Skip to main content

Les Red Wings sont tout simplement trop forts, le Canadien s'incline 4-1

LNH.com @NHL

MONTREAL - Si les Red Wings de Detroit représentent l'unité de mesure du moment dans la LNH, le Canadien a constaté, mardi, qu'il a des croûtes à manger avant d'être du même calibre.

L'opposition était tout simplement trop forte au Centre Bell, et le Tricolore s'est incliné 4-1 devant une salle comble de 21 273 spectateurs, qui a manifesté son mécontentement à plusieurs reprises.

En troisième période, on a tourné en dérision les deux premiers tirs anodins que l'équipe a obtenus.

"D'être hué chez soi dans un deuxième match d'affilée, c'est inacceptable", a déclaré Chris Higgins, qui a été le seul marqueur des siens.

"On ne gagne pas à domicile et on fait beaucoup d'erreurs, a relevé Guy Carbonneau, en reconnaissant que les Red Wings forment une équipe de premier plan. Les gens ont raison de nous huer, c'est compréhensible. Je n'ai aucun problème avec ça.

"Vous avez un problème si vous êtes incapables d'être motivés pour jouer devant 21 000 personnes enthousiastes. La situation est préoccupante", a renchéri l'entraîneur, qui a particulièrement été cinglant dans ses propos.

Dominik Hasek a connu une soirée peu occupée devant le filet des Wings. Le vétéran tchèque, qui en était à un premier match en l'espace de 12 jours, n'a été mis à l'épreuve que 16 fois.

Le talentueux Pavel Datsyuk a dirigé l'attaque des visiteurs, en y allant d'un doublé - ses 10e et 11e filets de la campagne. Le défenseur Niklas Kronwall et Henrik Zetterberg ont aussi déjoué Carey Price, qui n'a pas été à son mieux. Le gardien recrue a fait face à 34 lancers.

Pour le Canadien (13-10-4), il s'agit d'un cinquième revers en six sorties, d'un troisième d'affilée. Les Red Wings (19-6-2) ont savouré un quatrième succès de suite.

Carbonneau s'explique mal que les joueurs n'aient pas encore tenu de réunion d'équipe, compte tenu des problèmes de l'équipe.

"Ça fait longtemps que j'en aurais convoqué une, moi", a-t-il laissé tomber.

Bégin sonné

Steve Bégin n'a pas connu un premier vingt de tout repos. Ebranlé au départ, il a été victime d'un revirement coûteux vers la fin.

Datsyuk a intercepté la passe qu'il a tentée, en fond de zone. Le Russe a décoché un tir des poignets, la rondelle glissant lentement entre les jambières de Price, à 16:40.

Peut-être Bégin n'avait-il pas complètement retrouvé ses esprits après avoir donné contre la bande tête première? Il y a été poussé par le défenseur Andreas Lilja.

L'entraîneur Guy Carbonneau a demandé des explications aux arbitres, estimant qu'il s'agissait d'un coup par derrière.

Ça va vite

Le Tricolore a fait 1-1 tôt en deuxième période. C'est le plus près qu'il s'est approché des Wings, qui ont par la suite déployé leurs ailes. Ça allait pas mal vite.

A 4:15, Higgins a déjoué Hasek à courte distance, d'un revers dans le haut du filet.

Datsyuk a concrétisé un autre revirement en but, à 11:08. Il a habilement coupé au vol la passe de Mark Streit en sortie de zone, avant de pivoter et de s'amener à toute vitesse vers Price, qui n'y a vu que du feu.

Kronwall a doublé l'avance des siens, à 13:45, à l'aide d'un tir que n'a pu parer Price. Johan Franzen lui a totalement obstrué la vision.

Les Red Wings dominaient 27-12 dans la colonne des lancers après deux périodes, ayant eu l'avantage 16-5 en deuxième.

Le Canadien a démontré deux fois plutôt qu'une, au début du dernier tiers, qu'il est une équipe ordinaire quand il est inefficace en supériorité numérique.

Mathieu Dandenault a évacué un peu de frustration, en s'improvisant joueur de football. Dandenault a chargé Mikael Samuelsson qui avait maille à partir avec le capitaine Saku Koivu. Il a été chassé de la rencontre.

"Peut-être est-ce l'étincelle dont on a besoin actuellement, a résumé Carbonneau. On manque d'émotivité."

En voir plus