Skip to main content

Les Sénateurs à une victoire de participer à la grande danse du printemps

LNH.com @NHL

OTTAWA (PC) - Les Sénateurs d'Ottawa ne sont plus qu'à une victoire d'accéder à la grande danse du printemps dans la LNH après avoir vaincu les Sabres de Buffalo 1-0 dans le troisième duel de la finale de l'Est, lundi.

Daniel Alfredsson a réussi son neuvième filet des séries et le gardien Ray Emery a repoussé les 15 tirs auxquels il a fait face pour signer son troisième blanchissage, à la grande satisfaction de la salle comble de 20 171 spectateurs à la Place Banque Scotia.

Mercredi, dans le même amphithéâtre, les champions de la LNH en saison régulière tenteront d'éviter le balayage de la série. Seulement deux équipes dans l'histoire de la LNH ont surmonté un retard de 0-3. Les Islanders de New York ont été les derniers en 1975.

"S'il y a une équipe qui peut accomplir l'exploit, nous sommes l'une d'elles, a commenté l'ailier Jason Pominville. On a été la meilleure équipe de la ligue en saison régulière. On sait qu'on peut être meilleur. On le dit depuis longtemps. On doit s'en convaincre et passer à l'action. Si on gagne le prochain match, et on s'en retourne à la maison, qui sait ce qui pourrait arriver?"

C'est la première fois cette saison que les Sabres étaient blanchis. Ils ont de nouveau été mauvais en supériorité numérique, ne générant aucune véritable chance de marquer au cours des six jeux de puissance qu'ils ont obtenus.

Les Sabres sont zéro-en-18 en avantage numérique dans la série. Heureusement pour eux que Ryan Miller était en forme parce qu'ils auraient subi une défaite cuisante. Miller a bloqué 31 tirs.

"La situation est frustrante, a admis Pominville. On doit trouver des façons d'envoyer la rondelle vers le filet. Les Sénateurs exercent tellement de pression, on n'a pas le temps de s'organiser."

Gonflés à bloc

Les Sénateurs ont imposé le rythme dès le départ, en lançant des attaques qui venaient de tous bords tous côtés. Miller a frustré Dany Heatley, Alfredsson et Mike Fisher, entre autres.

Auteur de 12 arrêts en première période, le grand gardien a effectué son plus spectaculaire aux dépens de Chris Kelly, qui s'est présenté seul devant lui.

Les Sabres se sont vus offrir deux occasions en supériorité numérique vers la fin du tiers initial. Ils n'ont rien fait qui vaille, les Sens exerçant une bonne maîtrise du disque au cours de longues séquences.

Alfredsson marque

Les hôtes ont continué sur leur lancée en deuxième période. A peine plus sollicité, Emery a eu à se montrer vigilant face à Maxim Afinogenov et à Pominville. A l'autre bout, Miller a continué son excellent travail.

Miller a finalement cédé à 13:40, Alfredsson profitant qu'il n'ait pu mettre la main sur la rondelle à la suite de la frappe sur réception imprécise de Heatley qui a rebondi sur la bande. Le Suédois n'a eu qu'à pousser le caoutchouc dans l'ouverture béante.

"Vous provoquez votre propre chance quand elle vous sourit, a dit Alfredsson. Depuis le début des séries, je me retrouve souvent au bon endroit au bon moment, comme ce fut le cas ce soir.

"On a amorcé le jeu dans notre zone, a-t-il expliqué. J'ai fait une passe au défenseur Anton Volchenkov qui a repéré Jason Spezza. Moi, je me suis dirigé vers le but au moment où Dany Heatley décochait son lancer. La rondelle est apparue à mes pieds."

Après deux périodes, l'avantage de 22-10 que détenaient les Sénateurs au chapitre des lancers était le reflet fidèle du déroulement de la soirée.

Le scénario des deux premiers vingts s'est poursuivi en troisième. Les Sabres se sont butés à la défense étanche de leurs adversaires.

En voir plus