Skip to main content

Les Panthers veulent qu'Huberdeau soit plus égoïste

L'attaquant québécois doit penser plus souvent à lancer afin d'être plus efficace

par Amalie Benjamin @AmalieBenjamin / Journaliste NHL.com

« LANCE ! »

Dale Tallon n'est pas différent des autres amateurs de hockey de la LNH lorsqu'il supplie leurs favoris de mettre à l'épreuve le gardien adverse en lançant plus souvent. Mais contrairement aux partisans, le directeur général des Panthers de la Floride peut descendre dans le vestiaire et aller discuter avec ses joueurs, dont les membres du premier trio de l'équipe : Jonathan Huberdeau, Aleksander Barkov et Evgenii Dadonov.

« J'ai une bonne relation avec eux. Je n'ai pas peur de leur partager mon opinion et je pense qu'ils ont du respect pour ce que je pense. Ils comprennent que certains soirs, ils doivent être un peu plus égoïstes et tirer davantage. C'est ce qui est le mieux pour l'équipe. Parfois, il faut laisser faire la finesse et ne pas chercher le jeu parfait. On ne peut pas toujours réussir le jeu parfait. »

À LIRE : La semaine des francophones sous la loupe | Luongo nommé conseiller spécial de Tallon

Les deux meilleurs marqueurs de l'équipe, Barkov et Huberdeau, semblent avoir écouté. Lors des deux dernières saisons, leurs nombres de buts et de lancers sont à la hausse. C'est particulièrement vrai pour le Québécois, qui a connu une séquence de neuf buts en autant de matchs plus tôt cette saison.

« J'ai commencé la saison en me disant que chaque soir, je voulais faire quelque chose qui allait aider l'équipe », a mentionné Huberdeau, qui est le meilleur pointeur de l'équipe avec 27 points en 20 sorties. « Oui, notre ligne veut jouer le plus souvent possible en zone offensive. On affronte habituellement le premier trio de l'adversaire, donc, si on obtient la rondelle, on a plus de chance de gagner si on lance un peu plus. Jouer avec Barkov, ça facilite les choses. »

Du moins, la plupart du temps. C'est qu'en se retrouvant avec Barkov, l'instinct premier d'Huberdeau est de lui refiler la rondelle plutôt que de tirer. Après tout, le Finlandais a trouvé le filet 35 fois la saison dernière, et sa production à ce chapitre ne cesse d'augmenter.

Mais en changeant sa mentalité de passeur avant tout, Huberdeau a été en mesure de marquer 30 fois l'an dernier, un sommet personnel. Sa décision d'être un peu plus égoïste avec la rondelle lui a souri.

« Quand je vois Barkov de l'autre côté, je me dis que je dois lui faire la passe, a raconté l'attaquant de 26 ans. Mais parfois, ce n'est pas la meilleure idée. Il faut que je sois plus sélectif et ça ajoute une autre dimension à mon jeu, puisque le gardien et la défensive adverses ne sauront pas ce que je vais faire.

« C'est ce que je tente de faire, obtenir plus de lancers, plus de chances de qualité afin d'ouvrir le jeu. »

Video: FLA@COL: Huberdeau fait 3-3 tard en troisième

Apprendre à modifier la façon dont on joue depuis si longtemps ne se fait pas du jour au lendemain. Après sa séquence de neuf buts en neuf matchs, Huberdeau a ralenti à ce chapitre. Il n'a pas allumé la lumière rouge lors de ses six dernières rencontres, mais il a compensé en obtenant neuf passes.

« Chaque année, il s'améliore un peu, a mentionné Tallon à propos de celui qui a été sélectionné au troisième rang du Repêchage 2011. Cette année, il semble plus dédié et il a plus de force dans son bas de corps. 

« On voudrait qu'il pense encore plus à lui-même, mais ce n'est pas la première chose qui lui vient en tête. Lui, Barkov et Dadonov sont avant tout des fabricants de jeux, donc on doit travailler avec eux pour qu'ils gardent la rondelle, s'avancent en zone et obtiennent le lancer parfait. Ils le font, mais ils ratent aussi beaucoup d'opportunités de marquer parce que justement, ils ne sont pas égoïstes. »

La solution, selon Tallon, serait de jumeler un tireur d'élite aux deux joueurs - il a entre autres parlé d'Owen Tippett, l'ailier droit que les Panthers ont repêché au 10e rang en 2017 et qui évolue présentement avec les Thunderbirds de Springfield dans la Ligue américaine de hockey - mais d'ici-là, c'est aux trois joueurs de trouver un moyen de trouver le fond du filet. 

« Je sais que je suis capable de passer, donc mon réflexe quand j'ai une chance de tirer, c'est de le faire même si [Barkov] est libre, a souligné Huberdeau. Au pire, je lui dirai que pour une fois, j'ai décidé de tirer! »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.