Skip to main content

Les joueurs du Canadien ébahis par leur nouveau centre d'entraînement

LNH.com @NHL

MONTREAL - Les joueurs du Canadien sont unanimes: le nouveau complexe d'entraînement de l'équipe sur la Rive-Sud va faciliter la tâche des dirigeants afin d'attirer des hockeyeurs vedettes à Montréal.

Les patineurs du Tricolore étaient en tout cas ébahis comme des enfants qu'on parachute dans un magasin de jouets à quelques semaines de Noël, lundi, en foulant le Complexe sportif Bell.

Le capitaine Saku Koivu était le plus enthousiaste d'entre tous. Il s'exprimait comme un athlète qui veut grandement rester à Montréal, à la conclusion de la saison.

"Il n'y a rien que l'organisation ne fait pas pour voir au bien-être des joueurs. Je ne peux imaginer qu'on fasse mieux ailleurs, a déclaré Koivu. Tout est positif dans l'entourage de l'équipe depuis quelques saisons: le rendement sur la glace, ce que font les propriétaires, la construction du complexe d'entraînement, etc. Si ça n'attire pas des joueurs, il y a un problème."

Le Finlandais avait tellement hâte de découvrir les nouvelles installations - achevées à 85 pour cent - qu'il s'est présenté à Brossard trois heures avant la séance d'entraînement. Comme ses coéquipiers, il a été ravi. Le Canadien n'a lésiné sur aucun détail afin de créer un environnement de qualité.

Le gymnase, la salle médicale, avec bains thérapeutiques, l'aire de repos, la salle vidéo, la salle d'équipement, le vestiaire, tout est à la fine pointe de la technologie et plus spacieux qu'au Centre Bell. Et on a recréé deux patinoires en tous points identiques à celle du Centre Bell.

"Ce qui m'impressionne le plus, c'est la grandeur des lieux. On pourrait jouer à cache-cache", a lancé le gardien Carey Price, un grand gamin dans l'âme.

"On en parlait ce matin, a repris Koivu. De tous les centres d'entraînement d'équipes qu'on a visités, c'est de loin le plus beau. Il est flambant neuf, évidemment. On a tout mis en oeuvre afin de créer une atmosphère familiale, et c'est pleinement réussi. Les gars vont vouloir passer du temps ensemble ici. ??a ne peut qu'être positif pour l'équipe."

Comme des rois

Le vétéran ailier gauche Alex Tanguay n'avait jamais rien vu de semblable, au Colorado et à Calgary.

"Aucun doute, il n'existe pas de centre comme celui-là ailleurs dans la Ligue nationale, a-t-il affirmé. C'est incroyable, grandiose. C'est d'une rare beauté, plus beau qu'au Centre Bell. On est vraiment choyés, on est traités comme des rois."

A l'instar de Koivu et des autres joueurs interrogés, Tanguay a affirmé que le complexe représente un argument de vente additionnel afin de convaincre des joueurs vedettes de s'établir à Montréal.

"C'est un atout, même si un joueur soupèse beaucoup d'autres facteurs avant de s'engager avec une équipe", a-t-il précisé.

Le vétéran défenseur Patrice Brisebois a rappelé qu'à ses débuts avec le Canadien, dans les années 1990, il n'y avait que deux bicyclettes stationnaires au Forum.

"??a démontre toute l'évolution que le sport a connue. Toutes les organisations font le nécessaire dans le but d'amener leur équipe au sommet", a-t-il mentionné, en se disant fort impressionné.

Le "bébé" de BriseBois

Construit au coût d'environ 36 millions $ CAN, le complexe comprend deux patinoires et un terrain de soccer, en plus d'un centre de conditionnement physique et d'une clinique de physiothérapie. La ville de Brossard a déboursé 6 millions $, le reste de la facture ayant été défrayé à parts égales par le Canadien et la firme d'ingénierie en construction Axor. En vertu d'une entente, la ville deviendra propriétaire de l'édifice dans 25 ans.

Le CH planchait sur le projet depuis quatre ans. La présentation d'événements au Centre Bell contraignait l'équipe à s'entraîner dans des arénas de banlieue, comme l'Auditorium de Verdun ou l'aréna Martin Lapointe de ville Saint-Pierre, dans des conditions peu commodes. Les joueurs devaient revêtir leur uniforme au Centre Bell, avant d'effectuer l'aller-retour en autobus.

Le Complexe sportif Bell est en quelque sorte le "bébé" du jeune vice-président des opérations hockey du Canadien, Julien BriseBois, qui n'était pas peu fier de le présenter aux médias, lundi.

"J'ai chapeauté le projet, mais ç'a été un travail d'équipe. Alain Gauthier s'est occupé de la partie publique, moi de la partie de l'équipe, a-t-il expliqué. Les travaux ne sont pas achevés, il y a des ajustements à apporter, mais je suis content du résultat. On a atteint les objectifs établis, et ils étaient nombreux, qui allaient dans le sens de fournir aux joueurs tous les outils afin qu'ils puissent 'performer' au plus haut niveau."

En voir plus