Skip to main content

Les Penguins tout près d'une autre conquête grâce à leurs vedettes

Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Phil Kessel amassent un total de huit points dans le match no 5 contre les Predators

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

PITTSBURGH - Il s'agissait d'une domination à l'ancienne pour les Penguins de Pittsburgh. Il s'agissait d'une équipe championne qui y allait d'une déclaration sans équivoque après deux performances décevantes à Nashville. Ce match n'a jamais été serré.

Les Penguins, avec leurs grandes vedettes qui montraient le chemin et tous leurs autres joueurs qui ont appuyé sur l'accélérateur, ont placé leurs revers consécutifs subis dans les matchs no 3 et 4 derrière eux pour signer un gain de 6-0 contre les Predators de Nashville dans le match no 5 de la Finale de la Coupe Stanley au PPG Paints Arena jeudi.

« Toute l'équipe a levé son jeu d'un cran, a noté le centre Evgeni Malkin. Ce fut une victoire incroyable. »

Ils se trouvent maintenant tout près de leur objectif, soit soulever la Coupe Stanley à nouveau. Une autre victoire est tout ce dont les Penguins ont besoin. Une autre victoire, et ils vont réussir à nouveau à accomplir quelque chose qui semblait impossible.

Aucune équipe depuis les Red Wings de Detroit en 1997 et 1998 n'a défendu avec succès son titre de championne de la Coupe Stanley. Les Penguins, qui mènent cette série quatre de sept 3-2, vont mettre un terme à cette disette de 19 ans s'ils l'emportent dans le match no 6 au Bridgestone Arena dimanche (20 h (HE); TVA Sports, NBC, CBC, SN). 

La Coupe Stanley sera dans l'amphithéâtre. 

« Après cette victoire, je crois que nous avons plus de confiance, et nous nous sentons bien, a ajouté Malkin, et nous allons à Nashville pour gagner. »

C'est ce qu'ils vont faire s'ils jouent à nouveau comme ils l'ont fait dans le match no 5.

« Nos joueurs ont soif de victoire », a affirmé l'entraîneur Mike Sullivan.

Un peu tout le monde a apporté sa contribution, un contraste saisissant avec ce qui s'est produit dans les matchs no 3 et 4 à Nashville, alors que seuls le centre Sidney Crosby et l'ailier gauche Jake Guentzel ont marqué, et que Matt Murray a cédé huit fois sur 58 tirs.

Cette fois, Crosby, Malkin et Phil Kessel ont dominé comme devraient le faire trois des meilleurs joueurs au monde. Ils ont amassé un total combiné de huit points, alors que Malkin et Kessel ont touché la cible et que Crosby a récolté trois mentions d'aide.

Crosby a connu l'un de ses meilleurs matchs en carrière en séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Cela a commencé dès sa première présence alors qu'il s'est faufilé entre les défenseurs de Nashville Roman Josi et Ryan Ellis pour transformer une 1-contre-2 en une échappée partielle. Il a touché le poteau, mais a forcé Ellis à écoper d'une punition pour avoir retenu, ce qui a mené au but du défenseur Justin Schultz en avantage numérique après 1:31 de jeu dans le match.

Crosby a connu 56 matchs de plus d'un point en carrière dans la LNH en séries éliminatoires, et ses 20 points en carrière en Finale de la Coupe Stanley représentent un record des Penguins, un de plus que Mario Lemieux.

« Lorsque vous voyez Sid faire cela dès sa première présence, ça pousse tout le monde à élever son jeu d'un cran et à être meilleur dans chaque facette du jeu », a avancé l'ailier gauche Chris Kunitz.

Kessel a fait en sorte que la prédiction de Malkin se réalise, lui qui avait deviné qu'il allait mettre fin à sa disette de six matchs sans marquer. Il y est parvenu à 8:02 de la période médiane pour placer Pittsburgh en avant 5-0. 

« Dire les choses à haute voix pousse les gens à être meilleurs, a mentionné Kunitz. Vous savez que vous devez poser des gestes pour répondre à ces paroles. »

Les Penguins ont vu plusieurs de leurs joueurs répondre présents dans le match no 5. Neuf joueurs autres que Crosby, Kessel et Malkin ont également obtenu un point. 

« Ce fut notre meilleur match de la série », a assuré Sullivan.

Et ce ne fut absolument pas serré.

Les défenseurs ont également apporté leur contribution. 

Ron Hainsey, qui avait amassé un point à ses 10 derniers matchs, a été l'auteur d'un but et une passe. Schultz a marqué son premier but de la série et le premier but de Pittsburgh en 14 occasions en avantages numérique depuis le match no 1. Olli Maatta a récolté une mention d'aide, son premier point de la série. Trevor Daley a aussi préparé un but pour récolter son deuxième point de la série.

« C'est un gros plus chaque fois que vous pouvez obtenir de l'attaque de votre brigade défensive, a admis Schultz. Ronnie a été fantastique. Tous nos joueurs ont disputé de gros matchs. Nous tentons simplement de refiler la rondelle à nos attaquants et jouer de la même manière qu'au cours de la saison. Il n'y a pas de Kris Letang à la ligne bleue. Nous tentons seulement de tous élever notre jeu d'un cran, et ça fonctionne jusqu'ici. Il nous reste toutefois une victoire à aller chercher. »

Les joueurs de soutien ont apporté leur soutien.

Bryan Rust, qui n'avait pas marqué sur ses trois lancers au cours des quatre premiers matchs et qui avait avoué être frustré par son jeu, a touché la cible d'un magnifique tir des poignets dans la partie supérieure du côté éloigné sur une contre-attaque pour donner les devants à Pittsburgh 2-0 à 6:43 du premier engagement.

« Ce fut une excellente sensation, surtout tôt dans le match, a évoqué Rust. Cela m'a redonné un peu confiance. Cela m'a remonté le moral. Ma frustration a assurément diminué. »

Conor Sheary, qui était de retour sur le même trio que Crosby et a recrue Jake Guentzel pour la première fois depuis la première ronde de l'Association de l'Est contre les Blue Jackets de Columbus, a marqué de l'enclave à la suite d'une passe sensationnelle du revers de Crosby.

Patric Hornqvist, qui avait été blanchi à ses quatre derniers matchs, a obtenu une mention d'aide sur le but de Schultz.

« Nous avons apporté quelques ajustements, mais je crois que les gars dans le vestiaire ont tous voulu faire la différence, a déclaré Rust. Nous avons joué comme nous en sommes capables ce soir. »

Ils devront le faire une fois de plus. 

« Rien ne se transpose d'un match à l'autre, rien ne nous sera servi sur un plateau, a dit Kunitz. Nous devons aller là-bas et mériter la victoire. J'ai très hâte que le match commence. »

En voir plus