Skip to main content

Les Sedin sont à la maison à Vancouver

Les anciens attaquants ont décidé de rester dans la ville où ils ont passé 17 saisons avec les Canucks après avoir pris leur retraite

par Kevin Woodley / Correspondant indépendant LNH.com

VANCOUVER - Henrik Sedin admet que quelques fois en début de carrière, son frère jumeau Daniel et lui ont pensé abandonner la LNH et retourner à la maison en Suède.

Critiqués pour ne pas avoir été à la hauteur des attentes qui viennent avec le fait d'être sélectionnés au deuxième et au troisième rang du Repêchage 1999 par les Canucks de Vancouver, les frères Sedin ont, par moments, considéré de faire de leur premier contrat dans la LNH leur dernier.

À LIRE AUSSI Les Sedin prêts à être honorés par les Canucks | Les Sedin fébriles du présent et de l'avenir des Canucks

« Il est arrivé que nous nous soyons dit "Ah, retournons à la maison pour jouer avec MoDo", a raconté Henrik en faisant référence à une équipe locale en Suède. Mais ce n'est pas arrivé souvent, peut-être à l'occasion lorsque tu t'ennuies de la maison et que tu te mets à trop penser pendant la nuit. »

Tout cela rend la semaine de célébration de leurs 17 saisons avec les Canucks encore plus remarquable. Non seulement ils seront les premiers frères à voir leurs chandails retirés en même temps - mercredi lors d'une cérémonie d'avant-match - mais ça se fera dans une ville qu'ils considèrent encore comme la maison.

Près de 20 ans après que les critiques les aient presque retournés en Suède, et 20 mois après leur retraite du hockey, les deux hommes de 39 ans sont toujours des résidents de Vancouver. 

« Nos enfants ont grandi ici. Nous aimons ça ici. Les gens sont respectueux et gentils. Ça nous rappelle beaucoup les Suédois pour tout dire, a relaté Daniel. La ville est superbe, nous sommes des Vancouverois. »

Les deux plus grands joueurs de l'histoire des Canucks ont adopté ce gentilé. Henrik est le meneur de tous les temps des Canucks pour les matchs joués (1330), les points (1070) et les passes (830); Daniel est le meneur au chapitre des buts marqués (393), et arrive au deuxième rang derrière son frère pour les matchs disputés (1306), les mentions d'aide (648) et les points (1041). Ils sont les deux seuls frères de l'histoire de la LNH à avoir inscrit au moins 1000 points chacun, mais ça ne les a pas empêchés d'être mis en vedette dans des écoles pour enfants et des événements sportifs.

Ils ont d'ailleurs donné le coup d'envoi de cette semaine de célébrations en participant à un demi-marathon dimanche - deux modèles locaux se fondant assez facilement dans une foule de 2000 personnes malgré le fait qu'ils courent côte à côte avec des dossards portant les numéros sur le point d'être retirés.

« Nous essayons de courir suffisamment vite afin qu'ils ne puissent pas nous parler, a dit Henrik en riant. Ça nous surprend un peu de pouvoir faire cela, il y a des commentaires et des gens qui nous regardent, mais ils nous traitent toujours avec respect. »

Daniel est même en mesure de faire du bénévolat comme brigadier à l'école que ses enfants fréquentent. 

« Il faut garder les enfants en sécurité », a-t-il affirmé.

Les Sedin croient qu'ils se sont adaptés en douceur à la retraite, principalement parce qu'ils sont partis au bon moment, après une saison où ils ont terminé deuxièmes et troisièmes meilleurs pointeurs des Canucks. Mais ils croient aussi que la transition s'est faite plus facilement parce qu'ils sont restés à Vancouver. Ça leur permet de rester près du hockey et d'aller épier les Canucks au Rogers Arena de temps en temps.

« On entend beaucoup d'histoires de gars qui ont fait une dépression une fois à la retraite, puisque les choses n'allaient pas comme prévu. Ce n'est pas le cas pour nous, a assuré Henrik. Ç'a vraiment aidé de rester ici. Si nous étions retournés directement en Suède, je pense que ça aurait pu nous frapper autrement. Nous restons aux alentours, nous regardons beaucoup de matchs, nous pouvons venir ici et voir les gars, alors nous pouvons nous sentir encore un peu dans le coup. »

Le fait qu'ils soient également devenus une si grande partie de la communauté n'est pas une surprise pour Trevor Linden, l'un des quatre autres joueurs à voir son numéro retiré par les Canucks.

« Quiconque entre en contact avec ces gars-là sait qu'ils ne sont que des gars de famille terre-à-terre, humbles et travaillants, a déclaré Linden. Et ils peuvent comprendre cela. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.