Skip to main content

Les Penguins gagnent le premier match 3-2

Nick Bonino marque le filet victorieux à 2:33 de la fin du troisième vingt

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

PITTSBURGH - Les Penguins de Pittsburgh ont remporté la première bataille. Mais la guerre ne fait que commencer.

Nick Bonino a marqué avec 2:33 à jouer en troisième période pour faire la différence dans le premier match de la Finale de la Coupe Stanley, que les Penguins ont gagné 3-2 devant une salle comble ravie au Consol Energy Center, lundi.

 

Seul devant le filet, Bonino a reçu la passe en provenance du coin droit du défenseur Kristopher Letang, avant de déjouer Martin Jones en soulevant la rondelle du côté rapproché.

Video: Bonino marque tard en 3e pour donner le gain aux Pens

« En m'amenant entre les deux défenseurs des Sharks, j'ai vu qu'un d'entre eux n'avait plus de bâton (Brent Burns), a expliqué Letang. Je savais que j'avais plus de temps pour faire un jeu. Quand j'ai aperçu Nick, j'ai essayé de lui envoyer la rondelle. »

Bonino, auteur de son quatrième filet en séries ce printemps, a attribué beaucoup de mérite à son coéquipier.

« La passe était parfaite. Je n'ai pas décoché le tir le plus redoutable. J'ai pu l'envoyer par-dessus le gardien », a commenté le héros de la soirée.

Bryan Rust (6e) et Conor Sheary (3e) ont été les autres marqueurs des champions de l'Association de l'Est.

Tomas Hertl (6e) et Patrick Marleau (5e) ont été ceux des Sharks. Brent Burns a amassé deux passes. Avec 22 points, Burns affiche la meilleure récolte en séries pour un défenseur depuis 1994. Brian Leetch avait clôturé les séries avec 34 points cette année-là.

Les Penguins ont eu recours à la même recette que contre le Lightning de Tampa Bay en finale de l'Est, soit déployer beaucoup de rapidité et passer plus de temps en zone adverse.

« Nous savions qu'ils formaient une équipe rapide, comparable au Lightning, surtout au chapitre de la transition, a dit Letang. Tu commets une erreur à leur ligne bleue ou dans la zone neutre, tu leur donnes la chance de contre-attaquer. »

Jones a eu un avant-goût de ce que le gardien Andrei Vasilevskiy a eu à endurer en étant confronté à un barrage de 41 tirs tandis que son rival Matt Murray a été mis à l'épreuve 26 fois.

On reprend ça dès mercredi, même endroit même heure, pour le deuxième rendez-vous de la série.

Bienvenue la visite!

Les présentations n'ont pas été de longue durée. Les Sharks ont tôt fait la connaissance des Penguins en première période. De leur vitesse, surtout.

Au bout des 20 premières minutes de jeu, les hôtes menaient déjà 2-0 grâce à un net avantage de 15-4 dans les tirs.

Rust et Sheary ont frappé comme l'éclair, faisant mouche en l'espace d'un peu plus d'une minute, à 12:46 et à 13:48.

Rust a d'abord amené la rondelle jusqu'en zone adverse, avant de la remettre au défenseur Justin Schultz. Rust a vu le disque surgir devant lui à la suite de la tentative de lancer de Schultz qui a bifurqué sur le défenseur des Sharks Marc-Édouard Vlasic.

Sheary, lui, a profité de la belle manœuvre de Sidney Crosby qui est allé récupérer le disque dans le fond de la zone adverse du côté gauche. Crosby a pivoté sur lui-même avant de repérer Sheary du côté droit à l'aide d'une passe du revers lumineuse. L'ailier recrue a pris son temps avant de décocher un tir des poignets précis dans le haut du but.

Présent au match, le héros de la conquête de 2009 des Penguins, Maxime Talbot, a reçu une belle ovation des amateurs. Talbot a marqué l'histoire de la concession en marquant les deux buts des siens dans le match no 7 de la Finale contre les Red Wings de Detroit.

Esprits retrouvés

Les champions de l'Ouest ont retrouvé leur mordant au deuxième tiers. Tout un revirement de situation, c'est comme si la patinoire était inclinée vers le bas à cette extrémité de l'amphithéâtre.

Le but de Hertl obtenu en supériorité numérique, à 3:02, leur a donné l'impulsion nécessaire.

Positionné à la gauche du filet, Hertl a tiré en se retournant après avoir reçu la passe de Joonas Donskoi. La rondelle a effleuré le défenseur Olli Maatta et elle a glissé entre les jambières de Murray.

Grâce à un échec avant soutenu, les Sharks ont imposé leur rythme en fond de territoire ennemi.

Le but égalisateur de Marleau à 18:12 en a été une belle illustration. Logan Couture a travaillé efficacement le long de la bande jusqu'à ce qu'il envoie le disque à Brent Burns à la ligne bleue. Marleau a saisi le retour avant de battre de vitesse Murray à l'aide d'un tourniquet derrière le but, qu'il a contourné de la droite vers la gauche.

Marleau blesse Rust

En troisième, les Penguins ont repris des couleurs, avec une domination de 18-9 dans la colonne des lancers. Le jeu s'est déroulé à vive allure, les Sharks tentant de leur donner la réplique.

Marleau a été puni pour une mise en échec illégale à l'endroit de Rust, à 4:47. Ébranlé, l'ailier des Penguins a retraité vers le vestiaire et il n'a pas complété la rencontre.

L'entraîneur Mike Sullivan a indiqué que Rust sera examiné sur une base quotidienne pour une blessure au haut du corps.

Son homologue des Sharks Peter Deboer a dit ne pas s'être attardé au geste de Marleau.

Les Penguins ont été blanchis en supériorité numérique pour la troisième fois de la soirée alors que Marleau se trouvait au cachot. Ça ne les a pas empêchés de continuer d'attaquer.

Jones a été particulièrement étincelant face à Patric Hornqvist et à Phil Kessel, avant de céder contre Bonino, à 17:27.

 

En voir plus