Skip to main content

Les héritiers d'Eric Lindros

Ovechkin, Getzlaf, Backes, Lucic et Mantha parmi ceux qui incarnent le mieux les formidables atouts de l'ancien numéro 88 des Flyers

par Marc Tougas / Collaborateur LNH.com

« Choisissez votre poison », dit-on souvent dans les films de série B. Au hockey, personne n'incarnait mieux cette boutade acerbe qu'Eric Lindros, et c'est d'ailleurs pourquoi il méritait bien que les Flyers de Philadelphie retirent son numéro 88, comme ils l'ont fait jeudi.

Lindros avait tellement d'atouts, et des formidables à part ça - l'habileté pure, le gabarit (6 pieds 4 pouces, 230 livres), la vitesse, une robustesse agressive - que l'équipe adverse devait littéralement choisir son poison quand elle mettait au point son plan de match. En fait, Lindros était si dominant que la meilleure stratégie, en fin de compte, consistait quasiment à ne pas réveiller l'ours qui dort.

L'ours en question n'a pas souvent dormi, car Lindros a totalisé 865 points (372 buts, 493 passes) en 760 matchs en carrière, en plus de se voir décerner 1398 minutes de pénalités. Il a fallu un ennemi invisible, les commotions cérébrales, pour l'empêcher d'aller jusqu'au bout de son véritable potentiel, plus grand encore que ne l'indiquent les chiffres.

On réalise à quel point Lindros a été exceptionnel quand on constate que seulement deux joueurs qui évoluent présentement dans la LNH et qui ont un gabarit semblable au sien ont maintenu eux aussi un rythme de plus d'un point par match : Alex Ovechkin et Jaromir Jagr.

Bref, quand on fait le tour de la ligue pour identifier les héritiers de Lindros, il faut se contenter de joueurs qui réussissent seulement à s'approcher du formidable prototype de joueur - le prototype parfait, diront bien des gens - qu'il était. 

Ce qui n'empêche pas ces joueurs-là d'être dominants à leur tour et de jouer des rôles-clés dans les succès de leurs équipes respectives.

LNH.com vous propose un palmarès des joueurs qui évoquent le mieux Eric Lindros à l'heure actuelle dans la Ligue. On s'en est tenu aux attaquants d'au moins 220 livres, ou à peu près, qui produisent à un rythme de près d'un point par match (ou plus), et dont le total de minutes de punition trahit la présence d'un certain niveau de férocité sur la glace.

Les statistiques indiquées sont celles d'avant les matchs de dimanche.
1- ALEX OVECHKIN, Capitals de Washington (6 pieds 3 pouces, 235 livres)
Il est celui qui se rapproche le plus de Lindros en raison de son gabarit et de sa production de points, lui qui en compte 1085 (586 buts, 499 passes) en 968 matchs. Et il a quand même 637 minutes de punition, lui qui n'hésite pas à faire sentir sa présence par une solide mise en échec. Quand il décide de vous cibler, il est capable de vous faire mal. Et bonne chance à celui qui essaiera de le mettre en échec à son tour.

Video: ANA@WSH: Ovechkin complète la remontée des Capitals

2- RYAN GETZLAF, Ducks d'Anaheim (6 pieds 4 pouces, 223 livres)
C'est en grande partie grâce à lui que les Ducks ont été une des équipes les plus intimidantes physiquement de la ligue, et bien souvent parmi les plus dominantes sportivement, depuis qu'Anaheim a remporté la Coupe Stanley en 2007. Getzlaf maintient une moyenne de tout près d'un point par match, lui qui en a amassé 840 (240 buts, 600 passes) en 884 rencontres, avec un total de 748 minutes de punition, ce qui fait qu'il mérite lui aussi d'être mentionné dans la même phrase que Lindros.

3- JOE THORNTON, Sharks de San Jose (6 pieds 4 pouces, 220 livres)
Comme Lindros, il affiche des statistiques qui lui permettront sans doute d'être élu au Temple de la renommée du hockey, alors que le numéro 19 des Sharks a 1424 points (396 buts, 1028 passes) en 1491 matchs, ce qui lui vaut le 17e rang des marqueurs de tous les temps dans la LNH. Son total de minutes de pénalités (1194) est par ailleurs synonyme de « tasse-toi mon oncle ». On lui donne aussi des points bonis pour une particularité que Lindros n'a jamais eue : sa barbe de bûcheron.

4- DAVID BACKES, Bruins de Boston (6 pieds 3 pouces, 221 livres)
Le vétéran de 33 ans a 517 points (231 points, 286 passes) en 829 matchs, mais ce sont surtout ses 1061 minutes de punition qui lui donnent une place de choix au sein de ce palmarès. On n'est d'ailleurs pas le seul à voir du Lindros en lui puisqu'il a été un des joueurs autonomes les plus convoités à l'été 2016, les Bruins lui ayant alors consenti un contrat de cinq ans même s'il avait déjà atteint la trentaine.

5- BLAKE WHEELER, Jets de Winnipeg (6 pieds 5 pouces, 225 livres)
Meilleur marqueur des Jets et présentement parmi les 10 premiers pointeurs de la LNH, Wheeler offre lui aussi un mélange équilibré au chapitre des statistiques, avec ses 567 points (213 buts, 354 passes) en 744 matchs et ses 488 minutes de punition. Comme par hasard, Winnipeg est une des équipes de premier plan dans la ligue.

Video: MTL@WPG: Bel effort individuel de Wheeler

6- MILAN LUCIC, Oilers d'Edmonton (6 pieds 3 pouces, 236 livres)
C'est surtout en raison de sa présence physique intimidante, qu'il n'hésite pas à exploiter comme en font foi ses 960 minutes de punition en 776 matchs, qu'il incarne l'esprit de Lindros. Quand Lucic décide d'utiliser son poids, on a intérêt à s'enlever du chemin plutôt que d'essayer de le lui barrer. Son total de points (477, soit 191 buts et 286 passes) n'est pas mal non plus.

7- CHRIS KREIDER, Rangers de New York (6 pieds 3 pouces, 224 livres)
Chez les plus jeunes joueurs de la LNH - il a 26 ans -, il offre un bon équilibre entre la production de points et la volonté de sacrifier son corps pour aider son équipe. Il a 204 points (100 buts, 104 passes) en 360 rencontres, avec 311 minutes de punition.

8- ANTHONY MANTHA, Red Wings de Detroit (6 pieds 5 pouces, 225 livres)
Chez les jeunes joueurs québécois, il semble le mieux placé pour s'inspirer de la façon de faire de Lindros. L'attaquant de 23 ans a 68 points (34 buts, 34 passes) en 113 matchs, un rythme de production qui risque de s'accélérer, et 92 minutes de punition.

Video: NJD@DET: Mantha réussit un superbe but

9- RYAN JOHANSEN, Predators de Nashville (6 pieds 3 pouces, 218 livres)
Il ne projette pas l'image d'un joueur qui aime la rudesse comme Lindros, du moins à en juger par le dédain qu'il a affiché à l'endroit de Ryan Kesler et sa façon de jouer lorsque ce dernier l'a blessé à la cuisse et mis fin à sa saison lors des séries du printemps dernier. Il a quand même 277 minutes de pénalités en 475 matchs, lui qui a par ailleurs 314 points en carrière jusqu'ici (106 buts, 208 passes).

10- ERIC STAAL, Wild du Minnesota (6 pieds 4 pouces, 209 livres)
À 11 livres sous le seuil établi, le vétéran attaquant est un brin trop maigrichon pour se retrouver en haut de cette liste, mais il a 886 points (372 buts, 514 passes) en 1058 matchs, avec un total fort « respectable » de 742 minutes de punition. Côté agressivité, d'ailleurs, certains se souviennent encore de cette soirée du mois de novembre 2010 où Staal, en initiant un contact genou contre genou, avait envoyé le défenseur des Canadiens de Montréal Andrei Markov à l'infirmerie pour le reste de la saison…

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.