Skip to main content

Les Red Wings mettent fin aux aspirations des Stars et passent en finale

LNH.com @NHL

DALLAS - De toute évidence, les Red Wings de Detroit n'avaient aucunement envie de revivre, en 2008, l'un des plus sombres épisodes de leur grande histoire, en perdant une série après en avoir gagné les trois premiers matchs. Et c'est un joueur peu habitué de se retrouver sous les réflecteurs qui a pris les choses en main.

Limité à deux mentions d'aide au fil des 15 premiers matchs éliminatoires, Dallas Drake a marqué un but et ajouté une passe lors d'une première période de trois buts sans riposte, lundi soir, et les Red Wings sont finalement venus à bout des Stars de Dallas, l'emportant 4-1 lors du sixième match de la finale de l'Association de l'Ouest.

Les Stars, qui avaient éliminé les Ducks d'Anaheim puis les Sharks de San Jose, tentaient de devenir seulement la sixième équipe dans l'histoire de la ligue à forcer la tenue d'un septième match après avoir perdu les trois premiers. Les Maple Leafs de Toronto, en 1942 face aux Wings, et les Islanders de New York, 33 ans plus tard contre les Penguins, demeurent donc les deux seules formations à avoir effacé des déficits de 0-3 pour éventuellement remporter leur série.

Outre Drake, Kris Draper, Pavel Datsyuk, en avantage numérique, et Henrik Zetterberg, pendant que son équipe jouait à court d'un homme, sont parvenus à déjouer Marty Turco, qui a fait face à 29 tirs, dont 13 en première période.

"Nous voulions connaître un fort début de match, a déclaré Nicklas Lidstrom dans les instants qui ont suivi la victoire des Wings. Nous avons profité de quelques bonds chanceux en première, mais nous voulions attaquer le filet et c'est ce que nous avons fait."

Le défenseur Stéphane Robidas a privé Chris Osgood de son deuxième jeu blanc des séries en marquant pendant une supériorité numérique, tôt en troisième période. Osgood a également reçu 29 tirs.

Grâce à ce gain, les Wings se sont qualifiés pour la grande finale pour la 23e fois de leur histoire, et pour la première fois depuis leur dernière conquête de la coupe Stanley, en 2002.

A compter de samedi soir, les Red Wings tenteront de mériter le convoité trophée pour la 11e fois depuis leur entrée dans la LNH, en 1926, alors qu'ils se mesureront aux Penguins de Pittsburgh. Le premier match sera présenté au Joe Louis Arena, un édifice que les Penguins n'ont pas visité depuis le 12 décembre 2005.

Ce sera également la première fois que les Wings et les Penguins croisent le fer en matchs éliminatoires.

Des bonds favorables

Comme s'ils en avaient besoin après avoir affiché le meilleur dossier dans la LNH en 2007-2008, les Red Wings ont bénéficié d'un peu de veine pour se bâtir un confortable coussin de trois buts après les 20 premières minutes de jeu. Il faut toutefois admettre qu'ils ont aussi provoqué cette chance en tirant de tous les angles vers Marty Turco.

Ils ont ouvert la marque de façon plutôt onorthodoxe, alors qu'il n'y avait pas encore quatre minutes d'écoulées au match. Du coin gauche de la patinoire, Drake a dirigé un tir à ras la glace, qui a touché au bâton de Turco avant de bondir dans les airs. La rondelle a ensuite frappé le menton de Draper, qui s'était pointé au filet à pleine vapeur, et s'est frayée un chemin entre le poteau et le bras gauche du gardien des Stars.

Draper mettait ainsi fin à une disette de 12 matchs sans point, lui qui ne s'était pas inscrit à la marque depuis le troisième match de la série initiale, face aux Predators de Nashville.

"La rondelle a frappé mon menton puis est entrée dans le filet; qui va y attacher de l'importance?", a lancé Draper, dont la barbe était encore entachée de sang.

Les hommes de Mike Babcock ont doublé leur avance à mi-chemin de la période, profitant cette fois d'une punition au défenseur Trevor Daley. Le tir de Lidstrom a touché au patin du défenseur Nicklas Grossman et est resté libre devant le but de Turco. Le temps de le dire, Datsyuk s'est emparé du disque et n'a eu aucune difficulté à trouver le fond du filet, face à un Turco qui n'y pouvait rien.

Mais le gardien des Stars a beaucoup moins bien paru sur le troisième but des Wings, inscrit avec moins de quatre minutes à faire à l'engagement. Brett Lebda a dirigé un tir vers Turco et ce dernier a perdu le contrôle de la rondelle. Posté à l'embouchure du filet, Drake n'a pas manqué la chance qui s'offrait à lui de marquer son premier but en matchs éliminatoires depuis 2004, alors qu'il portait l'uniforme des Blues de St. Louis.

Drake, un vétéran de 16 saisons, en sera à sa première participation en carrière en finale.

"La sensation est extraordinaire. C'est gratifiant de contribuer quand l'opportunité se présente", de déclarer Drake, qui a dit, à la blague, avoir bénéficié des talents de marqueur de Zetterberg en "s'asseyant tout près de lui sur le banc des joueurs".

Occasions manquées

Au deuxième vingt, les Red Wings ont donné l'occasion aux Stars de réduire l'écart en écopant quatre pénalités mineures contre une seule pour les hommes de Dave Tippett. Mais peu énergiques, les Stars ont non seulement été incapables de déjouer Osgood pendant toutes ces supériorités numériques, ils ont permis aux visiteurs d'augmenter leur avance pendant l'une d'elles.

Pendant que Darren McCarty était confortablement assis au cachot pour obstruction, Brenden Morrow, qui avait bien peu à se reprocher depuis le début des séries, a tenté une passe d'une extrémité à l'autre de la ligne bleue. Mais il n'avait pas vu que Zetterberg veillait au grain. Anticipant bien le jeu, l'attaquant suédois a intercepté la passe et filé seul vers Turco, qu'il a battu d'une savante feinte à 3:11.

Ce n'est qu'en troisième période que les Stars ont finalement fait bon usage d'un avantage numérique. Posté à gauche du filet, Mike Ribeiro a repéré Robidas dont le tir voilé d'une quarantaine de pieds n'a donné aucune chance à Osgood, un but marqué après 2:27 de jeu.

Il s'agissait du troisième but de Robidas depuis le début des séries, et de son deuxième contre les Red Wings.

Ce but a redonné vie aux partisans des Stars, et des ailes aux joueurs, mais l'écart était trop grand à combler, surtout que Osgood a réalisé les arrêts importants lorsque ça s'est avéré nécessaire.

"Nous avons parcouru beaucoup de chemin cette saison, mais nous visions plus haut, a mentionné Morrow. Nous avons fait du progrès. Nous avons travaillé avec ardeur pour en arriver là, et nous voulons revivre l'expérience. Ca nous rendra plus affamés."

"Ca fait mal quand on pense à ce que nous aurions pu réaliser, a ajouté Turco. Il n'y a rien de plus désappointant que d'avoir l'impression d'avoir laissé tomber les gars. C'est quelque chose qu'il faut accepter."

En voir plus