Skip to main content

Les Rangers veulent renverser la vapeur

Après une défaite en prolongation, la formation new-yorkaise retrouvera ses partisans

par Arpon Basu @ArponBasu / Directeur de la rédaction LNH.com

MONTRÉAL - Les Rangers de New York admettent qu'ils auraient pu mieux gérer la situation. Ils ne sont cependant allés jusqu'à dire qu'ils auraient dû la gérer différemment. 

Au lendemain d'une défaite de 4-3 en prolongation face aux Canadiens de Montréal vendredi, les Rangers avaient encore ce dur revers en tête avant de s'envoler vers New York, où le troisième match de la série égale 1-1 sera disputé dimanche (19h (HE); TVAS, SN, NBCSN, MSG).

Les Rangers ont décidé de dormir à Montréal après la rencontre afin de profiter d'une bonne nuit de sommeil.

Mais ç'a probablement été difficile après être passé si près de prendre une avance de 2-0 dans la série.

L'attaquant des Canadiens Tomas Plekanec a créé l'égalité avec 17,3 secondes à faire en temps réglementaire, et Alexander Radulov a tranché le débat à 18:34 de la prolongation.

« Ce n'est jamais facile de dormir après une défaite en prolongation », a expliqué Derek Stepan.

Les Rangers ont passé la majeure partie de la troisième période à s'asseoir sur leur avance de 3-2. Lorsqu'ils avaient la rondelle dans leur territoire et qu'ils sentaient la pression, ils dégageaient en zone neutre. Lorsqu'ils transportaient la rondelle à l'extérieur de leur territoire, ils traversaient souvent la ligne rouge et dégageaient en territoire des Canadiens en appliquant de la pression à un seul homme.

Cela a permis au Tricolore de prendre son rythme et d'attaquer à répétition le filet d'Henrik Lundqvist, qui a établi un record personnel en séries éliminatoires en repoussant 54 rondelles, dont 29 en troisième période et en prolongation.

« Nous avons passé beaucoup de temps dans notre zone en troisième période, ce qui n'est pas toujours idéal, a concédé le capitaine des Rangers Ryan McDonagh. Mais nous avons gagné des matchs de cette manière tout au long de la saison.

« Nous avons confiance en nous dans n'importe quelle situation. Mais nous aurions aimé réussir un peu plus de jeux, passer plus de temps dans leur territoire. »

Stepan n'avait aucun problème avec la stratégie des Rangers en troisième période, mais il a avoué qu'elle avait une un impact en prolongation.

« Nous étions à 17 secondes de trouver le moyen de gagner de cette façon, a-t-il dit. Ils ont marqué un but et je crois qu'en prolongation, nous tentions de jouer de manière trop prudente. »

En deux matchs, les Rangers ont détenu une avance d'un but en troisième période pendant 38:32 des 40 minutes au total et ils ont joué de la même manière lors des deux rencontres. Les Canadiens ont mené la LNH cette saison avec 11 victoires lorsqu'ils tirent de l'arrière après deux période et ils l'ont encore fait vendredi. Cela signifie peut-être qu'une avance d'un but contre les Canadiens n'est pas assez pour permettre aux Rangers de patienter dans leur territoire.

Au football, on dit souvent que le fait de jouer trop défensivement empêche une équipe de l'emporter, ce qui signifie que si l'on concède plusieurs petits jeux afin d'empêcher le gros jeu, les petits peuvent s'additionner et mener à une remontée.

L'entraîneur des Rangers Alain Vigneault a aussi utilisé un analogie de football pour expliquer ce qui s'est produit vendredi, mais il voyait la situation d'un autre oeil.

« C'est un peu comme au football, quand une équipe vient de l'arrière, on dirait toujours que le quart-arrière perdant amasse plus de verges à l'attaque parce qu'il prend plus de chances, a-t-il indiqué. C'est un peu ce qui s'est produit vendredi. Ce n'était pas la première fois que nous amorcions la troisième période avec une avance, pas la première fois que nous avions à gérer une avance. Mais nous étions trop sur les talons. Ça va nous aider pour les prochains matchs. Nous allons être dans une meilleure position. »

Même s'il est difficile pour les Rangers d'ignorer le fait qu'ils étaient si près de s'emparer d'une avance de 2-0, il demeure qu'ils ont fait le travail à Montréal. Ils ont gagné un match et retournent à New York avec l'avantage de la patinoire.

Mais le Madison Square Garden n'a pas réellement été un avantage pour les Rangers cette saison.

Ils ont maintenu une fiche de 21-16-4 à New York en saison régulière, le pire dossier à domicile parmi les équipes qui participent aux éliminatoires. Vigneault a l'impression que ce rendement est influencé par la mauvaise séquence du 21 février au 22 mars, au cours de laquelle les Rangers ont conservé un dossier de 0-5-3 devant leurs partisans.

« Avant cela, nous avions une bonne fiche, a-t-il dit. Depuis que je suis à New York, nous avons toujours eu une bonne fiche. »

Les Rangers ont gagné leurs deux derniers matchs à domicile en saison régulière. Peut-être ont-ils mis cette séquence derrière eux. Ce serait mieux pour eux; même si le momentum est difficile à transporter d'un match à l'autre, il serait dur de nier que les Canadiens ont le vent dans les voiles grâce à la manière dont ils ont dominé la troisième période et la prolongation.

« Après ce dernier but, c'est dur de dire qu'ils ne l'ont pas, a admis l'attaquant Rick Nash. Mais nous retournons à domicile, nous avons une victoire en poche, il doit y avoir un peu de momentum grâce à ça aussi. » 

En voir plus