Skip to main content

Les Penguins mettent l'accent sur l'attaque à l'entraînement

L'entraîneur Mike Sullivan a besoin que Phil Kessel retrouve sa touche et que l'attaque massive produise

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

NASHVILLE -- Conor Sheary, Jake Guentzel, maintenant Phil Kessel. L'entraîneur des Penguins de Pittsburgh Mike Sullivan veut trouver une façon de relancer Kessel, après connu du succès avec Sheary et Guentzel.

Sullivan a également besoin que le jeu de puissance se mette à cliquer en Finale de la Coupe Stanley.

Tant qu'à y être, il ne détesterait pas aussi que Sidney Crosby et Evgeni Malkin favorisent davantage l'option du tir dans leur prise de décisions.

Pour tout dire, Sullivan souhaite que l'attaque s'active davantage en vue du match no 4 de la série au Bridgestone Arena, lundi (20h HE; TVA Sports, CBC, NBCSN). 

Les Penguins mènent la série 2-1 même s'ils ont été dominés par les Predators pendant la majorité des matchs.

L'entraîneur Sullivan a tenu une séance orientée sur l'offensive, dimanche. L'attaque massive a été à l'honneur.

« Nous avons revu quelques patrons de jeu sur lesquels nous travaillons depuis le début de la saison, a élaboré Sullivan. Ce n'est rien de nouveau pour les joueurs. Nous n'obtenons pas le succès souhaité en Finale, mais je crois que les gars sont capables. Nous essayons simplement de peaufiner quelques stratégies. »

En Finale, les champions en titre n'ont réussi qu'un but en 13 chances en supériorité. Ils ont été blanchis dans leurs 10 dernières occasions.

Kessel n'a aucun but dans ses cinq derniers matchs et seulement deux dans ses 12 derniers. Dimanche, on a vu l'adjoint à l'entraîneur Rick Tocchet avoir un long entretien avec le vétéran ailier droit.

« Rick joue un rôle important à ce chapitre. Il entretient de bonnes relations avec les joueurs. Ils lui vouent en retour énormément de respect. Il lui arrive souvent de parler individuellement avec l.un d'entre eux. Il a particulièrement une bonne relation avec Phil. Ils passent beaucoup de temps ensemble. J'estime que ce type de discussions informelles est fructueux pour chacun d'entre eux. »

Comme pour Sheary et Guentzel, Sullivan a dit que l'important pour Kessel c'est de ne pas trop s'en faire avec son manque de production et de se recentrer plutôt sur ce qu'il doit faire afin de connaître du succès.

« J'en ai déjà discuté avec Phil. J'estime que quand les marqueurs de sa trempe se concentrent uniquement sur les détails, les occasions de marquer se présentent d'elles-mêmes. Ce sont des joueurs talentueux. Ils finissent par marquer.

« La rondelle ne rentre pas tout le temps dans le filet pour eux. Phil a eu d'excellentes chances depuis le début de la Finale. Ça n'a pas rentré pour lui. Ça va finir par rentrer parce que c'est un marqueur. »

La stratégie a fonctionné pour Sheary qui a connu une séquence de trois matchs de suite avec un point (un but, deux passes) après avoir été laissé de côté dans deux matchs de la finale de l'Association de l'Est contre les Sénateurs d'Ottawa.

Dans le cas de Guentzel, qui n'a inscrit aucun but en finale d'association, il est tout feu tout flamme en Finale avec déjà quatre buts.

Pour ce qui est de Crosby et de Malkin, Sullivan a minimisé l'importance qu'on accorde au fait que les Predators ne leur aient pas permis aucun tir, samedi. C'était la première fois qu'une équipe réalisait l'exploit en 143 rencontres en séries éliminatoires que Crosby et Malkin ont jouées ensemble. 

« Nous aimerions les voir envoyer la rondelle plus souvent vers le but, a-t-il toutefois avoué. Pour ce qui est du match de samedi, la statistique n'est pas le reflet fidèle de ce qui s'est passé. Ils ont eu beaucoup d'occasions de tirer, mais ils ont opté pour passer la rondelle. Nous ne voulons pas interférer avec leur instinct. Nous voulons uniquement les inciter à penser à lancer avant tout. S'ils le font, ils vont produire davantage. » 

Pas de controverse

Il n'y a pas de controverse de gardiens chez les Penguins même si le jeune Matt Murray a cédé cinq buts sur 33 lancers, samedi.

C'est que Murray a l'habitude de revenir fort après une défaite en séries. Il montre une fiche de 7-0.

« Je ne fais rien de particulier à la suite d'une défaite. Vous retirez les leçons que vous pouvez et vous tournez vite la page. Une défaite c'est une défaite, peu importe la façon que vous perdez. Mon approche demeure la même. »

Sullivan a dit qu'il est très fort psychologiquement.

« Il fait fi de l'adversité, rien ne le perturbe. C'est un jeune qui ne se laisse jamais abattre. Il va de l'avant et il met l'accent sur ce qu'il peut contrôler. »

Murray a dit que le traitement que les partisans des Predators lui réservent ne l'atteint pas du tout. 

« Je ne comprends pas trop ce qu'ils disent parce qu'ils crient tous en même temps. » 

Bonino, peut-être

Les Penguins pourraient ravoir dans l'alignement le joueur de centre Nick Bonino, qui a manqué le dernier match en raison d'une blessure au pied gauche.

Bonino a patiné avant la séance d'entraînement de l'équipe, avant de rejoindre ses coéquipiers sur la patinoire. Il a pris part aux répétitions en supériorité numérique au sein de la seconde unité.

Bonino s'était présenté au Bridgestone Arena en portant une botte protectrice et en étant appuyé sur des béquilles.

Il s'est blessé en bloquant un tir du défenseur P.K. Subban en première période du match no2 à Pittsburgh. Il avait quitté l'action avant de revenir au jeu pour le début du deuxième tiers.

L'ailier Carl Hagelin a remplacé Bonino dans la formation, samedi.

En voir plus