Skip to main content

Les Jets veulent s'améliorer sur la route et en prolongation

L'équipe entame un voyage avec une fiche de 9-8-6 sur la route, incluant un dossier de 0-6 en prolongation

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste NHL.com

WINNIPEG - Plusieurs éléments positifs permettent aux Jets de Winnipeg de trôner au sommet de la section Centrale cette saison.

Parmi les raisons qui expliquent les 57 points de l'équipe (25-11-7), deux de plus que les Blues de St. Louis au deuxième rang, on trouve notamment les performances du gardien de but - Connor Hellebuyck montre un dossier de 23-4-6 avec un pourcentage d'arrêts de ,923 - une attaque équilibrée et constante - ils ont touché la cible 143 fois, le deuxième plus haut total à égalité avec les Islanders de New York, et comptent sur six joueurs qui ont 12 buts ou plus - ainsi qu'une défensive beaucoup plus solide - les Jets viennent au neuvième rang au chapitre des buts par match avec 2,70.

L'élément que les Jets peuvent améliorer est leur dossier de 9-8-6 sur la route, d'autant plus que l'équipe entame cette semaine un voyage de trois matchs en affrontant les Sabres de Buffalo au KeyBank Center mardi (19 h HE, TSN3, MSG-B, NHL.TV).

« Nous savons que c'est quelque chose que nous devons améliorer, car en arrivant dans les séries éliminatoires, dépendamment de la situation, nous devrons peut-être gagner un ou deux matchs à l'étranger, a dit l'attaquant Nikolaj Ehlers après l'entraînement de lundi. Nous travaillons là-dessus et devons nous améliorer sur la route. »

La fiche de 16-3-1 de l'équipe à la maison, incluant cinq victoires de suite et 15 gains au cours des 17 derniers matchs (15-1-1) au Bell MTS Place, a relégué à l'arrière-plan l'inconstance de l'équipe sur la route.

« C'est difficile à expliquer, a mentionné le joueur de centre Bryan Little. On le voit beaucoup à travers la Ligue, les équipes ont souvent un meilleur dossier à domicile qu'à l'étranger. C'est bien d'être à la maison et de jouer devant ses partisans. Je pense que nous avons un peu plus de motivation pour ces matchs. »

« Par les années passées, notre fiche à la maison n'a jamais été aussi bonne. Je pense que c'est le fait que nous soyons une meilleure équipe cette saison et qu'on se nourrit de l'énergie de la foule. »

Si les Jets cherchent par où commencer pour régler leurs problèmes loin de la maison, ils peuvent débuter avec leur dossier de 0-6 en prolongation (0-5) et en tirs de barrage (0-1).

Les six défaites des Jets dans ces circonstances les placent à égalité au sommet de la Ligue à ce chapitre avec les Ducks d'Anaheim et les Sabres de Buffalo.

« La prolongation n'a pas été bonne pour nous cette année, a avoué Little. Une seule erreur et ça peut basculer d'un côté comme de l'autre. J'ai l'impression que la plupart des périodes à trois contre trois auraient pu être différentes. Les équipes s'échangent de bonnes chances de marquer et c'est la première équipe qui prend l'avantage. Je trouve que nous nous sommes brûlés dans ces matchs. »

C'est d'ailleurs le sujet d'un débat du verre à moitié plein. Les précieux points en prolongation récoltés par les Jets (sept en 43 matchs) cette saison étaient amassés moins souvent l'an dernier (sept en 82 rencontres), alors qu'ils ont terminé la saison à l'extérieur du portrait éliminatoire avec 87 points, sept derrière les Predators de Nashville, qui occupaient la deuxième place de quatrième as donnant accès aux séries dans l'Association de l'Ouest.

« Lorsque tu peux pousser un match en prolongation et récolter au moins un point sur la route, c'est toujours bon, a expliqué le défenseur Josh Morrissey. Pour ce qui est de nos performances en surtemps, je pense que nous avons eu de bonnes chances dans les matchs que nous avons perdus. Ça aurait pu aller de notre côté. Je ne crois pas que nous changerions beaucoup de choses dans ces prolongations. Les bonds font en sorte que tout peut basculer d'un côté comme de l'autre. »

La plus récente défaite en prolongation de Winnipeg sur la route, un revers de 3-2 face à l'Avalanche du Colorado le 2 janvier, est un bel exemple.

Le défenseur Dustin Byfuglien a touché le poteau en échappée en fin de prolongation avant de voir le défenseur du Colorado Erik Johnson marquer seul devant le gardien quelques secondes plus tard.

Video: WPG@COL: Johnson tranche le débat en échappée

Les Jets ont amassé 24 points à l'étranger cette saison, à égalité au quatrième rang dans l'Ouest avec les Ducks d'Anaheim derrière les Kings de Los Angeles et Nashville (28 chacun) et St. Louis (25).

Selon Morrissey, c'est la preuve que les Jets sont capables de tenir leur bout à l'extérieur. Morrissey a aussi affirmé que les Jets ont la vitesse et les habiletés pour bien performer en prolongation.

« Nous avons la chance de voir de bonnes habiletés à l'œuvre, a-t-il dit. Au début des prolongations, les équipes sont reposées et ils misent souvent sur la possession de rondelle (et personne ne veut créer) un revirement. »

« C'est incroyable, car les deux équipes s'étudient en essayant d'être solides défensivement et de garder les joueurs en périphérie, mais dès qu'il y a une chance, c'est généralement suivi d'une série de trois ou quatre occasions de chaque côté. Tu essaies de fatiguer l'autre équipe et finalement quelqu'un tente une manœuvre ou tombe sur la glace et ça crée une situation de surnombre. »

Les Jets se mesureront aux Blackhawks de Chicago, vendredi (20 h 30 HE, NBCSCH, TSN3, NHL.TV) et au Wild du Minnesota, samedi (19 h HE, SN1, CITY, FS-N, NHL.TV), portant leur total à 26 matchs sur la route cette saison, un sommet dans la LNH.

Winnipeg profitera ensuite d'une pause de six jours, du 14 au 19 janvier, et de plus de temps pour méditer sur l'inégalité entre leurs matchs à domicile et sur la route cette saison.

« On ne sait pas trop pourquoi, honnêtement, a avoué Ehlers. Du moins, moi je ne le sais pas. Nous entamons chaque match avec le même état d'esprit à propos de la façon dont nous jouerons. À la maison, nous avons ce support incroyable chaque soir avec un aréna rempli au maximum de sa capacité et nous sommes habitués. C'est la même chose pour tous. Tout le monde y est habitué et nous jouons très bien chez nous.

« Je pense aussi que nous avons bien fait loin de la maison, mais chaque match est difficile dans cette ligue et ceux à l'étranger le sont toujours un peu plus. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.