Skip to main content

Les Oilers doivent passer à autre chose

Connor McDavid et les Oilers doivent rapidement oublier la dure défaite pour prolonger la série

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste LNH.com

ANAHEIM - L'entraîneur des Oilers d'Edmonton Todd McLellan a entendu quelque chose qui l'a fait sourire après l'amère défaite subie vendredi.

C'est une remarque faite par le capitaine des Oilers Connor McDavid après que les Ducks d'Anaheim eurent combler un déficit de trois buts dans les dernières 3:16 de jeu avant de l'emporter en deuxième prolongation lors du cinquième match de la série de deuxième ronde.

Les Ducks mènent la série 3-2 et le sixième match aura lieu dimanche au Rogers Place (19h HE; NBCSN, SN, TVA Sports).

 

« On ne peut pas dire grand-chose en ce moment, a dit McDavid après la rencontre. C'est dommage. Mais nous serons de retour ici pour le septième match. »

« C'est bien quand vos leaders disent ça, a dit McLellan avant que l'équipe s'envoile pour Edmonton, samedi. Maintenant, il faut passer de la parole aux actes. »

Le faire - prolonger la série - sera le prochain test pour la jeune équipe des Oilers qui a peu d'expérience en séries. Les Oilers ont surmonté les obstacles au premier tour pour disposer des Sharks de San Jose, et ont vécu des montagnes russes d'émotions face aux Ducks, qui ont gagné les trois derniers matchs de la série.

« On aimerait avoir vécu cette expérience avec un résultat différent, a dit McLellan. C'est assez évident. »

Le leadership des Oilers et la confiance qui a été bâtie tout au long de la saison sera maintenant nécessaire.

« Ça n'a pas toujours tourné de notre côté au cours de la saison, mais nous avons toujours trouvé le moyen de répondre, a ajouté McLellan. C'est la raison pour laquelle il y a une saison régulière, pour bâtir la confiance, la base mentale pour ce genre de situation. Nous avons été bons tout au long des séries après les défaites, mais pas excellents. Si nous avions été excellents, nous aurions un match d'avance, pas un match de retard. »

L'adversité à laquelle font face les Oilers n'a pas changé l'image que le directeur général Peter Chiarelli s'est faite à propos des progrès de son équipe.

« C'était notre objectif cette année, a-t-il expliqué. J'ai vu beaucoup de progrès. On ne se sent pas très bien en ce moment. J'ai vu de la détermination. Ce sont des moments difficiles quand vous perdez en prolongation. Nous grandissons beaucoup.

« Vous voyez les jeunes jouer sous pression. Vous les voyez faire des beaux jeux et des erreurs. Et je sais que dans deux ou trois ans, nous regarderons cela en nous disant que ç'a été bénéfique. Je le sais. Je suis certain à 100 pour cent. C'est simplement difficile de le voir comme ça en ce moment. »

L'une des raisons est probablement que les Oilers ont contesté deux buts en plaidant qu'il y avait obstruction sur le gardien, et que la décision n'a pas été renversée.

« Il y a un peu de frustration, mais ce n'est pas relié aux décisions de la LNH, a dit Chiarelli. Ce n'est pas à cause du processus. C'est parce que les appels n'ont pas tourné en notre faveur. Et je connais le processus décisionnel de la ligue, j'en parle avec eux souvent. Mais nous avons voté en faveur des reprises et les gens prennent des décisions. Malheureusement, les deux dernières ont été contre nous. »

Chiarelli a vécu deux remontées historiques des deux côtés de la médaille en séries. Il était le d.g. des Bruins de Boston quand ils ont comblé un déficit de trois buts en troisième période pour l'emporter 5-4 dans le match ultime de la série de premier tour face aux Maple Leafs de Toronto en 2013.

« Dans les trois dernières minutes contre les Ducks, peut-être que les choses ont mal tourné, mais ce n'était pas un manque d'efforts, a expliqué Chiarelli. C'est difficile. Aucune avance n'est certaine dans cette ligue, c'est pourquoi c'est divertissant. 

« Mais c'est dur à regarder. Je n'ai pas vu le vent tourner vendredi. Nous étions embouteillés dans les trois dernières minutes, nous ne pouvions pas sortir la rondelle. C'est difficile à accepter, mais tout peut arriver; donc on doit se remettre au travail. »

Les Oilers n'ont pas le choix. Ils feront face à l'élimination pour la première fois de ces séries.

McLelland a indiqué qu'il n'allait pas procéder à des changements majeurs en vue de cette rencontre.

« Nous connaissons l'enjeu, a-t-il dit. On n'a pas besoin de beaucoup d'expérience pour le savoir. Il faut simplement tout donner. Une chose que nous devons comprendre, c'est que nous n'avons qu'un match à gagner demain, pas deux. C'est notre objectif. Et nous verrons ce qui arrivera par la suite. »

En voir plus