Skip to main content

Les Predators déçus de leur piètre départ dans le match no 4

Dominés 14-2 dans la colonne des tirs en première période, ils ont vu leur séquence de victoires consécutives à domicile en séries s'arrêter à 10

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste NHL.com

NASHVILLE - Malgré le fait qu'ils s'attendaient à ce que les Ducks d'Anaheim amorcent le match no 4 de la finale de l'Association de l'Ouest avec plus de vigueur jeudi, les Predators de Nashville ont disputé la première période comme s'ils s'attendaient à gagner simplement parce qu'ils jouaient au Bridgestone Arena.

Les Predators not amorcé le match lentement, ne ressemblant en rien à l'équipe qui a entamé les séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2017 avec une fiche parfaite de 6-0 à domicile. Ils n'ont décoché que deux tirs en première période et tiraient de l'arrière 2-0 à mi-chemin de la deuxième période, ce qui ne leur laissait aucune marge d'erreur.

Nashville est venu de l'arrière pour créer l'égalité au troisième tiers, mais a finalement perdu 3-2 après le but de Corey Perry à 10:25 en prolongation, ce qui a créé l'égalité 2-2 dans la série quatre de sept.

« Nous voulons de toute évidence connaître un bon départ, et je crois que c'est ce qui s'était produit au cours du dernier match », a indiqué le défenseur des Predators P.K. Subban, dont le but avec 6:27 à écouler au troisième tiers a permis aux siens de s'approcher à 2-1. « Aujourd'hui, pour une raison ou pour une autre, ce ne fut pas le cas. Des choses vont se produire en séries, et nous voulons jouer de l'excellent hockey à chacun des matchs, mais ce ne sera pas le cas. Nous voulons toujours connaître un très bon départ, mais cela ne va pas se produire non plus. Nous devons donc nous en tenir à notre plan de match, et je pense que nous l'avons bien fait ce soir.

« Nous avons pu voir lorsque nos trios ont tous commencé à trouver leur rythme que [les Ducks] sont devenus fatigués. Nous avons commencé à leur imposer de la pression, et nous avons fait du bon travail pour créer l'égalité et nous donner la chance de jouer en prolongation. »

La leçon tirée par les Predators à la fin du match est que leur départ décevant leur a fait très mal, et a placé l'équipe dans une position vulnérable, qui a finalement été fatale.

« [La troisième période] est ce qui devrait être la norme, a mentionné l'entraîneur Peter Laviolette. Je crois que ce que nous pouvons faire est d'apprendre quelque chose, soit qu'il est primordial de connaître une bonne période chaque soir. »

Laviolette a trouvé ridicule que l'on puisse penser que son équipe se trouvait en contrôle après que Filip Forsberg eut créé l'égalité 2-2 avec 34,5 secondes à écouler au temps réglementaire.

« Personne ne devrait présumer cela lorsque vous jouez contre une équipe comme Anaheim, a déclaré Laviolette. Je crois que ce serait une erreur.

« Nos joueurs ont tout donné, ont continué de se battre en troisième période, et [les Ducks] ont obtenu un bond chanceux sur une redirection (le tir de Perry du coin de la patinoire a dévié sur le bâton de Subban) et c'est ce qui a fait la différence. Nous passons à autre chose. »

Le match no 5 aura lieu samedi à Anaheim.

Les Ducks ont eu le dessus 14-2 dans la colonne des tirs au premier tiers jeudi, et ont pris les devants 2-0 grâce à des buts de Rickard Rakell à 11:30 de la première période et de Nick Ritchie à 10:22 de la période médiane.

« Je ne sais pas pourquoi, a reconnu l'ailier gauche Viktor Arvidsson. Je n'ai pas vraiment de réponse pour l'expliquer. Nous n'avons pas beaucoup tiré en première. Nous avons renoncé à des occasions de lancer. Nous n'avons pas passé assez de temps dans leur zone. Ils nous ont dominés et nous n'avons pas eu la chance de jouer dans leur territoire, c'est de notre faute. »

« Nous savions qu'ils allaient amorcer le match en lion, a admis Forsberg. Ils le font toujours. Nous n'avons pas répondu présent.

« En deuxième et troisième périodes, nous avons assez bien joué pour l'emporter. Mais au premier tiers… nous avons peut-être effacé notre retard au tableau de pointage, mais nous ne pouvons nous permettre de connaître un tel départ. »

La séquence de victoires consécutives de Nashville en séries éliminatoires au Bridgestone Arena a pris fin à 10. Le dernier revers de l'équipe à domicile en série remontait au match no 4 contre Anaheim en première ronde de l'Association de l'Ouest en 2016.

Après leur revers en prolongation jeudi, les Predators portaient déjà leur attention vers le match no 5, et soulignaient les points positifs qui pourraient être transposés dans les prochaines rencontres.

« Nous devons simplement tourner la page et nous préparer pour le prochain duel, a affirmé Subban. Ils forment une bonne équipe, alors nous savons que chaque match sera une bataille. Je crois que si nous devons retenir quelque chose de positif ce soir, c'est que nous avons montré que lorsque nous jouons comme nous le souhaitons, nous ne pouvons être stoppés. J'ai le sentiment que nous avons fait du bon travail en troisième période pour venir de l'arrière et nous donner la chance de remporter ce match. Nous avons eu des chances en surtemps, mais le résultat n'a pas été celui que nous voulions.

« De bonnes choses vont se produire si vous dirigez des rondelles au filet. C'est ce qu'ils ont fait, et la rondelle a dévié sur mon bâton avant de se retrouver dans le filet. »

Le gardien des Predators Pekka Rinne, qui a conclu la soirée avec 34 arrêts jeudi, a avancé que la leçon devrait être apprise en ce qui concerne la valeur des bons départs.

« Nous devrons mieux amorcer la partie et connaître une meilleure première période (dans le match no 5), a avoué Rinne. Nous devons toutefois continuer à patiner et attaquer, nous servir de la vitesse de notre équipe. Il s'agit d'une facette de notre jeu que nous pouvons utiliser à notre avantage.

« La série est très ouverte, avec une égalité de 2-2. Nous devons afficher beaucoup de confiance. Je ne crois pas que nous devions changer beaucoup de choses en vue du match no 5. »

« Nous avons déjà subi des défaites par le passé, a souligné Arvidsson. Nous devons simplement nous regrouper, regarder nos coéquipiers dans les yeux et aller de l'avant. »

En voir plus