Skip to main content

Les matchs extérieurs sont mémorables quand on les gagne pour Lundqvist

Les Rangers sont la seule équipe de la LNH qui a signé quatre victoires en autant de sorties en plein air

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

NEW YORK - Henrik Lundqvist jouerait un match en plein air chaque saison, si on lui donnait le choix. On peut comprendre le vétéran gardien suédois : il a remporté les quatre rencontres qu'il a disputées jusqu'à maintenant.

C'est la raison pour laquelle il n'ose pas sélectionner un événement en particulier qu'il a le plus apprécié.

« Je ne peux pas en choisir un, chacun a revêtu son cachet, a-t-il mentionné. Le tout premier match en plein air a été marquant parce que je ne savais pas à quoi m'attendre. Les deux suivants ont été particuliers parce que c'était la première fois à New York, au Yankee Stadium. Puis celui d'aujourd'hui (lundi), nous avions la chance de réaliser quelque chose de particulier. »

Les matchs joués à ciel ouvert sont toujours plus mémorables quand on est du côté des gagnants.

« Ç'a encore été une expérience très agréable. C'est ce que nous nous étions dit avant le match, que c'était de beaux souvenirs quand on gagnait. Moi j'ai savouré chacune des minutes. »

Les Rangers de New York souhaiteraient également jouer au moins une fois par saison dehors pour les mêmes raisons que Lundqvist. Les défenseurs Ryan McDonagh et Marc Staal sont les deux autres joueurs de l'équipe qui ont été de la partie dans les quatre victoires.

« J'espère que les gens n'ont pas eu trop froid, a continué Lundqvist. Ça n'a pas été mon cas, j'étais habillé chaudement. La glace était dans un état impeccable. Il fallait se méfier du soleil au début. La période de réchauffement m'avait permis de bien m'adapter. Après une dizaine de minutes de jeu, je ne faisais plus de cas des ombrages. »

Tout un retournement

La victoire de lundi permet aux Rangers de demeurer au plus fort de la lutte dans la très compétitive section Métropolitaine.

Avec 47 points, ils se sont hissés au troisième rang de la section à égalité avec les Blue Jackets de Columbus, avec un match en main. Ils se retrouvent à quatre points des meneurs de la section, les Capitals de Washington.

Les Rangers ont orchestré tout un retournement de situation depuis qu'ils ont perdu contre les Canadiens de Montréal, le 28 octobre. C'était pour eux à ce moment un neuvième échec en 12 rencontres et, rappelez-vous, le poste de l'entraîneur Alain Vigneault était supposément en péril.

Les Rangers ont remporté 12 de leurs 19 derniers matchs (12-4-3), 18 de leurs 27 derniers (18-6-3) et 20 de leurs 31 derniers (20-8-3).

C'est le genre de retournement dont rêvent les Canadiens de Montréal.

Grabner étonne

Michael Grabner est curieusement le meilleur buteur des Rangers, avec 18 filets. L'Autrichien âgé de 30 ans admet être surpris par la chose.

« J'ai vite fait mon nid dans l'équipe la saison dernière et j'étais beaucoup plus à l'aise pour commencer cette saison. Les succès que j'avais connus m'ont facilité la tâche. Dans cette équipe, il y a plusieurs gars qui peuvent marquer des buts. À chacun des matchs, un trio différent peut faire sa marque. C'est un de nos atouts. »

Auteur de 27 buts à sa première saison chez les Rangers en 2016-17, Grabner jouit d'une bonne avance sur ses plus proches poursuivants. Ils sont trois qui totalisent 11 buts : Chris Kreider, qui est à l'écart du jeu pour une longue période, Pavel Buchnevich et Mika Zibanejad.

En voir plus