Skip to main content

Les Predators se trouvent à la croisée des chemins

Nashville devra relever un plus gros défi en finale de l'Association de l'Ouest en l'absence de Ryan Johansen

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Journaliste NHL.com

Les Predators de Nashville ont un choix maintenant.

Ils peuvent accepter la défaite contre les Ducks d'Anaheim en finale de l'Association de l'Ouest. Il n'y aurait pas de honte là-dedans. Ils ont atteint la finale de l'Association de l'Ouest pour la première fois de leur l'histoire et ils viennent de perdre Ryan Johansen, leur centre no 1 et meilleur marqueur pendant les séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2017. Ils pourraient également être privés de Mike Fisher, leur centre no 2 et capitaine. Quoi qu'il arrive à partir d'ici, ils pourront considérer cette saison comme étant un succès.

Ou ils peuvent se servir de leur ténacité pour trouver un moyen de gagner et de rendre leur excellent parcours encore plus spécial. La série quatre de sept n'est pas terminée. Elle est égale 2-2 à l'aube du match no 5 à Anaheim samedi (19 h 15 (HE); TVA Sports, CBC, NBC). Les Predators sont à deux victoires d'une première participation en Finale de la Coupe Stanley, et ils possèdent encore le gardien Pekka Rinne, les défenseurs Roman Josi, Mattias Ekholm, Ryan Ellis et P.K. Subban, et les attaquants Viktor Arvidsson, Filip Forsberg et James Neal.

Que pensez-vous qu'ils feront?

La nouvelle de vendredi a été dévastatrice, sans aucun doute. Les Predators ont annoncé que Johansen a subi une blessure à la cuisse gauche dans la défaite de 3-2 en prolongation du match no 4 jeudi, et qu'il sera sur le carreau pour une période de deux à trois mois après avoir subi une chirurgie d'urgence.

Johansen, gros et talentueux, représente la réplique des Predators au capitaine des Ducks Ryan Getzlaf. Le joueur de centre, âgé de 24 ans, s'est souvent trouvé sur le radar du centre des Ducks Ryan Kesler, un gagnant du trophée Selke, remis au meilleur attaquant défensif dans la LNH, surtout au Honda Center où les Ducks pouvaient profiter du dernier changement. Et Johansen est le joueur qui a amassé 13 points (trois buts) en 14 matchs pour égaler le record des Predators pour le plus grand nombre de points dans un tournoi printanier.

Même si Fisher est en mesure de jouer, Johansen n'est pas remplaçable. Malgré tous les éléments que Fisher ajoute à l'alignement, il n'a pas apporté une solide contribution offensive pendant ces séries, n'ayant récolté aucun point. Mais Fisher pourrait être blessé. Il a quitté le match no 4 en troisième période et n'a pas pris part à la prolongation, et les Predators n'ont fourni aucun commentaire sur son statut. Le centre de premier trio lors du match no 5 pourrait être Calle Jarnkrok, qui a amassé deux points (un but) en 13 rencontres.

La vitesse à laquelle les choses évoluent est incroyable. Les Predators ont accusé un retard de 2-0 tard en troisième période du match no 4 avant de créer l'égalité 2-2 dans la dernière minute. Le Bridgestone Arena était bruyant. Ils étaient à un but d'une avance de 3-1 dans la série. Et maintenant ...

Mais ce n'est pas comme si les Predators n'avaient plus aucun espoir. Ils allouent le plus petit nombre de buts par match dans les séries (1,79). Rinne a affiché le meilleur pourcentage d'arrêts dans les séries (,940). Leur top-4 défensif est le vrai moteur de l'équipe -- ils excellent à faire circuler la rondelle rapidement, à appliquer de la pression en territoire offensif et à apporter une importante contribution offensive. Arvidsson a brillé. Forsberg a inscrit sept buts, alors que Neal en a marqué cinq.

Ces blessures affaiblissent sûrement les Predators au centre, mais elles ne modifient pas leurs forces. Ils devront continuer de tirer profit de ces forces. Ils devront demeurer agressifs et garder la rondelle en zone offensive autant que possible. Ils possèdent toujours les armes pour remplir le filet, pas autant qu'auparavant, peut-être, mais en nombre suffisant quand même. Ils ont toujours un gardien qui peut garder la rondelle hors du filet. Ils peuvent toujours remporter deux matchs sur trois.

L'entraîneur Peter Laviolette sait motiver les siens. Il peut désormais discuter de leur statut de « underdog », ou bien celui de bulldog, à l'image du chien bleu surnommé Stanley affiché sur le mur du vestiaire des Predators, tenant un os entre ses dents.

Au-dessus du bulldog sur la porte au vestiaire des Predators, écrit en majuscules, se trouve le mot « BELIEVE » (CROIRE). En dessous se trouvent les tournures « in a dream » (en un rêve), « in the process » (au processus) et « in each other » (les uns en les autres). Dans une autre partie du vestiaire se trouvent les mots « WE ARE WHAT WE BELIEVE WE ARE » (Nous sommes ce que nous croyons être).

Croient-ils encore?

Sans Johansen et peut-être Fisher, qui sont-ils?

En voir plus