Skip to main content

Les débuts de la LNH ont eu lieu il y a 99 ans

Des équipes de Montréal, Ottawa et Toronto ont alors lancé une nouvelle ligue, disputant leurs matchs inauguraux le 19 décembre 1917

par John Kreiser / Directeur adjoint de la rédaction NHL.com

Avant les six équipes originales, il y a eu les quatre premières.

Le mercredi 19 décembre 1917, la toute nouvelle Ligue nationale de hockey a tenu les premiers matchs de son histoire. La Ligue n'était pas encore tout à fait « nationale » puisque la LNH comprenait alors deux équipes de Montréal, une de Toronto et une d'Ottawa (la concession de Québec a été une des fondatrices de la Ligue, mais a aligné une équipe seulement en 1919). Toutes les équipes, sauf celle de Toronto, provenaient de l'Association nationale de hockey. La LNH n'était même pas encore vieille d'un mois quand elle a tenu ses premiers matchs puisque l'annonce de sa fondation avait été faite le 26 novembre.

Les amateurs qui suivent la LNH de nos jours seraient sans doute étonnés de voir la façon dont le hockey était joué à l'époque. La passe avant n'était pas permise, faisant en sorte que les joueurs devaient surtout se fier au maniement de la rondelle et à leur coup de patin pour avoir du succès (réduisant du même coup le nombre de mentions d'aide). Il n'y avait pas de zones, les joueurs ne pouvaient botter la rondelle du pied et les changements de joueurs durant le cours du jeu étaient interdits. Les punitions mineures duraient trois minutes et les gardiens de but purgeaient eux-mêmes les pénalités qui leur étaient imposées, obligeant alors les équipes à utiliser un défenseur ou un attaquant pour protéger leur filet. Les patineurs avaient toutefois un élément en leur faveur à l'occasion de la soirée d'ouverture : la LNH avait retenu une règle de l'ANH obligeant les gardiens à rester sur leurs pieds pour faire un arrêt ; cette règle a été abandonnée moins d'un mois plus tard.

Les alignements de la soirée d'ouverture étaient composés de plusieurs joueurs qui allaient devenir des figures importantes dans l'histoire de la LNH.

Les Canadiens de Montréal qui s'étaient rendus à Ottawa pour vaincre les Sénateurs 7-4, ont alors vu Joe Malone marquer cinq des sept buts des vainqueurs. Malone devait inscrire 44 filets en 20 matchs cette saison-là. La formation montréalaise comprenait aussi le gardien Georges Vézina et des joueurs tels que Newsy Lalonde, Didier Pitre et Jack Laviolette. Ottawa alignait aussi un gardien vedette, Clint Benedict, ainsi que des joueurs tels qu'Eddie Gerard, Cy Denneny et Jack Darragh. Ils ont tous été éventuellement intronisés au Temple de la renommée du hockey.

Les Sénateurs tiraient de l'arrière après la première période, durant laquelle Darragh et Hamby Shore avaient refusé de jouer jusqu'à ce que leurs contrats soient remaniés. Ils se sont tous deux élancés sur la glace en deuxième période après avoir conclu de nouvelles ententes ; sauf que, selon The Globe and Mail, « il était trop tard pour réparer les dégâts ».

Le match, disputé au Dey's Arena, a attiré environ 6000 partisans selon les reportages, bien que la capacité maximale de l'enceinte s'élevait officiellement à 4500.

« De 5000 à 6000 personnes se sont présentées pour assister au match local, a-t-on écrit dans le Toronto Sun. Et bien que la glace était un peu collante, empêchant les Ottawas d'afficher leur vitesse habituelle et aidant les joueurs plus lourds des Canadiens, la qualité du hockey disputé était, dans les circonstances, étonnamment bonne.

« Si les Ottawas avaient amorcé le match avec leur équipe régulière, ils auraient possiblement pu décrocher la victoire. »

Pendant que les Canadiens étaient à l'étranger, les Wanderers de Montréal ont lancé leur saison à domicile avec un gain de 10-9 contre les Arenas de Toronto. Le défenseur des Wanderers Dave Ritchie a marqué le premier but dans l'histoire de la LNH (après une minute de jeu) et Harry Hyland a inscrit cinq buts pour Montréal ; Reg Noble a quant à lui trouvé le fond du filet quatre fois du côté de Toronto. Art Ross, qui a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en tant que bâtisseur pour son travail avec les Bruins de Boston, était réserviste chez les Wanderers et il a marqué le seul but de sa carrière dans la LNH tard en deuxième période.

Bert Lindsay, père du futur joueur intronisé au Temple de la renommée du hockey Ted Lindsay, était le gardien des Wanderers. Sammy Hebert a amorcé le match devant le filet pour Toronto, mais il a été remplacé par Arthur Brooks. The Globe and Mail a attribué la défaite à la performance des gardiens de l'équipe torontoise.

« Le jeu était inégal par moments, et l'équipe visiteuse était faible à la position de gardien. Toronto avait les arguments plus convaincants pendant la majorité du match, mais ni Hebert, qui était le gardien de Toronto en première partie du match, ni Brookes, par la suite, n'a su arrêter les tirs des Wanderers comme il aurait été possible de le faire. »

Notant au passage que « les Torontos ont affiché beaucoup de vitesse et de dynamisme à l'attaque », le Toronto Star a par ailleurs déploré « l'absence d'un travail d'équipe au moment de compléter les efforts entrepris ».

Tweet from @Dave_Stubbs: First 2 games in NHL history this night in 1917, wins for Montreal's Wanderers & Canadiens, as recorded in French-language daily La Patrie pic.twitter.com/Tc9PoQgSV5

Alors que les gradins étaient remplis à Ottawa, les Wanderers n'ont attiré que 700 personnes à leur match d'ouverture à l'Aréna de Westmount, en dépit du fait que l'entrée était gratuite pour les militaires et les membres de leurs familles.

Malheureusement pour les Wanderers, leur victoire acquise lors de la soirée d'ouverture a été leur dernière. Ils se sont inclinés à leurs trois matchs suivants avant qu'un incendie démolisse complètement l'Aréna de Westmount, le 2 janvier 1918. Les Canadiens, qui utilisaient également l'amphithéâtre de Westmount pour y disputer leurs matchs à domicile, se sont installés à l'Aréna Jubilée, qui comptait 3250 sièges, dans l'est de la ville ; les Wanderers ont quant à eux choisi de cesser leurs activités.

La LNH a complété la saison avec trois équipes, mais a réussi à s'emparer de la Coupe Stanley. Toronto a défait les Canadiens 10-7 lors d'une série de deux matchs au total des buts, et a ensuite eu le dessus sur les Millionaires de Vancouver, champions de l'Association de hockey de la côte du Pacifique, au cours d'une finale de cinq rencontres. La nouvelle ligue a ainsi pu proclamer qu'elle était la meilleure au monde.

En voir plus