Skip to main content

Les Maple Leafs incapables de prendre leur revanche

Après s'être inclinés contre les Capitals en séries éliminatoires l'an dernier, les Maple Leafs se sont encore avoués vaincus lors de la Série des stades

par Mike Zeisberger @zeisberger / Journaliste NHL.com

ANNAPOLIS, Maryland - L'œil au beurre noir de Frederik Andersen lui donnait un air fâché. En réalité, il n'avait pas vraiment besoin d'aide pour être fâché.

Après avoir été retiré du match pour avoir accordé cinq buts sur 25 tirs, le gardien des Maple Leafs de Toronto était irrité et même embarrassé. Au final, lui et ses coéquipiers avaient raison de l'être.

Le printemps dernier, les Maple Leafs ont été vaincus en six matchs lors de la première ronde des séries éliminatoires de la Coupe Stanley contre les Capitals de Washington. Samedi, devant 29 516 partisans au Navy-Marine Corps Memorial Stadium, ils avaient la chance de se venger en direct sur la télévision nationale devant des partisans des deux côtés de la frontière dans le cadre du match extérieur de la Série des stades Coors Light 2018 de la LNH.

Au lieu, les Capitals ont eu raison des Maple Leafs.

Encore.

« Nous savions que c'était une soirée importante », a avoué l'entraîneur de Toronto Mike Babcock après la victoire de 5-2 des Capitals face aux Maple Leafs. « Ils nous regardent et pensent encore que nous sommes des enfants. Ce soir, nous avons eu l'air d'enfants. »

« J'ai trouvé qu'ils nous ont dominés. »

Si les Maple Leafs cherchaient à acquérir le respect des Alex Ovechkin, Nicklas Backstrom, John Carlson et du reste des Capitals, Mike Babcock a clairement affirmé que son équipe avait échoué.

Backstrom, Carlson et Evgeny Kuznetsov ont chacun amassé trois points pour les Capitals, qui ont dominé toute la rencontre.

Les perdants ont quant à eux pris la direction de Buffalo et l'entraîneur Babcock a promis un entraînement éreintant dimanche.

« Je trouve que nous n'avons pas exécuté du tout, a dit Babcock. Je n'ai pas trouvé que nous avons été rapides. »

« Nous n'étions pas très bons et ils en ont profité. Il n'y avait pas beaucoup de bons joueurs de notre côté. »

« Dans la vie, tu obtiens peu d'occasions comme celles-ci et tu veux en faire des souvenirs positifs. Tu dois donc être préparé et vouloir travailler fort. Tu as de bien plus beaux souvenirs quand tu gagnes. Lorsque ce n'est pas le cas, c'est un peu malheureux. »

Avec 8 :49 à faire en deuxième période, Babcock a choisi de remplacer Andersen par l'auxiliaire Curtis McElhinney durant une pause. C'était la première fois qu'Andersen était retiré d'un match pour une autre raison qu'une blessure cette saison.

« Les rondelles entraient dans le but », a expliqué Babcock lorsqu'on lui a demandé de justifier sa décision. « Je ne voulais pas le laisser là et qu'il encaisse d'autres buts. »

« C'est notre gardien numéro un. Il faut le soutenir. Mac a eu une occasion. J'ai trouvé qu'il a bien joué pour nous donner une chance de revenir dans le match. Nous ne l'avons pas fait. »

Dans le vestiaire des Maple Leafs, les réponses d'Andersen étaient si discrètes qu'on avait de la difficulté à les entendre. C'était clair que cette défaite faisait plus mal que les autres.

« Je pense qu'ils ont bataillé plus que nous, a-t-il affirmé. La thématique militaire de ce soir était bien, mais quand tu ne gagnes pas, ce n'est pas aussi agréable. »

Plus tôt dans la journée, Babcock a révélé que le joueur de centre Auston Matthews patine depuis quelques jours, donnant de l'espoir aux partisans des Maple Leafs qu'un retour pourrait être imminent.

Matthews s'est blessé à l'épaule contre les Islanders de New York le 22 février et il est à l'écart du jeu depuis. Toronto montre un dossier de 1-1-2 depuis sa blessure.

Babcock et ses joueurs ont refusé d'utiliser l'absence de Matthews comme excuse. Les joueurs de Toronto ont simplement admis que les Capitals avaient été supérieurs ce soir.

« Ils ont mieux exécuté les jeux que nous et, je ne sais pas, ils ont fait du bon travail pour garder les choses simples », a dit l'attaquant des Maple Leafs James van Riemsdyk. « Évidemment, dans des conditions comme celles de ce soir, c'est probablement la meilleure chose à faire : garder le jeu simple. »

Lorsqu'on l'a questionné à propos des conditions venteuses, van Riemsdyk a ri.

« Quand tu as le vent dans le dos, tu as l'impression de voler, mais quand tu es de l'autre côté de la glace, ce n'est pas du tout le même sentiment », a-t-il dit.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.