Skip to main content

Les Panthers ont perdu de leur mordant dernièrement

L'entraîneur Gerard Gallant se montre peu préoccupé par la situation

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - L'entraîneur Gerard Gallant ne paraît guère préoccupé même si les Panthers de la Floride ont perdu de leur mordant depuis environ un mois et demi, en n'ayant remporté que six de leurs 17 matchs depuis le 6 février.

Pour lui, l'inconstance représente le principal problème.

« Nous sommes bons par moments, moins bons par d'autres », a-t-il relevé, mardi, peu de temps avant le duel entre les Panthers et les Canadiens de Montréal.

« Il y a une dizaine de jours, nous tirions de l'arrière 4-0 après une période contre les Bruins de Boston et nous avons dominé les deux dernières périodes (avant de perdre 5-4 en prolongation). Lundi, nous avons très bien joué pendant deux périodes (menant 2-0) contre les Islanders de New York, avant de connaître un relâchement en troisième (défaite de 3-2).

« C'est un problème d'équipe. Nous commettons trop d'erreurs, a-t-il enchaîné. Mais dans les bouts de match que nous sommes bons, nous sommes très bons. »

Gallant a admis que l'équipe n'a pas trouvé sa bonne cohésion à la suite des acquisitions des vétérans attaquants Jiri Hudler, des Flames de Calgary, et Teddy Purcell, des Oilers d'Edmonton.

Les Panthers sont en voie de mériter une place en séries éliminatoires pour la première fois en quatre ans - la deuxième fois seulement depuis 1999-2000. Pour plusieurs jeunes joueurs, comme Jonathan Huberdeau, il s'agira d'une première dans la LNH.

« C'est certain que c'est emballant cette saison parce que nous participerons aux séries. Nous sommes un groupe confiant. Nous voulons finir à la meilleure position possible au classement de l'Association de l'Est. »

Le titre de la section Atlantique demeure dans leur mire. La lutte est très vive avec les Bruins de Boston et le Lightning de Tampa Bay.

« C'est sûr que nous voulons aller chercher la première place. La défaite de lundi a fait mal, mais il nous faut l'oublier au plus tôt. C'est tellement serré que nous pouvons y croire. »

Huberdeau n'attribue pas la baisse de régime de l'équipe au fait que les Panthers soient davantage attendus de pied ferme par leurs adversaires par rapport à la première moitié de saison.

Le phénomène Jagr

Partout où il va, Huberdeau se fait parler du phénomène Jaromir Jagr. Ça ne le dérange aucunement, le jeune attaquant québécois affirme prendre plaisir de parler de son fabuleux coéquipier.

« J'aime ça répondre aux questions (sur Jagr) parce que j'apprécie la chance que j'ai de jouer avec lui », a souligné Huberdeau, mardi, quelques heures avant le duel entre les Panthers et les Canadiens. « Ça n'arrive pas souvent dans une carrière de jouer avec une légende comme lui et j'en profite pendant le temps que ça dure. »

Évoluant au sein du trio de Jagr depuis deux saisons avec Aleksander Barkov, Huberdeau est aux premières loges afin d'assister aux prouesses de l'ailier tchèque, doyen de la LNH à l'âge de 44 ans.

Il n'était pas peu fier de souligner qu'il a obtenu un point sur le but qui a permis à Jagr de devancer Gordie Howe, le 7 mars, au troisième rang de l'histoire des marqueurs de la LNH.

« J'ai pris une photo après le match, et je vais l'encadrer et la placer dans ma chambre, a-t-il dit. Ce sont de beaux moments. J'essaie d'en profiter. »

En voir plus