Skip to main content

Les Sénateurs ne peuvent profiter de leurs jeux de puissance

Ottawa affiche une disette de 0-en-25 en avantage numérique à l'aube du match no 5 de la finale de l'Association de l'Est

par Amalie Benjamin @AmalieBenjamin / Journaliste NHL.com

OTTAWA - Cela fait plus de trois semaines que les Sénateurs d'Ottawa n'ont pas marqué en avantage numérique, une disette qui remonte au match no 1 de la deuxième ronde de l'Association de l'Est contre les Rangers de New York. Depuis ce temps, les Sénateurs ont vaincu un adversaire qui devait selon plusieurs les battre, et ils ont fait jeu égal avec les champions en titre de la Coupe Stanley les Penguins de Pittsburgh, alors que la finale de l'Association de l'Est est égale 2-2, et que le match no 5 aura lieu au PPG Paints Arena dimanche (15 h (HE); TVA Sports, NBC, CBC).

Et tout ça, sans marquer en supériorité numérique.

Les Sénateurs ont été blanchis à leurs 25 dernières occasions en avantage numérique depuis qu'ils ont marqué dans le match d'ouverture contre les Rangers. Ce filet avait été réussi après qu'Ottawa eut inscrit cinq buts sur le jeu de puissance au cours de leur série de six matchs contre les Bruins de Boston au premier tour. 

« C'est simplement un peu frustrant en ce moment, a noté le défenseur Erik Karlsson. Il n'y a pas grand-chose d'autre à dire. [Les Penguins] font du bon travail pour contrôler nos sorties de zone, et lorsque nous entrons dans leur territoire, nous n'obtenons pas les chances que nous voulons.

« C'est une chose que nous allons régler, mais c'est ainsi que les choses se passent présentement. Nous ne doutons pas que notre jeu de puissance est assez bon pour générer quelques buts de plus, et les choses vont se régler à un moment ou à un autre dans la série. »

Au cours de cette séquence, il y a eu des matchs où le jeu de puissance a été bon, en affichant une bonne possession de rondelle et en obtenant de bonnes chances, même si les résultats ne sont pas ultimement au rendez-vous. Ce n'était toutefois pas le cas dans le match no 4 vendredi, un revers de 3-2 contre les Penguins au Centre Canadian Tire, alors que leur avantage numérique n'a rien provoqué, et qu'Ottawa n'a pu générer de momentum grâce à lui.

« Nous devons commencer par diriger des tirs au filet et aller de l'avant à partir de là, a avancé l'attaquant Clarke MacArthur. Je crois que nos passes et nos sorties de zone n'ont simplement pas été assez solides. Nous devons faire un meilleur travail au chapitre des petites choses qui nous permettent de ralentir le jeu et de vraiment nous installer. »

L'entraîneur Guy Boucher n'a pas cherché à embellir les problèmes des siens en avantage numérique dans le match no 4.

« Je dois être conscient de ce qui se passe et savoir que quand c'est horrible, c'est horrible, a-t-il dit. Nous n'avons pas été horribles. Nous avons eu la possession de la rondelle et nous avons obtenu les chances que nous voulions, nous n'avons simplement pas marqué. Ce n'était pas une bonne journée pour notre attaque massive. Nous devons être meilleurs. »

Les Sénateurs ont terminé le match no 4 avec une fiche de 0-en-4 sur le jeu de puissance, ce qui inclut une séquence de 37 secondes en fin de match alors qu'Ottawa tirait de l'arrière par un but. Ils ont attaqué à 6-contre-4 alors que le gardien Craig Anderson avait été rappelé au banc, mais ils n'ont pu niveler la marque.

Selon Boucher, le problème dans le match no 4 était plus grand. Il n'a pas eu le sentiment que les Sénateurs ont généré grand-chose en possession de la rondelle, peu importe la phase du jeu. « Si vous ne pouvez contrôler la rondelle à 5-contre-5, vous n'allez pas la contrôler en avantage numérique non plus », a-t-il expliqué. 

« Ils ont appliqué une bonne pression, et nous n'avons pas été assez bons au chapitre du soutien et de la vitesse à 5-contre-5. Ce fut la même chose sur le jeu de puissance. »

Cela pourrait toutefois être facilement attribuable aux succès que connaît l'infériorité numérique de Pittsburgh.

« [Dans le match no 4], nous avons assurément fait un pas dans la bonne direction au chapitre de notre agressivité, a souligné l'attaquant des Penguins Carl Hagelin, et nous avons fait du bon travail pour dégager la rondelle quand nous en avions la chance. Nous ne voulons pas accorder à ces joueurs trop de chances de marquer. Au cours du dernier match, nous avons été punis un peu trop souvent, mais nous avons trouvé un moyen d'écouler ces punitions. »

Avant que les Sénateurs ne s'envolent pour Pittsburgh samedi, Boucher a indiqué que l'objectif était que le jeu de puissance donne la victoire aux siens pendant au moins un match par série. Cela ne s'est pas produit au cours des quatre premiers duels de la finale de l'Association de l'Est, mais il faudra vraisemblablement que ce soit le cas pour qu'Ottawa atteigne la Finale de la Coupe Stanley.

« Nous avons pu compter là-dessus dans la première ronde, nous l'avons fait une fois dans la deuxième ronde, et notre jeu de puissance devra assurément faire la différence dans l'un des matchs de la finale d'association, a évoqué Boucher. Ce que je n'ai pas aimé [dans le match no 4] c'est que nous n'avons pas passé de temps en zone offensive en avantage numérique et que nous n'avons pas contrôlé le disque comme nous l'avions fait dans les autres matchs. 

« Ce n'est pas simplement le résultat [dans le match no 4]. C'est surtout les entrées de zone et notre gestion de la pression où nous avons éprouvé de la difficulté. Nous devrons donc faire mieux à ce chapitre, c'est certain. »

En voir plus