Skip to main content

Les Kings en arrachent et s'attendent à d'autres changements

Los Angeles a perdu ses cinq derniers matchs et l'échange de Campbell et Clifford ne semble être que le commencement d'une série de mouvements

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste NHL.com

NEW YORK -- Todd McLellan et Rob Blake croient que l'approche de la date limite des transactions 2020 de la LNH plane au-dessus des Kings de Los Angeles comme un nuage noir, affectant la façon de penser des joueurs, et certainement leur façon de jouer.

McLellan, derrière le banc des Kings pour une première année, et Blake, le directeur général, ont vu leur équipe s'incliner en temps règlementaire pour un cinquième match consécutif dimanche, dans une défaite de 4-1 face aux Rangers de New York au Madison Square Garden. Les Kings montrent un dossier de 4-15-1 depuis le 21 décembre. 

À LIRE AUSSI : Date limite : La blessure de Boeser pourrait changer le plan des CanucksTable ronde : Après Ovechkin, qui atteindra le plateau des 700 buts?

« Nous sommes évidemment une équipe en transition alors il est facile de cibler certains joueurs de notre formation et de spéculer à leur propos », avait mentionné McLellan avant la rencontre. « Ils vont vous le dire, je vais vous le dire, nous n'écoutons pas ces conneries, nous ne lisons pas les journaux et nous n'écoutons pas vos reportages. Nous les entendons de toute façon. Ils savent ce qui se passe et ça les affecte. Je crois que ç'a un impact sur notre équipe en ce moment. »  

Blake dit avoir fait le même constat l'an dernier avec les Kings, alors qu'ils avaient affiché un dossier de 0-5-2 avant la date limite des transactions.

Ils étaient vendeurs la saison dernière et Blake ne fait pas de cachette : ce sera encore le cas cette année. Il a d'ailleurs déjà bougé en envoyant le gardien Jack Campbell et l'attaquant Kyle Clifford aux Maple Leafs de Toronto, mercredi.

Tyler Toffoli, Trevor Lewis, Joakim Ryan, Ben Hutton et Derek Forbort, qui pourraient tous devenir joueurs autonomes sans compensation, sont sur le marché des échanges. Le défenseur Alec Martinez sait qu'il pourrait également changer d'adresse, même s'il lui reste une année à son contrat. 

Video: LAK@NYR: Panarin saute sur le retour à deux-contre-un

« Ce n'est pas un secret, a affirmé Martinez après la défaite contre les Rangers. Il y a beaucoup de discussions à propos de plusieurs gars dans cette chambre, et je m'inclue là-dedans, mais c'est ainsi que se passent les affaires. Nous savons tous que ça peut arriver. Je ne suis pas idiot. Tout le monde sait ce qui se passe et ce qui arrive quand les performances ne sont pas là. 

« Nous sommes humains, mais au final, mon travail est de me présenter et de jouer de la meilleure façon possible, comme tout le monde dans ce vestiaire. Il faut rester professionnel. »

Martinez dit ne pas croire que l'approche de la date limite affecte le jeu des Kings. Drew Doughty, qui possède une clause de non-échange dans son contrat, pense aussi que les joueurs ne peuvent pas se servir de la peur d'un avenir inconnu comme excuse. 

« Ça va arriver et c'est tout, a dit Doughty. Je ne pense pas que ça explique pourquoi nous obtenons ces résultats décevants. Nous ne jouons tout simplement pas du bon hockey. » 

Cependant, McLellan croit que l'échange de mercredi était une flèche directement au cœur pour plusieurs des joueurs des Kings puisqu'il impliquait Clifford. 

Celui-ci a disputé 715 matchs avec les Kings, dont 55 en séries éliminatoires de la Coupe Stanley, en 10 saisons. Il a remporté la Coupe Stanley en 2012 et en 2014 avec Doughty, Martinez, Lewis, Jonathan Quick, Anze Kopitar, Dustin Brown et Jeff Carter.

C'était la première fois que les rumeurs et le discours devenaient réalité, une dure vérité sans doute.

Video: LAK@NYR: Kakko marque sur réception de l'enclave

« C'est facile pour les gens de dire "Ils sont payés des millions, ils devraient être prêts pour cela", mais les joueurs sont des êtres humains, a rappelé McLellan. Lorsque Cliffy est sorti de la chambre l'autre jour pour prendre l'avion le matin suivant, non pas que c'était inattendu, mais c'est arrivé et ce fut une journée solennelle pour nous.

« Vous remportez deux Coupes avec un gars, passez 10 ans avec lui, vos enfants jouent ensemble, vos femmes sont amies. Manhattan Beach ou South Bay, où nous vivons, c'est un groupe tissé serré et plusieurs des gars restent là pendant l'été. Alors, ils sont des coéquipiers toute l'année et des familles toute l'année. Beaucoup de tout cela est brimé. »

Et les temps difficiles ne sont pas terminés pour les Kings, qui croulent dans les bas-fonds du classement et qui sont à 19 points de la deuxième place de quatrième as donnant accès aux séries dans l'Association de l'Ouest.

Même l'engouement pour le match extérieur qu'ils disputeront face à l'Avalanche du Colorado dans le cadre de Série des stades 2020 au Air Force Academy, samedi (20 h HE; NBC, SN360, TVAS2), ne pourra changer les sentiments qu'ils éprouvent à l'approche de la date limite.  

« Le plus vite on passe le 24 (février), le mieux ce sera », a conclu McLellan.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.