Skip to main content

Les proprios de la LNH en paieront pas pour les pertes des Coyotes

LNH.com @NHL

PEBBLE BEACH, Californie - Le commissaire Gary Bettman a déclaré que les propriétaires de la LNH n'auront pas à défrayer les pertes encourues par les Coyotes de Phoenix.

Bettman a rassuré certains membres du Bureau des gouverneurs, mardi, qui craignaient devoir fouiller dans leurs poches si jamais la vente au groupe Ice Edge était approuvée. La ligue a payé 140 millions $ US pour se porter acquéreur des Coyotes en Cour des faillites américaine et espère récupérer cette somme - plus les frais d'opération - du groupe Ice Edge.

Certains des proprios de la LNH sont arrivés à cette réunion des gouverneurs de la ligue en pensant qu'ils devraient payer pour garder les Coyotes à flots.

"Il semble qu'il y avait beaucoup de confusion, a dit Bettman. Certains de vos collègues (journalistes) ont appelé quelques clubs pour leur demander comment il se sentaient d'avoir à payer pour les Coyotes. Ils n'auront pas à payer.

"Nous ne croyons pas que cette opération nous aura coûté un sou."

Ice Edge a signé une lettre d'intention d'achat pour les Coyotes la semaine dernière. Les détails de l'offre d'achat n'ont pas été révélés.

Bettman a dressé un portrait global de la situation de la ligue lors de ce premier jour de réunions et devrait offrir plus de détails mercredi. Une partie de sa présentation portait sur les revenus projetés, qui a fait dire à Bettman que le plafond salarial pour la saison 2010-11 ne bougerait pas beaucoup du montant actuel, 56,8 millions $.

"Selon moi, ça ne bougera pas de façon dramatique, dans un sens comme dans l'autre, a-t-il indiqué. Peut-être entre un et deux millions, d'un côté ou l'autre."

L'un des plus importants facteurs pour déterminer de quel côté le changement s'effectuera est la force du dollar canadien, qui vaut présentement environ 95 cents US. A ce taux, les pertes encourues en raison de la récession par la ligue sont amoindries.

"S'il est à 95 cents et reste à ce taux pour le reste de l'année, le plafond pourrait augmenter d'un million. S'il devait baisser à 90 cents, le plafond pourrait baisser."

C'est un changement radical de ce à quoi les gouverneurs s'attendaient il y a à peine un an, quand deux économistes avaient dépeint un portrait plutôt sombre. Certains avaient même prévu une baisse de près de 10 millions $ du plafond salarial pour la saison prochaine.

"Ce n'est pas aussi dramatique que nous l'avions envisagé, a indiqué le directeur général des Hurricanes de la Caroline, Jim Rutherford. Certains marchés sont plus durement touchés, mais de façon générale, je pense que la ligue s'en est bien sortie."

Rutherford a toutefois admis que son marché était en baisse, une situation qu'il attribue à la situation économique, mais aussi à la performance de l'équipe, qui occupe le 30e rang.

Le propriétaire des Stars de Dallas, Tom Hicks, a aussi admis ressentir les contrecoups de la récession, mais a confirmé qu'il tenterait de garder son club de hockey. Il est sur le point de se départir des Rangers du Texas, son club de baseball, ce qui devrait aider à le libérer de quelques dettes.

"Hicks Sports Group est trop endetté, a-t-il avoué. Nous ne sommes pas différents de nombre de compagnies dans le monde. Nous devons seulement diminuer notre niveau d'endettement et nous y travaillons très fort."

Bettman a de son côté travaillé très fort pour dénicher un acheteur pour les Coyotes, le quatrième club qu'il tente de sauver de la faillite depuis le début de son règne après les Penguins de Pittsburgh, les Sabres de Buffalo et les Sénateurs d'Ottawa.

En voir plus