Skip to main content

Les Penguins trahis par leur profondeur en deuxième ronde

Leur incapacité à marquer et les ennuis de Murray ont contribué à mettre un terme au rêve d'un troisième titre de suite de Pittburgh

par Wes Crosby / Correspondant NHL.com

PITTSBURGH - La quête des Penguins de Pittsburgh pour un troisième championnat de suite de la Coupe Stanley a pris fin lundi.

Les Penguins se sont inclinés 2-1 en prolongation contre les Capitals de Washington dans le match no 6 de la deuxième ronde de l'Association de l'Est au PPG Paints Arena. Il s'agissait d'une première élimination pour Pittsburgh en séries éliminatoires de la Coupe Stanley depuis l'embauche de l'entraîneur Mike Sullivan le 12 décembre 2015.

Après avoir vaincu Washington au deuxième tour au cours des deux dernières saisons, Pittsburgh n'a pu répéter l'expérience.

Voici cinq raisons qui expliquent pourquoi les Penguins ont été éliminés en deuxième ronde :

1. Manque de profondeur

Le centre Sidney Crosby et l'attaquant Jake Guentzel ont poursuivi leur domination amorcée en première ronde contre les Flyers de Philadelphie, du moins jusqu'à ce que Guentzel soit blanchi dans les matchs no 5 et no 6. Le personnel de soutien n'a toutefois jamais donné signe de vie.

Le centre Evgeni Malkin a marqué le but gagnant dans le match no 5, mais les attaquants Phil Kessel et Derick Brassard n'ont pas trouvé le fond du filet. 

Le troisième trio de Pittsburgh a joué un rôle important dans chacune de leurs deux conquêtes précédentes. Cette unité, tout comme le quatrième trio, n'a pas été à la hauteur ce printemps.

« Ils ont un groupe affamé, et ils ont accompli tellement de choses, a noté Sullivan. Je ne pourrais être plus fier d'eux comme entraîneur. … Nous allons digérer ça et voir ce que nous pouvons apprendre de cette série. »

2. L'inconstance de Murray

Par moments, le gardien de 23 ans Matt Murray ressemblait au joueur qui a remporté la Coupe Stanley à deux reprises à titre de recrue. À d'autres moments, il a accordé des buts inhabituels, du moins en comparaison à ce qu'il avait montré au cours des deux dernières saisons.

Après avoir éprouvé des ennuis, relatifs il faut le dire, au cours d'une saison régulière marquée par les blessures, Murray n'a jamais démontré la même constance dont il avait fait preuve par le passé. Il a accordé quatre buts sur 22 tirs dans le match no 3, un but sur 20 lancers dans le match no 4, quatre sur 30 tirs dans le match no 5 puis deux sur 30 lancers dans le match no 6.

Ce rendement en montagnes russes a fini par être coûteux.

3. Perdre des avances tard dans le match

Les Penguins détenaient une avance d'un but au début de la troisième période dans les matchs no 3, 4 et 5. Ils n'ont remporté qu'une de ces parties, un gain de 3-1 dans le match no 4.

Après avoir bataillé pour effacer un déficit de deux buts en troisième période dans un gain de 3-2 dans le match no 1, Pittsburgh n'a pas connu le même succès en fin de match dans les rencontres qui ont suivi. Même s'ils n'ont jamais détenu l'avance dans le match no 6, ils n'ont pas été en mesure de briser l'égalité de 1-1 en troisième période ou en prolongation pour éviter l'élimination.

« L'important est de s'améliorer à chacun des matchs, a souligné Crosby. Au cours des derniers matchs, je suis d'avis que nous avons joué du bon hockey. »

Video: WSH@PIT, #6: Les deux équipes se félicitent

4. Des éléments clés manquaient à l'appel

Malkin a raté les deux premiers duels en raison d'une blessure au bas du corps. Pittsburgh est parvenu à gagner un de ces deux matchs, mais à son retour au jeu, Malkin n'a jamais atteint le niveau de jeu auquel il nous a habitués.

Il a inscrit le filet gagnant dans le match no 5, mais ce fut son unique but en quatre rencontres dans cette série.

« Nous travaillons fort à chacune des parties, a assuré Malkin. Je sais qu'il s'agit d'une journée triste pour nous, mais nous regardons vers l'avant. Nous allons être meilleurs l'an prochain. »

L'attaquant Carl Hagelin a quant à lui raté les trois premières parties en raison d'une blessure au haut du corps. Sa vitesse et ses prouesses en infériorité numérique ont particulièrement manqué aux Penguins alors qu'ils ont perdu deux des trois premiers duels.

5. Difficultés à domicile

Après avoir perdu deux matchs sur trois à la maison contre les Flyers au premier tour, les Penguins ont répété ce scénario contre les Capitals. Pittsburgh s'est incliné 4-3 dans le match no 3 au PPG Paints Arena avant de l'emporter 3-1 dans le match no 4 et de perdre 2-1 en prolongation dans le match no 6.

Au cours de la saison régulière, les Penguins ont conservé une fiche de 30-9-2 à domicile et de 17-20-4 à l'étranger. Ils ont été en mesure de surmonter leurs ennuis à domicile au premier tour en remportant les trois parties sur la route, mais n'ont pu faire de même en deuxième ronde.  

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.