Skip to main content

Les Sedin ont acquis le respect de leurs adversaires

Vigneault, Quenneville, Toews et Lundqvist sont élogieux à propos des deux attaquants des Canucks, qui s'apprêtent à prendre leur retraite

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste NHL.com

Lundi, Daniel Sedin et Henrik Sedin ont annoncé qu'ils prendraient leur retraite à la fin de la saison régulière.

Les Sedin, 37 ans, ont été sélectionnés par les Canucks avec les deuxième et troisième choix au Repêchage 1999 de la LNH. Ils joueront les trois derniers matchs de la saison des Canucks cette semaine, à domicile contre les Golden Knights de Vegas, mardi (22 h HE, SNP, ATTSN-RM, NHL.TV), et face aux Coyotes de l'Arizona, jeudi, ainsi qu'à l'étranger contre les Oilers d'Edmonton, samedi.

Les Sedin, qui ont joué l'entièreté de leurs 17 saisons dans la LNH avec les Canucks de Vancouver, n'étaient pas seulement des joueurs spéciaux. Ils étaient aussi des personnes spéciales selon Alain Vigneault, qui les a dirigés de 2006 à 2013 à Vancouver.

À LIRE AUSSI : Les Sedin, toujours avec classe

« Ils prenaient les choses en main », a décrit Vigneault, l'entraîneur des Rangers de New York depuis le début de la saison 2013-14. « Ils prenaient leurs responsabilités. Ils n'essayaient pas de rien mettre sur le dos des autres. C'est comme ça qu'ils étaient. C'était les jumeaux. Et chaque fois qu'ils connaissaient du succès, et ils en ont connu beaucoup, c'était toujours grâce aux autres. Ils étaient des exemples à suivre. »

Vigneault était l'entraîneur des Canucks quand les Sedin ont mené l'équipe à la Finale de la Coupe Stanley 2011, qu'ils ont perdu aux mains des Bruins de Boston en sept matchs.

« N'importe qui ayant mis le pied dans ce vestiaire, jeune ou vieux, sait qu'ils personnifiaient le concept d'imputabilité. Chaque fois qu'un jeune joueur arrivait, ces deux gars-là avaient l'habitude de l'inviter à manger. Ça vous montre à quel point ils étaient bons pour l'équipe. »

Henrik, le capitaine des Canucks depuis 2010-11, est le meneur de la concession pour les matchs joués (1327), les assistances (828) et les points (1068). Il a remporté les trophées Hart et Art Ross en 2009-10 après avoir totalisé 112 points (29 buts, 83 assistances) en 82 matchs.

Daniel mène les Canucks au chapitre des buts (391) et vient au deuxième rang pour les aides (647), les points (1038) et les matchs joués (1303). Il a gagné les trophées Art Ross et Ted Lindsay en 2010-11 au terme d'une campagne de 104 points (41 filets, 63 passes) en 82 parties.

À LIRE AUSSI : Les Sedin à travers les années

Le gardien des Rangers Henrik Lundqvist a joué derrière les Sedin à plusieurs occasions pour la Suède sur la scène internationale, notamment aux Jeux olympiques 2006 de Turin quand ils ont gagné la médaille d'or.

« Ils sont tellement humbles. Humbles et professionnels dans tout ce qu'ils accomplissent, a dit Lundqvist. On savait toujours à quoi s'attendre. Ils étaient agréables à côtoyer. La première fois que je les ai rencontrés, j'avais 16 ans. Ils dominaient la Ligue élite de Suède et moi et mon frère (Joel Lundqvist) avons eu l'occasion de les rencontrer. Pour nous, c'était gros. Ils ne s'en souviennent probablement pas, car nous n'étions que deux joueurs d'âge junior, mais nous étions des jumeaux et ils ont fait le lien. »

« Évidemment, en ayant un jumeau, c'était vraiment bien de les voir et de les rencontrer. Au fil des ans, quand j'ai eu l'occasion de les connaître lors de tournois, j'ai toujours eu l'impression qu'ils étaient restés les mêmes. Ils étaient le même genre de personnes et c'était génial d'être dans la même équipe qu'eux parce qu'ils sont tellement solides. »

Le défenseur des Jets de Winnipeg Toby Enstrom, 33 ans, a grandi avec les Sedin à Ornskoldsvik en Suède et il a mentionné qu'ils imposaient le respect sur la glace comme à l'extérieur de celle-ci.

« Ce qui m'impressionne le plus est qu'ils ont toujours été les mêmes. Ils n'ont pas changé dans leur façon de traiter les gens, a expliqué Enstrom. Ils sont tellement respectés pour cette raison. C'est dur de décrire en mots ce qu'ils ont accompli au hockey. Au-delà de tout ça, c'est leur façon d'être à l'extérieur de la patinoire. Ils traitent tout le monde de la même manière. »

« Je les regardais jouer lorsque j'étais jeune, donc c'est plutôt triste de les voir quitter le hockey. Mais si ces deux gars sentent qu'ils n'ont plus rien à donner, ils ne continueront pas de le faire et c'est ce qu'il faut respecter d'eux. »

Le capitaine des Blackhawks de Chicago Jonathan Toews s'émerveille de la constance et de la durabilité dont ont fait preuve les Sedin dans la LNH.

« C'est incroyable, a dit Toews. C'est un sport de jeunes, mais ils sont encore capables de réaliser des jeux et de faire la différence pour leur équipe chaque soir. Ce sera un soulagement de ne plus les affronter à l'avenir. »

« Je suis certain qu'ils veulent se retirer en étant au sommet et en sentant qu'ils pourraient jouer quelques saisons supplémentaires, donc tu respectes leur décision, évidemment. Il faut souligner les années qu'ils ont connues et les affrontements qui nous ont opposés à eux et à leur équipe. »

L'entraîneur des Blackhawks Joel Quenneville a avoué que les Sedin étaient toujours difficiles à affronter.

« Ils ont donné beaucoup de fil à retordre aux équipes avec leur façon unique de communiquer sur la glace et leur capacité à se trouver l'un et l'autre, a expliqué Quenneville. Ils étaient bien coordonnés. Leur synchronisme était extraordinaire, tout comme leur sens de l'anticipation et leurs passes. Je dirais qu'ils ont eu des carrières plutôt incroyables. »

« Nous avons eu de bons duels avec eux en séries éliminatoires et ils sont compétitifs chaque soir. On ne peut que leur souhaiter le meilleur. La Ligue a été meilleure grâce à eux. »

Lundqvist a déclaré qu'en Suède, les frères Sedin seront considérés parmi les plus grands joueurs de tous les temps.

« Même s'ils n'ont pas joué longtemps au sein de la Ligue élite de Suède (1997 à 2000), ils ont vraiment fait leur marque avec leur façon de jouer, a affirmé Lundqvist. Je pense que les gens ont aimé les voir jouer. Puis, ils sont arrivés ici et ils ont joué de la même manière et ont pu dominer tout autant. Ce qui est bien, je pense, c'est que leur façon de jouer les distingue de beaucoup de joueurs. »

*Avec la contribution de Dan Rosen et Tracey Myers

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.