Skip to main content

Les Sedin sur le point d'atteindre un sommet avec les Canucks

Avec deux points de Daniel, lui et Henrik deviendront les premiers frères à marquer 1000 points chacun dans la LNH

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Journaliste NHL.com

Le moment a traduit tout ce que Henrik Sedin a représenté pour sa ville, son équipe, la LNH et ce que ces derniers ont signifié pour lui.

Le 20 janvier, il a accepté une passe de son frère, Daniel, pendant un surnombre. Il a feinté et marqué pour les Canucks de Vancouver au Rogers Arena, récoltant ainsi un 1000e point. La sirène a retenti. La musique a joué à tue-tête. Ses coéquipiers l'ont entouré.

En retournant au banc des siens, Sedin a reçu les félicitations du gardien qu'il venait tout juste de déjouer : Roberto Lungo, un ancien coéquipier. De façon amicale, Sedin a passé sa main au visage de Luongo. Il a salué les partisans et les a applaudis dans un échange de remerciements mutuels.

Bientôt, ce sera au tour de Daniel. Il n'est qu'à deux points du plateau des 1000 en carrière alors que les Canucks se préparent à affronter les Islanders de New York au Barclays Center, mardi (19h HE, MSG+, SNP, NHL.TV). Daniel ne se soucie guère de la façon, du lieu ou du moment, c'est plutôt avec qui il atteindra cette marque qui compte pour lui.

« On a tout fait ensemble et traversé des moments bons et difficiles, a dit Daniel en parlant de son frère. Si je peux atteindre cette marque avec lui sur la glace, ce serait très important pour moi. »

Ce sera l'occasion d'apprécier tout ce que Daniel représente en tant qu'individu. Il mérite son moment, tout comme Henrik l'a vécu.

Daniel sera le 87e joueur à atteindre le plateau des 1000 points dans une ligue qui vient tout juste de célébrer son 100e anniversaire et a vu passer plus de 7600 joueurs au cours de son histoire. Il sera le 39e à réaliser l'exploit avec une seule équipe, le deuxième avec les Canucks.

Voici un joueur qui a remporté le trophée Art Ross comme meilleur marqueur de la Ligue et été au plus fort de la course pour le trophée Hart en 2010-11, une saison après que son frère eut remporté les deux honneurs. Il a déjà marqué 41 buts en une saison et au moins 20 buts à 10 reprises.

Ce sera aussi le moment de souligner ce que les jumeaux Sedin ont représenté l'un pour l'autre, d'autant plus que ce pourrait être leur dernière saison dans la LNH.

Jamais auparavant la LNH n'a vu deux frères marquer 1000 points chacun, encore moins au sein de la même équipe au même moment et surtout pas deux jumeaux ayant joué sur la même ligne la plupart du temps.

Les deux frères sont chacun responsables des succès de l'autre. Après quelques mouvements du directeur général des Canucks de l'époque, Brian Burke, les jumeaux ont été sélectionnés l'un après l'autre : Daniel au deuxième rang et Henrik au troisième rang. Ils sont venus de Suède jusqu'en Amérique du Nord ensemble en 2000-01. Chacun s'est fait complice sur les buts de l'autre 414 fois : Henrik sur des buts de Daniel à 267 reprises et Daniel sur des filets d'Henrik à 147 occasions.

« Quand j'ai atteint les 1000 points, je ne le voyais pas comme une si grosse réussite, a mentionné Henrik. Mais quand c'est arrivé, j'ai réalisé ce que ça voulait dire, surtout en voyant la réaction de mes coéquipiers, qui ont tous sauté sur la glace, et des gens autour de moi. »

Les Sedin ne sont plus les joueurs qu'ils ont déjà été, mais ils sont les mêmes personnes : humbles, polis, loyaux.

Ils ont 37 ans et les Canucks ont un nouvel entraîneur en Travis Green, une relève en Brock Boeser et Bo Horvat et un style de jeu plus rapide. Le temps de glace moyen d'Henrik est passé de 19 :02 la saison passée à 14 :16 cette année, celui de Daniel de 18 :23 à 14 :12. Ils s'y attendaient. Ils l'ont accepté.

« J'ai déjà vu des joueurs étoiles avoir de la difficulté à accepter que leur temps de glace diminue, a affirmé Green. Ces deux gars-là sont dignes du Temple de la renommée, pas seulement grâce à ce qu'ils font sur la glace, mais aussi en raison de leur caractère. »

Leur plus grosse déception est évidente : ils n'ont jamais remporté la Coupe Stanley. Ils sont venus à une victoire de réussir en 2011, mais ils ont perdu les matchs six et sept de la finale contre les Bruins de Boston. Chacun écoule la dernière année de son contrat, mais aucun des deux ne veut aller ailleurs pour tenter de soulever le précieux trophée.

« Cette ville est tellement importante pour nous et on le sait depuis que la direction et les entraîneurs ont cru en nous. Ça aurait été tellement simple de nous échanger parce qu'on ne jouait pas à la hauteur des attentes. Cette confiance a été importante pour nous », a expliqué Daniel.

Selon Henrik, « être ici depuis si longtemps et partir pour un mois ou deux pour peut-être avoir la chance de remporter la Coupe aurait été bien, mais ça n'aurait pas été aussi agréable que de la gagner dans l'uniforme des Canucks. On fait partie d'une équipe qu'on a bâtie durant tant d'années. Ça n'aurait tout simplement pas été pareil pour nous. »

Les deux frères termineront la saison avec les Canucks et évalueront leur futur. Peu importe quand ils quitteront la LNH ou à quel rang ils se trouveront sur la liste des marqueurs, ce sera différent à Vancouver.

« Ils ont été une bénédiction pour la ville de Vancouver, a affirmé Burke, maintenant président des opérations hockey des Flames de Calgary. Ils ont été tellement importants pour la Ligue nationale de hockey. Ce sera un bien triste jour pour notre Ligue quand les deux seront partis. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.