Skip to main content

Les Sénateurs comptent sur Erik Karlsson dans le match no 6

Ottawa a besoin que le défenseur relance l'attaque afin d'aider l'équipe à éviter l'élimination

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

OTTAWA - Le capitaine des Sénateurs d'Ottawa Erik Karlsson ne portait rien à son pied droit autre que sa sandale fournie par l'équipe alors qu'il se tenait devant son casier dans le vestiaire pour parler aux journalistes pendant 10 minutes mardi matin.

À un certain moment, après environ cinq minutes de la séance avec les médias, Karlsson a soulevé sa jambe gauche et a placé son pied sur le banc derrière lui, mais cela semblait être une décision principalement motivée par le confort.

Sinon, rien n'indiquait que le défenseur vedette des Sénateurs était aux prises avec une blessure à l'aube du match no 6 de la finale de l'Association de l'Est contre les Penguins de Pittsburgh au Centre Canadian Tire (20 h (HE); TVA Sports, NBCSN, CBC).

« Ce ne sera pas différent des autres matchs », a noté Karlsson.

Nous savons que Karlsson joue avec deux fêlures au talon gauche puisqu'il a lui-même admis souffrir de ces blessures après que les Sénateurs eurent éliminé les Bruins de Boston en première ronde. 

Nous savons aussi qu'il n'a pas disputé les dernières 24:05 du match no 5 contre les Penguins dimanche et la troisième période dans le match no 4 contre les Rangers de New York au deuxième tour alors que lui et l'équipe avaient jugé qu'agir avec précaution était la chose à faire, surtout qu'Ottawa subissait des massacres dans chacune de ces parties.

Nous savons également que Karlsson va disputer le match no 6, un match que les Sénateurs doivent absolument remporter, eux qui tirent de l'arrière 3-2 dans cette série quatre de sept.

Ce que nous ne savons pas, c'est à quel point il est réellement en santé, ou s'il est limité d'une manière ou d'une autre. 

Lorsqu'il lui a été demandé s'il avait aggravé sa blessure dans le match no 5, Karlsson a répondu : « Non. »

Lorsqu'il lui a été demandé si sa blessure l'empêchait de faire ce qu'il voulait, il a répondu : « Non, pas vraiment. »

L'ajout des mots « pas vraiment » pourrait être lourd de sens pour un joueur qui a de toute évidence décidé de demeurer discret sur son état de santé. Cela pourrait aussi ne rien vouloir dire du tout. Nous ne le savons pas.

Peu importe, si Karlsson est de la formation, les Sénateurs doivent présumer qu'il est capable de remplir son rôle habituel. Cela signifie qu'il sera sur la patinoire pendant environ la moitié de la rencontre et qu'il va réaliser des jeux clés afin de générer de l'attaque, de créer des chances de marquer et de permettre aux siens de marquer.

Il ne l'a pas fait sur une base constante au cours des deux derniers matchs et, ce n'est pas un hasard, les Sénateurs ont perdu ces deux rencontres, 3-2 dans le match no 4 et 7-0 dans le match no 5. 

Karlsson a obtenu deux points, deux mentions d'aides, en cinq matchs contre les Penguins. Il avait récolté 13 points (deux buts, 11 passes) au cours des 12 premières parties d'Ottawa, six contre chacun de leurs deux premiers adversaires, les Bruins et les Rangers.

Bien que cela aiderait grandement, Karlsson ne peut blâmer le jeu de puissance pour son manque de production. Ottawa n'a pas touché la cible en avantage numérique au cours des 10 dernières rencontres, avec un rendement de 0-en-29, mais Karlsson avait tout de même amassé sept points à forces égales contre les Rangers.

Il n'a tout simplement pas produit au même rythme contre les Penguins.

« Je crois que cette série a été différente des deux autres, a souligné Karlsson. Nous avons eu besoin d'un apport différent de joueurs différents. Ils ont fait du bon travail de leur côté, et c'est pourquoi ils mènent 3-2. Nous avons bien fait à certains moments nous aussi. Il ne faut rien faire de spectaculaire pour remporter des matchs. Ce qui est arrivé dans le passé appartient au passé. Aujourd'hui, nous allons sauter sur la glace et tout le monde va tenter de disputer le meilleur match possible, individuellement et en tant qu'équipe. »

L'entraîneur d'Ottawa Guy Boucher a indiqué que Karlsson avait été limité dans ce qu'il pouvait accomplir offensivement, puisque les Sénateurs ont obtenu un nombre limité de chances de marquer en raison de revirements en territoire défensif ou de mauvaises sorties de zone en général.

Cela a été particulièrement évident dans le match no 5, alors que les Penguins ont marqué leurs quatre buts à forces égales après que les Sénateurs eurent commis un revirement dans leur territoire. 

« Si nous leur remettons constamment la rondelle sur des revirements, ils seront dans notre zone pendant une minute, une minute et demie, et vous vous épuisez, a expliqué Boucher. Je sais qu'Erik ressemble parfois à Superman parce qu'il passe beaucoup de temps sur la glace, mais il n'est pas Superman. Il est comme tous les autres. À un certain moment lorsque vous vous vous défendez constamment parce que vous donnez le disque à l'autre équipe, ce n'est plus une question d'espace, c'est une question d'énergie, et vous avez dépensé votre énergie lorsque l'espace est disponible devant vous. Karlsson, comme nos autres joueurs, doit limiter cela. Si nous limitons ces revirements, nous allons nous donner une chance. Si nous continuons à en commettre, eh bien, nous allons leur donner le momentum, l'espace, l'énergie, l'enthousiasme et tout ce dont ils ont besoin pour jouer comme ils le souhaitent. »

Ironiquement, Karlsson, même s'il est éclopé, a besoin de toutes ces choses pour être lui-même. 

Ces choses se produisaient au cours des deux premières rondes des séries et au début de la finale d'association. Il n'a pas joué comme il en est capable au cours des deux derniers duels puisqu'il n'a pas eu de momentum, d'espace, d'énergie et d'enthousiasme. 

Les Sénateurs vivent au rythme de Karlsson, alors ils doivent l'aider à retrouver tout cela dans le match no 6, ou il n'y aura pas de match no 7. 

« Nous allons faire tout ce que nous pouvons pour disputer le match que nous voulons, et si nous y parvenons, nous allons avoir une bonne chance de l'emporter, a assuré Karlsson. Il s'agit simplement d'exécuter au bon moment, et ce soir semble être un bon moment. »

En voir plus