Skip to main content

Les Red Wings n'échappent pas à la récession qui secoue les Etats-Unis

LNH.com @NHL

DETROIT - Les temps sont durs aux Etats-Unis. La crise financière qui secoue le pays de l'Oncle Sam éprouve particulièrement la ville de l'automobile. Detroit. Les Red Wings le constatent amèrement.

Sur la glace. tout baigne dans l'huile pour les champions de la coupe Stanley. qui ont clôturé le premier quart de la saison avec une récolte de 14 victoires et de 32 points.

A l'extérieur de la patinoire. "Hockeytown" a du plomb dans l'aile. Les déboires des géants de l'automobile. General Motors et Ford. affectent grandement l'économie de la région. Les propriétaires des Red Wings. la famille Illitch. doit user d'ingéniosité afin de remplir le Joe Louis Arena.

"C'est un secret de polichinelle que le Michigan est un des états que la récession touche le plus durement". a souligné le vétéran défenseur Chris Chelios. mercredi.

"On remarque que les assistances sont à la baisse. et ce n'est pas surprenant. a-t-il repris. On sait que ça n'a rien à voir avec l'intérêt ou la fidélité de nos partisans. Ils veulent nous soutenir. mais ils n'en ont pas les moyens."

Son coéquipier Kris Draper a fait le même constat.

"Les gens sont emballés par nos performances. ils nous le laissent savoir partout où on va en ville. a-t-il affirmé. Ils n'ont rien perdu de la passion qui les anime. Financièrement toutefois. ils sont incapables de venir à l'aréna. Les familles doivent composer avec une situation économique difficile."

Billets trop dispendieux

Chelios. activiste ces dernières années au sein de l'Association des joueurs de la LNH. a identifié le coût trop onéreux des billets à travers la LNH comme un problème auquel on doit s'attaquer.

"C'était (le coût des billets) une de nos préoccupations avant le lock-out. a-t-il relevé. On croyait que le conflit servirait à alléger le fardeau des amateurs. ça n'a pas été le cas. On adorerait voir plus d'amateurs dans les amphithéâtres. mais les billets sont trop dispendieux. surtout dans le contexte actuel."

C'est d'ailleurs avec comme toile de fond la crise financière en Amérique que les dirigeants de l'Association des joueurs vont se réunir. au début de décembre. afin d'établir la pertinence de rouvrir le contrat de travail. à la conclusion de la saison. Le directeur exécutif de l'association. Paul Kelly. est en voie de compléter la tournée des 30 équipes.

"J'ai confiance en Paul et en l'équipe qui l'entoure. Glenn Healy et Steve Larmer. qui est de retour. Le nouveau comité me rappelle l'arrivée de Bob Goodenow à la tête de l'association. il y a plusieurs années". a souligné Chelios. qui a joué un rôle important dans le renvoi du prédécesseur de Kelly. Ted Saskin.

Chelios ne sait pas quelle approche le syndicat va adopter. mais il estime que la LNH ne peut pas se permettre un autre conflit de travail après celui qui a provoqué l'annulation de la saison 2004-05.

"La montée en flèche du dollar canadien. la saison dernière. a été une merveilleuse chose pour la ligue qui a vu ses revenus augmenter considérablement. La baisse du dollar dernièrement va modifier le portrait. On va voir ce qui va arriver. Si on peut trouver une façon que les amateurs payent leurs billets moins cher. tout le monde serait heureux."

En voir plus