« Ils ont prouvé qu'ils étaient la meilleure équipe, mais nous savons ce que nous pouvons faire, et nous savons de quoi nous sommes capables, a ajouté Karlsson. C'est ce que nous allons faire. Si nous y parvenons, nous allons nous placer dans une bonne position. »

En voir plus