Skip to main content

Les Penguins veulent améliorer leur jeu défensif

Les joueurs avouent trop se fier sur le gardien Marc-André Fleury

par Wes Crosby / Correspondant NHL.com

CRANBERRY - Les Penguins de Pittsburgh ont l'impression d'avoir laissé le gardien Marc-André Fleury à lui-même au cours des deux derniers matchs.

Les Penguins ont les devants 3-1 dans leur série face aux Blue Jackets de Columbus à l'aube du cinquième match qui sera présenté au PPG Paints Arena, jeudi (19h (HE); NHLN, SN, TVA Sports 2, ROOT, FS-O). Toutefois, après un court entraînement mercredi, les Penguins ont exprimé de la frustration en ce qui a trait à leur jeu devant Fleury.

 

« Ce n'est pas assez bon, a dit Sidney Crosby. Je pense qu'il a été bon. Nous devons trouver le moyen de limiter leurs chances un peu plus. Les surnombres et les choses comme ça. Nous pouvons clairement nous améliorer. »

Ces surnombres combinés à quelques jeux discutables ont affecté les statistiques de Fleury, qui étaient excellentes au début de la série. Après avoir effectué un départ surprise lorsque Matt Murray a subi une blessure au bas du corps lors de la période d'échauffement en vue du match no 1, Fleury a repoussé 70 des 72 tirs dirigés vers lui en deux matchs. Lors des deux suivants, il a accordé neuf buts sur 71 lancers.

De mauvaises premières périodes ont rendu la vie difficile à Fleury tout au long de la série. Ce fut particulièrement vrai lors du quatrième affrontement, une défaite de 5-4 au cours de laquelle les Penguins ont laissé les Blue Jackets prendre les devants 3-0 avant de réduire l'écart à un but à trois occasions.

Fleury a permis deux buts en troisième période, ce qui a mis le match hors de portée. Le défenseur Olli Maata a affirmé que le gardien ne méritait pas le blâme.

« Nous le laissons à lui-même, a-t-il argué. Ce n'était pas notre meilleur match. Nous savons que nous devons être meilleurs. »

Après l'entraînement, le défenseur Brian Dumoulin a qualifié la présence de Fleury comme étant rassurante sur la patinoire et à l'extérieur. Quand Fleury est entré dans le vestiaire, il s'est assis à son casier et s'est montré prêt à faire face aux questions.

« Il faut tout oublier ça, a-t-il dit à propos du quatrième match. Nous avons eu un bon entraînement aujourd'hui. Nous avons laissé quelques buts malchanceux dans le dernier match. Tout va être beau. »

Les Penguins ont été bâtis sur la vitesse et l'attaque; la formule qui leur a permis de remporté la Coupe Stanley en 2016. Toutefois, lors des deux derniers affrontements contre les Blue Jackets, le rythme du match a eu un impact sur leur défensive et Fleury s'est retrouvé en mauvaise posture. 

« Nous devons nous assurer de prendre les bonnes décisions avec la rondelle, a indiqué l'entraîneur Mike Sullivan. Je pense que lorsqu'on regarde notre équipe, le coeur de l'équipe, elle a l'instinct offensif et pense à l'attaque en premier, et c'est ce qui en fait une bonne équipe. Mais parfois, certains jeux n'aboutissent pas.

« Nous devons faire les jeux simples pour ne pas se mettre en position vulnérable. Nous ne voulons pas leur enlever le bâton des mains parce que c'est ce qui leur permet de se distinguer des autres, mais nous devons être plus vigilants. »

Puisqu'aucune date n'a été fixée pour le retour au jeu de Murray, les Penguins se fieront à Fleury. Murray ne s'est toujours pas entraîné et c'est Tristan Jarry qui occupe le poste de réserviste.

Les Penguins sont confortables avec Fleury, qui est à égalité avec Tom Barrasso au chapitre des victoires en séries avec Pittsburgh (56).

« J'en profite, a déclaré Fleury. Je me sens plus à l'aise maintenant que j'ai joué quelques matchs de suite. Je savoure le moment. »

En voir plus