Skip to main content

Les joueurs partagent leurs souvenirs des Fêtes avec LNH.com

Des bâtons et des jeux vidéo parmi les cadeaux sous le sapin

par LNH.com @LNH_FR

Quels sont les plus beaux souvenirs des joueurs de la LNH par rapport aux cadeaux de Noël qu'ils ont reçus alors qu'ils étaient enfants? Nous leur avons posé la question et les réponses sont géniales.

On dirait bien que chaque joueur a une histoire à propos d'un bâton de hockey reçu pour Noël.

À LIRE AUSSI : Cher père Noël, première partie 

« Si vous étiez assez chanceux pour recevoir un bâton de hockey, c'était assurément le meilleur cadeau », a admis l'attaquant des Capitals de Washington Tom Wilson. 

Wilson ne se souvient pas de l'âge qu'il avait lorsqu'il a vu pour la première fois un bâton près du sapin, alors qu'il avait couru de sa chambre jusqu'au salon, mais il se souvient que ce n'était pas emballé dans du papier. 

« Il était seulement placé à côté du sapin, a-t-il dit. Je crois que le père Noël avait été un peu paresseux, et que c'est un objet difficile à emballer. Parfois, il y avait un chou collé dessus. »

Pour Wilson, le scénario se répétait chaque Noël. Il retrouvait un nouveau bâton non emballé près du sapin.

Lequel fut le meilleur?

« Quand j'étais plus jeune, j'avais un bâton en bois. Le premier en composite que j'ai reçu était le TPS Rubber 45 flex, un deux-pièces. Je devais avoir 8 ou 9 ans, a raconté Wilson. Il s'agissait du meilleur bâton à l'époque. »

Pour l'attaquant des Rangers de New York Brett Howden, c'était le CCM U+ Light.

« Ce n'est pas une histoire invraisemblable, mais il était caché derrière le sapin alors, quand on a ramassé tout le désordre de papiers d'emballage, j'ai vu qu'il restait un cadeau. Mes parents m'ont fait la surprise, a-t-il dit. J'avais 9 ou 10 ans, et je ne me souviens plus combien de temps ç'a pris avant qu'il casse, [mais] c'était un de ceux que je voulais vraiment avoir. »

Carl Hagelin voulait tellement avoir un bâton une-pièce une année qu'il l'a commandé lui-même. 

« Ma mère et mon père n'étaient pas très bons avec les commandes en ligne, a expliqué l'attaquant des Capitals. Alors j'ai commandé un Easton Synergy tout juste après que la courbe [Chris] Drury soit sortie sur le marché. Je devais avoir 12 ans, peut-être 13. Je connaissais donc à l'avance mon cadeau de Noël. »

L'attaquant des Flyers de Philadelphie Kevin Hayes recevait des bâtons à la tonne quand il était jeune.

« Mon père achetait ces bâtons Jofa en bois en [douzaine], a confié Hayes. Et à Noël, ils étaient attachés ensemble. J'ai utilisé des Jofa … ils m'ont permis de marquer beaucoup de buts lorsque j'étais plus jeune. »

Pour le capitaine des Blackhawks de Chicago, Jonathan Toews, c'est le premier bâton en aluminium qu'il a reçu qui est son fait marquant. Il était âgé de 10 ans et jouait au niveau AA quand c'est arrivé. 

« C'était le bâton en aluminium Easton Wayne Gretzky, a-t-il dit. C'était un terrible choix pour un enfant de jouer avec un bâton en aluminium, mais c'est ce qui se vendait à l'époque. »

Un nouveau bâton requiert de nouveaux gants, n'est-ce pas?

Les gants, semble-t-il, étaient une grande préoccupation pour les aspirants professionnels. 

Le défenseur des Flyers de Philadelphie Justin Braun héritait toujours des gants usés de son frère ainé. Ils étaient abimés et dégageaient de fortes odeurs après toutes ces années.

Le père Noël lui en a finalement apporté une nouvelle paire qui pourrait être réellement la sienne. 

« Ce cadeau-là était vraiment cool. Je devais avoir entre 8 et 10 ans, s'est-il souvenu. C'était fou de sentir du vrai cuir. »

Son coéquipier Jakub Voracek avait mis sur sa liste une paire précise alors qu'il avait 9-10 ans : des gants Bauer bleu et blanc.

« Je les ai reçus et j'étais comblé. Je les ai portés pendant trois ans, a-t-il relaté. Je les adorais. C'est le plus beau cadeau de hockey que j'ai eu. »

N'oublions pas les gardiens de but. 

« Mon fait marquant est lorsque j'ai reçu mon premier masque de gardien », a raconté le portier des Flames de Calgary Cam Talbot. « Je crois que j'avais 10 ans, peut-être 11, et j'utilisais un casque de joueur avec un protège-cou s'y attachant. Alors, j'étais plus qu'heureux quand j'ai eu mon premier vrai masque de gardien. »

Pour le cerbère des Flyers Brian Elliott, il s'agit de son nouveau gant.

« Ça me faisait sentir comme un vrai gardien de but étant donné que je n'avais plus à emprunter l'équipement de l'aréna local, a-t-il expliqué. J'avais 11 ou 12 ans et c'était une mitaine noire, rouge et blanche, les couleurs de mon équipe locale. »

Il arrive même parfois que des joueurs demandent de l'équipement de gardien. Le défenseur des Maple Leafs de Toronto Justin Holl a raconté qu'il avait demandé des jambières de gardien de but pour Noël quand il avait 10 ans. 

« Je souhaitais les recevoir pour que l'on puisse habiller quiconque en gardien quand on jouait au hockey, a confié Holl. Je gardais les buts à l'occasion, j'aimais ça. Je le faisais quand nous jouions au hockey dans la rue. »

Ce cadeau pourrait porter ses fruits pour les Maple Leafs. 

« Je pourrais peut-être m'essayer si on a besoin d'un gardien d'urgence », a-t-il dit en riant. 

Ce n'est pas seulement l'équipement qui alimente la passion du hockey.

Matt Nieto de l'Avalanche du Colorado a grandi en Californie et il aimait le hockey, particulièrement les Ducks d'Anaheim. Il se souvient avoir reçu des billets pour aller voir une partie de Ducks quand il avait environ 8 ans. 

Video: COL@VGK: Nieto bat Fleury en échappée en I.N.

« C'était probablement le cadeau le plus excitant que je n'avais jamais reçu. » 

Pour Travis Dermott des Maple Leafs, c'était une console PlayStation2, ce qui lui permettrait de jouer au jeu NHL de EA Sports

« Le père Noël m'a rendu accro à ce jeu. C'était NHL tout le temps pour moi, probablement NHL 04, je pense », a-t-il dit.

Dermott dit qu'il jouait parfois avec son père au jeu NHL ou à celui de baseball. Peu importe le sport, ça devenait intense. 

« Je perdais la tête, a avoué Dermott. J'étais tellement compétitif et mauvais perdant, j'ai dû apprendre à me calmer. Aujourd'hui, mon père admettrait qu'il devait parfois me laisser gagner, sans quoi je pleurais et je lançais les manettes. »

Pour le défenseur des Blackhawks de Chicago Connor Murphy, son fait marquant était un jeu de hockey sur table qu'il a reçu alors qu'il était à l'école secondaire. 

« C'était un cadeau incroyable, a dit Murphy. Encore aujourd'hui, le hockey sur table est incroyable, mais à cet âge c'était encore mieux. » 

L'attaquant des Flyers Travis Konecny se souvient d'avoir reçu un filet de hockey grandeur réelle alors qu'il était jeune. 

« Je l'avais encore il y a quelques années, il commençait à être plutôt usé », a mentionné Konecny.

Video: OTT@PHI: Konecny fait 1-0 rapidement

Son coéquipier Morgan Frost a parlé d'un bâton de hockey en plastique qu'il a eu alors qu'il n'était âgé que de 3 ou 4 ans. Il l'utilisait tout le temps jusqu'à ce qu'il ait 8 ans.

« Mon père m'avait donné ça pour Noël et je l'ai utilisé très longtemps, a dit Frost. Je crois que je l'ai encore. Il était trop petit quand j'ai grandi, mais je l'aimais tellement que je ne voulais pas m'en débarrasser. » 

Le joueur de centre des Maple Leafs Jason Spezza, qui est âgé de 36 ans, possède toujours le jeu de hockey sur table qu'il a reçu alors qu'il avait 5 ou 6 ans. 

« Il s'agit de l'ancien jeu de hockey sur table Wayne Gretzy. C'est probablement une antiquité aujourd'hui », a raconté Spezza.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.