Skip to main content

Les Penguins se concentrent seulement sur le match no 6

À un gain de défendre son titre, Pittsburgh promet de porter une attention particulière aux détails contre les Predators dimanche

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

PITTSBURGH - Le défenseur des Penguins de Pittsburgh Justin Schultz était en plein milieu d'une réponse remplie de clichés, alors qu'il évoquait que son équipe avait besoin d'une autre victoire, que cette quatrième victoire était toujours la plus difficile à aller chercher, qu'ils ne pouvaient regarder trop loin en avant, qu'ils doivent y aller une présence à la fois, une période à la fois, et patati et patata.

Puis Schultz a souri. Et il a éclaté de rire.

Même Schultz, qui tentait de dire les bonnes choses lorsqu'il lui a été demandé s'il se permettait de penser à Coupe Stanley en ce moment, ne parvenait pas à croire aux paroles qu'il débitait après la victoire de Pittsburgh 6-0 dans le match no 5 de la Finale de la Coupe Stanley contre les Predators de Nashville au PPG Paints Arena jeudi.

Les Penguins possèdent une avance de 3-2 dans la série quatre de sept. Ils se trouvent à une victoire de devenir les premiers champions de la Coupe Stanley à défendre leur titre depuis 1998. La Coupe Stanley sera sur place lorsqu'ils vont disputer le match no 6 au Bridgestone Arena dimanche (20 h (HE); TVA Sports, NBC, CBC, SN). Ils se trouvent potentiellement à 60 minutes d'un autre été de réjouissances.

« Je veux dire, a poursuivi Schultz, qui riait maintenant de bon cœur, il est impossible de ne pas y penser. »

Et voilà, une réponse honnête. Bien.

Personne ne croirait Schultz ou n'importe quel joueur des Penguins s'ils affirmaient qu'ils ne penseraient pas à la Coupe Stanley entre le moment présent et le début du match à Nashville dimanche. Ce sera probablement la seule chose à laquelle ils vont penser.

Il n'y a rien de mal à cela. Imaginez que vous vous trouvez à une étape d'accomplir quelque chose de grandiose, quelque chose qui n'a pas été réalisé depuis 19 ans. Vous songeriez aussi à la ligne d'arrivée.

Mais ces Penguins peuvent regarder en direction du prix ultime sans pour autant cesser de se concentrer sur le processus. C'est ce qu'ils ont fait l'an dernier alors qu'ils menaient la Finale de la Coupe Stanley 3-1 à l'aube du match no 5 à domicile contre les Sharks de San Jose. Ils ont perdu, et ils ont dû tout reprendre à zéro pour le match no 6 au SAP Center. Ils l'ont alors emporté.

« Je crois que ce groupe de gars est très bon pour se concentrer sur les petites choses et accomplir le travail, a mentionné Schultz. Peu importe ce qui va arriver, nous allons continuer à travailler. »

C'est exactement ce que les Penguins ont fait contre les Predators. 

« Je pense que cette équipe s'est améliorée à chacun des matchs qu'elle a joués », a avancé l'entraîneur Mike Sullivan.

Il a probablement raison.

Les Penguins l'ont emporté 5-3 dans le match no 1, mais ont été dominés pendant de longues séquences. Ils ont même été incapables de tirer au filet pendant une séquence de 37 minutes. 

Ils ont gagné 4-1 dans le match no 2, alors qu'ils ont mieux fait que dans le premier duel, mais qu'ils ont été loin d'être aussi bons qu'ils peuvent l'être. Ils ont marqué trois buts en 3:28 au début de la troisième période. Dans le reste de la rencontre, les Predators ont eu le dessus.

« Nous savions après les deux premières rencontres que nous n'avions pas offert notre meilleur effort, a noté Sullivan, et nous sommes chanceux de nous trouver dans la situation dans laquelle nous sommes aujourd'hui. » 

Les Penguins ont perdu 5-1 dans le match no 3 parce que les Predators ont fait preuve d'opportunisme, parce que le gardien Matt Murray n'a pas été bon, et que leur trio de vedettes formé du centre Sidney Crosby, du centre Evgeni Malkin et de l'attaquant Phil Kessel a été invisible. 

Ils ont toutefois répondu avec un solide match no 4, au cours duquel ils ont obtenu plusieurs excellentes chances de marquer en plus de voir Crosby rebondir. Le gardien des Predators Pekka Rinne a eu le dessus et Nashville l'a emporté 4-1. Ce sont des choses qui arrivent.

« Il arrive parfois que les gens se laissent distraire par le pointage des matchs, mais pas nous, a assuré Sullivan. Nous tentons d'évaluer nos matchs de manière objective, et nous avions le sentiment que nous avions un peu mieux joué que ce que les résultats indiquaient à Nashville. »

Ils ont transporté ce momentum dans le match no 5 et ont écrasé les Predators comme un train de marchandises qui descend une pente à toute vitesse. 

Crosby, Malkin et Kessel ont amassé un total de deux buts et six passes. Douze joueurs ont obtenu au moins un point, dont cinq membres de la brigade défensive, qui a selon Sullivan disputé son meilleur match sur les 24 parties des Penguins au cours des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2017.

Les six défenseurs ont rapidement effectué des jeux dans leur zone, en remettant le disque aux attaquants et en se joignant à l'attaque afin d'effectuer des sorties de zone à cinq joueurs. Ils n'ont pas laissé beaucoup d'espace aux attaquants adverses. Il est difficile de trouver une excellente chance de marquer créée par les Predators. Murray n'a jamais connu de blanchissage de 24 arrêts aussi facile.

« Je pense qu'il faut évaluer de manière réaliste où se trouve notre équipe, a commenté Sullivan. Nous croyons que nous obtenons de meilleurs résultats et que nous bâtissons du momentum à chacun des matchs que nous disputons. Nous comprenons que le prochain match sera le plus difficile, alors nous devons retrouver le bon état d'esprit et être prêts. »

Il faut s'attendre à ce que ce soit exactement ce qu'ils vont faire, puisque c'est exactement ce que les Penguins font si bien.

« Nous ne passons pas trop de temps à nous donner des tapes dans le dos », a confirmé le centre Matt Cullen.

Ils utilisent plutôt leur temps à analyser, évaluer et passer à autre chose. Leur approche ne va pas changer même s'ils se trouvent à un gain de l'objectif, et tous les clichés qu'ils pourraient débiter ne les empêcheront pas de penser à la récompense ultime. 

Journée de repos vendredi. Entraînement et voyagement samedi. Entraînement matinal dimanche. Début du match dimanche soir. Une présence et une période à la fois. 

Rien de tout cela ne semble excitant, mais préparer un party l'est rarement.

« Il reste encore beaucoup de travail à faire », a résumé Crosby.

En voir plus