Skip to main content

Les Red Wings de 1997-98 élus 6e meilleure équipe de l'histoire de la LNH

Ils ont balayé les Capitals en finale de la Coupe Stanley pour gagner un deuxième titre consécutif

par Dave Stubbs @Dave_Stubbs / Chroniqueur NHL.com

Note de la rédaction : La liste des meilleures équipes de la LNH est réduite à 10 à la suite de trois rondes de scrutin auprès des partisans. Au cours de la Finale de la Coupe Stanley, les 10 meilleures équipes championnes de la Coupe Stanley de tous les temps seront dévoilées. Au sixième rang, on retrouve les Red Wing de Detroit de 1997-98.  

Tellement de larmes ont été versées dans les mois qui ont précédé ce moment, pour des raisons personnelles et professionnelles.

Or, le 16 juin 1998, à Washington, la seule émotion ressentie par les joueurs des Red Wings de Detroit était un débordement de joie, en grande partie provoqué par cet homme souriant amené au centre de la glace du MCI Center en fauteuil roulant, un cigare non allumé à la bouche.

Les Red Wings ont défilé autour de la patinoire avec la Coupe Stanley après avoir balayé les Capitals de Washington en quatre matchs pour remporter un deuxième championnat consécutif.

Cependant, auparavant, le capitaine Steve Yzerman avait placé le trophée sur les genoux de Vladimir Konstantinov, le défenseur qui avait été grièvement blessé dans un accident de limousine six jours après la conquête de la Coupe Stanley de 1997 de Detroit.

Outre Konstantinov, ses deux compatriotes russes, le défenseur des Red Wings Viacheslav Fetisov et le masseur de l'équipe Sergei Mnatsakanov, ont aussi été blessés lors de cet accident. Bien que Fetisov soit revenu au jeu 1997-98, les graves blessures subies par Konstantinov et Mnatsakanov ont assombri la saison des Red Wings, mais elles leur ont également servi de source d'inspiration dans la défense de leur titre.

Detroit leur a dédié cette campagne et les chandails de l'équipe ont arboré les initiales « VK » et « SM » ainsi que le mot « Believe » en anglais et en russe.

Les Red Wings ont entrepris la saison en pensant constamment à Konstantinov et Mnatsakanov. Sous les ordres de Scotty Bowman, cette formation, qui comptait sept futurs membres du Temple de la renommée, a pris le deuxième rang de la section Centrale. Yzerman a été le meilleur marqueur des siens avec 69 points (24 buts, 45 aides).

Les séries éliminatoires ont été éprouvantes. Detroit a dû disputer six parties à chacune des trois premières rondes contre les Coyotes de Phoenix, les Blues de St. Louis et les Stars de Dallas avant de surprendre en balayant Washington en finale de la Coupe Stanley. C'était le huitième des neuf championnats de Bowman en tant qu'entraîneur, ce qui lui permettait d'égaler la marque de l'ancien entraîneur des Canadiens de Montréal Toe Blake. Bowman a battu ce record avec son neuvième titre remporté avec les Red Wings en 2002.

Les Penguins de Pittsburgh de 1991-92, dirigés par Bowman, avaient été la dernière équipe à remporter la Coupe Stanley deux années de suite et les Red Wings ne l'avaient pas fait depuis 1954-55. D'ailleurs, aucune équipe n'a réalisé cet exploit depuis Detroit en 1998.

« Cette équipe était totalement concentrée sur sa mission », a déclaré Bowman.

Video: Detroit balaie WSH et défend son titre en 1997-98

La saison précédente, le célèbre entraîneur avait accouru au vestiaire afin de chausser ses patins pour faire un tour de patinoire avec la Coupe Stanley. Or, cette fois-ci, Bowman s'est contenté du rôle de spectateur. Épuisé, il était heureux de voir Yzerman, le lauréat du trophée Conn-Smythe attribué au joueur par excellence des séries éliminatoires, remettre la coupe à Konstantinov, qui portait son chandail numéro 16.

« Tout le monde savait ce que représentait cette soirée. Il fallait gagner la coupe et la partager avec Vladimir, a ajouté Bowman. On savait qu'il était présent. Quand il a été montré debout à l'écran géant, tout notre banc a réagi. »

Yzerman prévoyait de prendre la Coupe Stanley des mains du commissaire de la LNH Gary Bettman et de la remettre immédiatement au gardien Chris Osgood. Toutefois, Shanahan a dit à son capitaine que Konstantinov serait sur la patinoire.

« Il y a un an, on nous avait dit que Vlady risquait de perdre la vie et ce soir, il a transporté la Coupe Stanley, avait déclaré Yzerman. Je pense que c'est très spécial. »

Derrière le banc des Capitals, l'entraîneur Ron Wilson a regardé les célébrations de ses adversaires. Il était abattu par la défaite, mais comme tous ceux qui étaient présents ce soir-là, il était ému de voir Yzerman remettre le trophée le plus prestigieux du hockey à Konstantinov.

« C'était incroyable, a révélé Wilson. C'était un groupe très uni et avec quelqu'un comme Konstantinov pour l'inspirer, il n'y avait rien d'autre à faire. Aucun discours ou aucune histoire ne se compare à ce que cette équipe a traversé cette année-là. Ce qu'ils ont fait était très émouvant et professionnel. Il n'y a qu'au hockey qu'on voit ça. »

Pour Bowman, qui avait remporté cinq championnats avec les Canadiens de Montréal, un à Pittsburgh et maintenant un deuxième à Detroit, ce fut difficile de mettre le titre des Red Wings de 1997-98 dans son contexte historique.

« Je pourrais vous raconter toutes sortes de mensonges, mais à quel point cette équipe est-elle bonne? s'est-il interrogé. Tout ce que je sais, c'est qu'on trouvait toujours une façon de gagner. »

En voir plus