Skip to main content

Les Penguins saluent le retour de Talbot, après une absence de trois matchs

LNH.com @NHL

PITTSBURGH - Maxime Talbot a renoué avec l'action après avoir raté trois matchs en raison d'une blessure au pied droit. L'entraîneur Michel Therrien n'a pas hésité à le réintégrer dans la formation des Penguins même si Talbot ne s'est entraîné qu'une seule fois avec ses coéquipiers, la veille.

Le Québécois, qui s'était blessé en bloquant un lancer dans le troisième match de la série contre les Rangers de New York, portait des protecteurs aux deux patins.

"C'est parce qu'on ne veut pas que les Flyers sachent à quel pied j'ai été blessé, a-t-il lancé à la blague. Comme ça, leurs joueurs vont devoir me donner des coups de bâton sur les deux chevilles."

Chez les Flyers, l'entraîneur John Stevens a apporté un changement en faisant appel au fougueux Steve Downie à la place du Norvégien Patrick Thoresen.

"C'est le retour de deux fatiguants en même temps", a ajouté Talbot, véritable pince-sans-rire.

Adam Hall a écopé en raison du retour de Talbot, comme Darryl Sydor, Kris Beech, Jeff Taffe et Dany Sabourin.

Outre Thoresen, Kimmo Timonen (pied), Riley Cote, Denis Tolpeko et Ryan Parent n'ont pas revêtu l'uniforme des Flyers.

...

Calme et réservé à l'extérieur de la glace, Evgeni Malkin se transforme en bête féroce dans le feu de l'action. Un déboublement de personnalité que même l'interprète du Russe engagé par les Penguins a peine à expliquer.

"Il est le gars le plus tranquille que je connaisse, dit George Birman. Je ne l'ai jamais vu en colère ou triste. Et il est très poli."

Au diable la politesse et les bonnes manières dès qu'il saute sur la patinoire.

"Il a du chien, fait remarquer l'entraîneur Michel Therrien. Il est de la nouvelle génération de joueurs russes qui ne reculent devant rien. Alexander Ovechkin (des Capitals de Washington) est également comme ça."

Malkin se fait fort discret dans l'entourage des Penguins. Il ne maîtrise pas bien l'anglais et il n'est pas à l'aise en présence des journalistes. Il laisse toute la place à Sidney Crosby, qui multiplie les rencontres de presse.

Georges Laraque souligne que Malkin est tout de même très bien intégré au groupe de joueurs.

"Geno (c'est son surnom) est ouvert avec nous. Il comprend l'anglais et peut le parler suffisamment. Il est facile d'approche et possède un bon sens de l'humour. Il entend à rire."

A l'étranger, Malkin a comme co-chambreur Maxime Talbot, qui est tout son contraire sur le plan de la personnalité. Talbot s'assure qu'il puisse se tirer d'affaire seul, en le laissant placer ses commandes au restaurant.

...

Les Flyers réaliseraient un exploit peu commun s'ils atteignaient la finale de la coupe Stanley. Ils auraient écartés de leur chemin les trois premières équipes au classement de l'Association de l'Est. Seuls les Flames de Calgary ont accompli l'exploit depuis l'instauration de la formule actuelle des séries éliminatoires en 1994. Les Flames, sixièmes dans l'Ouest cette saison-là (comme les Flyers), avaient éliminé les Canucks de Vancouver (nos 3), les Red Wings de Detroit (nos 1) et les Sharks de San Jose (nos 2). Ils avaient plié l'échine en finale face au Lightning de Tampa Bay.

En voir plus