Skip to main content

Les Islanders au septième ciel après leur victoire

New York remporte sa première série éliminatoire en 23 saisons

par Brian Compton @BComptonNHL / Directeur adjoint de la rédaction NHL.com

NEW YORK -- L'expression sur le visage du défenseur des Islanders Travis Hamonic à la suite de la première victoire d'une série éliminatoire de la Coupe Stanley de l'équipe depuis 1993 a tout dit.

Pour Hamonic et une grande majorité du noyau des Islanders, le soulagement n'avait rien à voir avec la disette de 23 ans. Il s'agissait plutôt d'un groupe de joueurs qui évoluait pendant une période sombre qui incluait plusieurs saisons au fond du classement dans la LNH pour enfin se transformer en équipe qui s'est battue pour gagner une place en deuxième ronde des séries.

Voilà donc Hamonic, choix de deuxième ronde en 2008, se tenant debout devant les journalistes dimanche à la suite d'une victoire enlevante de 2-1 en deuxième période de prolongation pour éliminer les Panthers de la Floride en six matchs, n'ayant guère la force de garder son calme alors que des larmes montaient à ses yeux.

« C'est super. Je pense que ça signifie beaucoup », a dit Hamonic, qui avait dû se remettre d'une blessure au bas du corps en fin de la saison régulière afin d'être prêt à jouer dans le match no 1. « Il y a cette statistique qui disait que nous n'avons pas gagné depuis si longtemps. C'est super. Nous avons une occasion de continuer de jouer. Nous savons bien ce que c'est d'être à l'autre côté. Ils ont joué une sacrée série. C'était une série durement gagnée. C'était un vrai jeu d'échecs, probablement plus que l'on aurait pensé. Nous avons hâte de passer à la prochaine étape. Nous avons confiance en notre équipe et les joueurs dans ce vestiaire. »

Ce sont des semaines spéciales pour l'ailier droit Kyle Okposo, choix de premier tour des Islanders il y a 10 ans. Non seulement son épouse a donné naissance à un fils trois jours avant le début de la série, mais il a enfin vécu l'expérience de se retrouver dans l'équipe gagnante pendant les poignées de main traditionnelles en fin de série. Il réfléchissait aux années sans présence en séries et à l'abattement ressenti par lui et ses coéquipiers après avoir perdu le septième match de leur série de première ronde contre les Capitals de Washington la saison dernière.

« Ça signifie beaucoup, a déclaré Okposo. Il y avait beaucoup de sceptiques pendant mon séjour ici, à juste titre. Mais je suis très fier de la manière dont nous avons répondu au cours des dernières saisons. Nous avons eu plusieurs occasions dans cette série à jeter l'éponge et nous avouer vaincus, mais nous ne l'avons pas fait. Nous continuions de nous battre. Je suis extrêmement fier de ce groupe. »

Frans Nielsen, le joueur ayant passé le plus longtemps dans l'organisation des Islanders, en est fier aussi. Choix de troisième ronde au repêchage 2002 de la LNH qui a fait ses débuts dans la ligue quatre ans plus tard, Nielsen admettait que la victoire de dimanche était encore plus spéciale pour le noyau de l'équipe qui joue ensemble depuis sept saisons.

« Il y avait sûrement des années sombres, mais ceci est un bon sentiment. Nous avons maintenant une bonne équipe. Je joue aux côtés de ces gars depuis si longtemps, ça signifie beaucoup quand vous avons connu des moments décevants avant de commencer à croire que vous avez une équipe qui peut rassembler toutes les pièces du casse-tête.

« Ce n'était pas du tout facile. Nous avons dû nous battre avec acharnement. C'était une des séries les plus difficiles auxquelles j'ai déjà participé. Je crois que nous avons beaucoup appris des dernières saisons à quel point c'est un long processus et il faut être prêt à épuiser l'autre équipe. »

Les Islanders ont profité du brio du gardien Thomas Greiss, qui a rejoint l'équipe en tant que joueur autonome en juillet dernier, ainsi que des buts opportuns, aucun d'entre eux n'étant plus important que celui fourni par le visage de la concession et le premier choix au total au repêchage 2009, John Tavares, à mi-chemin de la deuxième période de prolongation du match no 6. Tavares avait également créé l'égalité 1-1 avec un but dans la dernière minute du temps réglementaire.

Mais quand Tavares a marqué son second but de la soirée et son cinquième de la série, il y a eu un sentiment que Tavares qualifiait d'euphorique. Il y avait également du soulagement que ces Islanders ont enfin trouvé les moyens d'accéder au deuxième tour, ainsi que l'émotion pure montrée sur le visage de Hamonic alors qu'il discutait du long parcours effectué par ses coéquipiers au fil des années. Ç'a dû également être une expérience gratifiante pour le directeur général Garth Snow, l'architecte de ce groupe de joueurs, qui continuait de bâtir son équipe petit à petit et qui refusait de démonter sa formation à la suite de la défaite contre Washington la saison dernière.

« Nous avons vécu des journées sombres ici, a affirmé l'ailier gauche Matt Martin. Il y a beaucoup de joueurs ici qui se rappellent avoir perdu 25 matchs de suite et été la risée de la ligue. Il y avait toujours beaucoup de critiques, beaucoup de négativité dans les médias. Nous avons traversé cette période ensemble, nous avons évidemment fait de grosses acquisitions la saison dernière avec (Nick) Leddy et (Johnny) Boychuk, et Greiss était formidable devant notre filet. C'est plaisant de l'avoir accompli ensemble, surtout après la défaite du match no 7 la saison dernière. [Snow] et [l'entraîneur Jack Capuano] et le personnel d'entraîneurs, ils sont restés sur leurs positions et ils ont cru en nous. Nous ne pourrions pas être plus heureux maintenant. »

En voir plus