Skip to main content

Les Sabres continuent de gagner malgré l'absence d'un tiers de la formation

LNH.com @NHL

TORONTO (PC) - Les Sabres de Buffalo ne cherchent qu'à impressionner la galerie, non?

Malgré l'absence du tiers des joueurs de la formation à cause de blessures, les meneurs au classement de l'Association Est continuent de bien faire, avec un dossier de 9-1-1 à leurs 11 plus récentes sorties.

Combien d'équipes dans la LNH pourraient survivre, et encore moins exceller, sans les services d'attaquants tels que Chris Drury, Maxim Afinogenov, Ales Kotalik, Daniel Paille, Paul Gaustad et Tim Connolly, et du défenseur Jaroslav Spacek?

Les Sabres n'ont pas pressé le bouton de panique. Ils n'ont même pas cherché à savoir où il se trouvait. Pas de problème, ont-ils dit. Se sont amenés les attaquants Drew Stafford, Clarke MacArthur, Michael Ryan, Patrick Kaleta et Mark Mancari du club-école de Rochester, dans la Ligue américaine. Non seulement les joueurs rappelés ont-ils comblé le vide, mais ils ont si bien joué que les Sabres n'ont pas ralenti du tout.

"C'est incroyable, a reconnu le cocapitaine Daniel Brière. Il faut donner crédit au personnel d'entraîneurs à Rochester, ça fait maintenant deux ans de suite que des gars montent et aident l'équipe. Et ils ne font pas seulement qu'aider, ils jouent un rôle important au sein de l'équipe dans le dernier droit."

Selon Brière, c'est avant tout à cause du gardien étoile Ryan Miller que les Sabres continuent de gagner, mais il est également impressionné, comme tout le monde, par la profondeur de l'équipe.

En cette époque du plafond salarial, ce sont des équipes comme Buffalo qui connaissent le plus de succès. Les Sabres pourraient être en voie de devenir la version LNH des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, la concession modèle du football professionnel, qui a perdu des éléments clés et a su les remplacer sans ralentir.

"C'est excitant de savoir que nous avons autant de profondeur, a dit Miller, la première étoile dans la victoire des Sabres, samedi, à Toronto. C'est bien de voir ces gars-là s'amener et montrer qu'ils ont faim, qu'ils veulent rivaliser avec les meilleurs. Ils ont tous le sentiment de contribuer et (l'entraîneur) Lindy (Ruff) leur donne beaucoup de temps de glace. Ils se sentent en confiance."

Ruff a parlé de Miller et d'une escouade d'arrières relativement en santé pour expliquer la bonne séquence des siens, ajoutant que la chance a fait en sorte que les blessures sont survenues à l'attaque, une position où le club a de la profondeur.

"Nous avons des joueurs à Rochester que nous avons rappelés et qui sont de très bons joueurs. Ils ont rehaussé leur niveau de jeu et prouvé qu'ils pouvaient disputer du hockey de qualité dans la LNH, a noté Ruff. C'est là que nous avons de la profondeur dans notre organisation et ils ont fait du très bon travail."

Stafford, qui a marqué le but vainqueur dans le gain de 3-1 contre les Maple Leafs, samedi, n'est pas surpris de voir que lui et ses confrères de la Ligue américaine ont abattu du bon boulot.

"C'est de cette façon que l'organisation est gérée, les entraîneurs à Rochester adoptent un système de jeu qui est pas mal le même", a affirmé Stafford, qui a marqué quatre buts et amassé cinq aides en sept rencontres depuis son rappel, le 16 février. "Tous les gars qui ont été rappelés, nous avons tous la même attitude, nous sommes prêts à apprendre et à travailler."

Brière s'est dit impressionné par les performance de Stafford depuis son deuxième rappel.

"Il a certainement bien plaidé sa cause, a souligné Brière. C'est clair qu'il est prêt pour la Ligue nationale. Il est patient, il a beaucoup de confiance et il est fort. Il joue aussi du hockey solide dans sa propre zone. Il ne nous affaiblit pas."

En voir plus