Skip to main content

Les partisans des Golden Knights ont veillé tard

La visite libre de 24 heures du T-Mobile Arena s'est avérée être un événement de marque à Las Vegas

par Mike Cranston / Correspondant NHL.com

LAS VEGAS -- Cate Costanzo avait pris la pose au banc des pénalités quand son mari, Joe, l'a prise en photo. Non loin de là, Chris Hunt portait un masque et des jambières alors qu'il peinait à bloquer des tirs décochés par son épouse et son neveu.

Il était passé une heure du matin, mercredi, et c'était l'effervescence dans le T-Mobile Arena. L'équipe d'expansion de la LNH a transformé sa visite libre à l'intention des partisans en événement unique, en lui donnant une saveur typique de Las Vegas.

« Je dois travailler à 10 heures mais je passe un très bon moment », a déclaré Sandra Hunt, qui était assise sur ce qui sera éventuellement le banc des joueurs des Golden Knights de Las Vegas. « Ils devraient faire ça à tous les jours. »

À quelques pas de la Strip, qui brillait de tous ses feux comme d'habitude, les Golden Knights ont tenu ce qu'on estime être la première fête de 24 heures pour partisans organisée par une équipe de la LNH. L'événement a attiré plus de 7500 personnes au nouvel aréna, même si le premier match du calendrier régulier des Golden Knights n'aura lieu que dans sept mois.

« L'idée, c'était de tenir un événement d'une durée de 24 heures, parce que Las Vegas est une ville qui est animée 24 heures sur 24 », a souligné le propriétaire Bill Foley à 17h45, mardi. « Mais je croyais vraiment qu'il y aurait un total d'environ 1500 visiteurs. C'est incroyable, c'est gratifiant. Nous avons tellement d'abonnés de saison ici, de nouveaux détenteurs d'abonnements. C'est beau à voir. »

La visite libre a commencé vers 8h, mardi. Il n'y avait pas de glace, mais les bandes étaient en place, de même que les filets, pour permettre aux gens d'y aller de quelques tirs frappés.

Ça s'est surtout animé en fin d'après-midi, alors que des enfants tiraient sur une cible placée au centre de ce qui sera la patinoire. À quelques pas de là, des bambins faisaient la file pour se faire maquiller le visage aux couleurs or et noir de l'équipe, pendant qu'un parent s'émerveillait du fait qu'en octobre, des joueurs de la LNH en chair et en os allaient patiner au même endroit alors que Las Vegas accueillera pour la première fois une équipe d'une des grandes ligues de sport professionnel.

« Nous bâtissons cette entreprise sur les bases de la communauté locale, a noté le président des Golden Knights Kerry Bubolz. Quant aux voyageurs qui participent à des congrès ou qui viennent ici en vacances, nous voyons ça comme une opportunité supplémentaire. »

On a montré des matchs de la LNH sur grand écran en début de soirée. Plus tard, le système de son a fait entendre de la musique pop plutôt que le hockey. Des abonnés de saison se promenaient dans les gradins, autant à l'étage supérieur qu'inférieur, pour essayer leurs sièges. Des vedettes de la radio ont procédé à chaque heure au tirage au sort de deux billets pour le premier match à domicile.

La foule était plus clairsemée après minuit, mais des partisans ont continué à entrer. D'habitude, Joe Costanzo travaille la nuit dans un casino, donc le fait de pouvoir visiter l'aréna en fin de soirée concordait avec son horaire.

« Nous sommes des supporters et nous sommes très contents de voir une équipe s'amener à Las Vegas. C'est formidable », a affirmé Costanzo, qui portait une casquette des Golden Knights flambant neuve.

Le but de l'événement était de s'approcher davantage de l'objectif de vendre 13 200 abonnements de saison. Foley a indiqué que 12 500 abonnements avaient été confirmés avant la tenue de la visite libre et que grosso modo, chacune des 44 loges avaient trouvé preneurs. En atteignant l'objectif d'abonnements, il y aurait ensuite environ 3500 billets individuels à vendre par match.

Les sièges encore disponibles pour les abonnements étaient recouverts de feuilles de papier sur lesquelles on avait inscrit des prix. Le prix s'élevait à 400 $ par match dans la deuxième rangée, mais on trouvait des sièges à 40 $ par rencontre dans le coin du balcon supérieur, endroit où on peut bien voir la patinoire, sans entrave.

Haley Jarvies, qui travaille dans le domaine des ventes, a convaincu ses parents d'acheter deux abonnements de saison à l'étage inférieur, avec accès VIP. Ils considéraient le tout comme un investissement, en se disant que la famille pourrait faire un peu d'argent en revendant souvent ses billets, tout dépendant de l'adversaire et de la demande.

Mais quand Jarvies a fait le tour de l'aréna, un peu avant 21h, elle avait des remords.

« Je suis tellement fâchée que je ne pourrai pas assister à tous les matchs », a lancé Jarvies, en désignant le tatouage temporaire des Golden Knights qu'elle avait sur la joue. « Mon engagement est total. Je crois que le hockey, c'est la meilleure chose qui pouvait venir ici à Las Vegas. »

Les ventes de chandails et de casquettes des Golden Knights allaient bon train dans le hall, ce qui est pas mal du tout compte tenu que l'équipe ne compte aucun joueur pour l'instant. La panoplie d'articles à vendre ne sera complète qu'après le repêchage d'expansion de la LNH, qui aura lieu en juin.

Mais cela n'a en rien affecté l'enthousiasme de Sandra Hunt, qui est récemment tombée en amour avec le hockey.

« Je ne suis pas tellement le hockey, mais maintenant que nous avons notre propre équipe ici à Las Vegas, je suis devenue une partisane », a-t-elle dit.

Les Golden Knights ont par ailleurs dévoilé des forfaits de billets pour 11 et 22 matchs et à 2h du matin, huit personnes formaient une file d'attente dans le but d'obtenir des renseignements là-dessus. À côté d'eux se trouvait un gong or et noir, qu'on faisait sonner à chaque fois qu'on vendait un forfait.

Et le propriétaire a promis que cela ne sera pas le seul son inusité qu'on entendra la saison prochaine.

« Nous allons repousser les limites, a déclaré Foley. Nous n'allons pas simplement reproduire ce que tout le monde fait. Nous avons des idées différentes qui rendront les choses plus excitantes quand un but sera marqué. Nous sommes à Las Vegas, alors le son des pièces de monnaie, peut-être. Tout ce que nous ferons sera un petit peu plus intéressant, je crois, que ce qu'on voit ailleurs. »

En voir plus