Skip to main content

Les Hurricanes ne peuvent s'en remettre à la chance dans le match no 3

La Caroline doit mieux jouer même si elle a remporté les deux premiers duels de sa série contre les Islanders

par Tom Gulitti @TomGulittiNHL / Journaliste NHL.com

RALEIGH, Caroline du Nord - La chance est souvent une question de perception, et l'entraîneur Rod Brind'Amour est bien placé pour savoir que les Hurricanes de la Caroline ont été des deux côtés de ce spectre jusqu'ici dans leur série de deuxième ronde de l'Association de l'Est contre les Islanders de New York.

Sachant que les Hurricanes ne sont pas passés près d'offrir leur meilleur rendement au cours des deux premiers matchs, ils se sentent chanceux de mener la série quatre de sept 2-0 contre les Islanders, alors que le match no 3 sera présenté au PNC Arena mercredi (19 h (HE); NBCSN, CBC, SN, TVAS). 

À LIRE AUSSI : Mrazek évalué quotidiennement chez les HurricanesMcElhinney, le nouveau héros obscur des HurricanesTrotz: « Nous allons en Caroline pour gagner deux matchs, c'est tout »

Ils ont profité d'un bond chanceux lorsque le tir d'un angle fermé de Jordan Staal leur a donné la victoire 1-0 en prolongation du match no 1 vendredi, et ils ont été dominés pendant la majeure partie du match no 2 dimanche, mais ont touché la cible deux fois en 48 secondes par l'entremise de Warren Foegele et de Nino Niederreiter en tout début de troisième période pour se sauver avec un gain de 2-1.

« Je n'ai pas aimé notre match hier, a déclaré Brind'Amour lundi. Il y a eu beaucoup d'erreurs. Nous leur avons accordé beaucoup trop de chances de marquer. Nous nous sommes toutefois bien battus. C'est la fondation de ce groupe, alors je ne vais pas leur lancer la pierre pour cette rencontre. »

Il serait difficile de blâmer Brind'Amour d'adopter cette position en raison de la panoplie de blessures qui ont frappé les Hurricanes. La Caroline devait déjà se débrouiller sans les attaquants Andrei Svechnikov (commotion cérébrale), Micheal Ferland (haut du corps) et Jordan Martinook (bas du corps) avant de voir le gardien Petr Mrazek (bas du corps), le défenseur Trevor van Riemsdyk (haut du corps) et l'attaquant Saku Maenalanen (haut du corps) tomber au combat durant le match no 2.

Les Hurricanes sont toutefois parvenus à limiter les Islanders à un but au cours des deux premiers matchs, et cet unique filet, qui a été accordé à Mathew Barzal, a dévié sur le défenseur de la Caroline Jaccob Slavin.

« Est-ce qu'on peut faire mieux? Absolument, a indiqué Brind'Amour. Le jeu de puissance a de nouveau été mauvais. Il faut que ça s'améliore. Nous avons accordé de nombreuses chances sans raison, et c'est assurément pourquoi nous pouvons dire que nous avons été chanceux. S'ils vont obtenir des chances, nous devons nous assurer qu'ils auront travaillé pour les obtenir et que ce ne sont pas simplement des échappées et des jeux qui découlent d'une mauvaise gestion de la rondelle. Nous devons corriger ces choses, mais nous avons travaillé très fort, même si on peut dire que la chance nous a souri à quelques reprises. 

« Nous avons aussi été malchanceux sur le premier but. Nous avons aussi été malchanceux avec toutes ces blessures et la manière dont elles se sont produites. On peut regarder ça des deux côtés. Ça dépend de quel côté de la clôture vous vous trouvez. »

Les Hurricanes ont signé quatre gains de suite depuis qu'ils ont tiré de l'arrière 3-2 dans leur série de première ronde contre les Capitals de Washington, même s'ils n'obtiennent qu'une production mitigée de la part de leurs meilleurs attaquants depuis le début des séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Staal, qui a amassé sept points (trois buts, quatre passes) et Foegele, qui occupe le premier rang parmi les recrues de la LNH en séries avec cinq buts, ont produit à des moments opportuns, mais la Caroline souhaite en obtenir plus de la part de ses autres attaquants.

Sebastian Aho (deux buts, trois passes) et Teuvo Teravainen (trois buts, deux passes) ont tous deux obtenu cinq points en séries. Justin Williams en a quatre (un but, trois passes) et Niederreiter a trois points (un but, deux passes). 

La bonne nouvelle, c'est que Niederreiter semble vouloir prendre son envol. Il a préparé le but gagnant de Staal en prolongation du match no 1 et a fait dévier le tir de Teravainen pour inscrire le filet vainqueur dans le match no 2.

Video: CAR@NYI, #2: Niederreiter fait dévier devant le filet

« Il faut qu'il soit un élément important de notre attaque ou nous ne franchirons pas cette ronde, a assuré Brind'Amour. Nos meilleurs joueurs doivent être plus impliqués. C'est ainsi que ça fonctionne à ce moment de la saison. [Niederreiter] fait partie de ce groupe. Nous devons trouver un moyen de le relancer. D'autres joueurs ont également besoin d'élever leur jeu d'un cran. C'est toutefois une bonne chose, à mon avis, que nous soyons encore en train de jouer à ce moment-ci de la saison et que nous ayons besoin des joueurs qui doivent en donner plus encore. »

Il s'agit de la manière positive de regarder la situation. Il y a aussi des éléments négatifs, à commencer par le jeu de puissance de la Caroline, qui affiche un rendement de 0-en-21 depuis que le défenseur Dougie Hamilton a touché la cible en troisième période (avec son deuxième but du match en avantage numérique) dans un gain de 5-0 dans le match no 3 de la première ronde contre Washington.

Les Hurricanes sont également loin d'être aussi efficaces en sorties de zone conte les Islanders qu'ils l'ont été contre les Capitals. 
Ils ont aussi joué de chance lorsque des tirs de l'attaquant des Islanders Jordan Eberle et du défenseur Ryan Pulock ont frappé la barre transversale en troisième période dimanche.

Brind'Amour sait à quel point la chance peut rapidement changer de côté en séries. En l'espace d'une semaine, les Hurricanes sont passés d'une situation où ils faisaient face à l'élimination contre les Capitals, survivant notamment à deux périodes de prolongation dans un gain de 4-3 dans le match no 7, à une situation où ils se trouvent à deux victoires d'une présence en finale de l'Association de l'Est.

« C'est toujours comme ça, et il faut être vigilant parce qu'une semaine tout semble bien aller, mais il suffit d'une autre semaine pour qu'on se retrouve en vacances, a nuancé Brind'Amour. C'est pour ça que c'est si éprouvant mentalement. L'usure physique est ce dont tout le monde parle, parce que les gens voient les joueurs se faire frapper. Mais c'est le volet mental qui définit vraiment les séries éliminatoires. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.