Skip to main content

30 en 30: Les grands enjeux chez les Sharks

Burns devrait être encore dans le coup pour le trophée Norris et Jones devrait consolider son statut de no 1

par Eric Gilmore / Correspondant NHL.com

NHL.com propose une analyse en profondeur de chacune des 30 équipes pendant tout le mois d'août. Aujourd'hui, les grands enjeux et les principales questions entourant les Sharks de San Jose.

Les Sharks de San Jose sont prêts à essayer d'atteindre de nouveau la Finale de la Coupe Stanley avec à peu près le même groupe de joueurs, après n'avoir pu couronner de succès leur première présence, la saison dernière.

Les attaquants de quatrième trio Nick Spaling et Dainius Zubrus, le défenseur de troisième duo Roman Polak et le gardien réserviste James Reimer ont quitté.

Les Sharks ont engagé l'attaquant Mikkel Boedker et le défenseur David Schlemko en leur offrant des contrats de quatre ans.

Ces acquisitions ont été faites un an après que les Sharks eurent mis sous contrat pour une longue durée l'attaquant Joel Ward et le défenseur Paul Martin, et qu'ils eurent obtenu le gardien Martin Jones dans un échange.

Voici quatre raisons d'être optimiste.

1. L'équipe est confiante et affamée

Une saison après avoir raté les séries éliminatoires, les Sharks ont prouvé à la ligue et à eux-mêmes qu'ils sont de sérieux aspirants pour l'obtention de la Coupe Stanley. Ils veulent maintenant prouver qu'ils peuvent la gagner pour la première fois de leur histoire.

 30 en 30 Sharks: Aperçu de la saison | Meilleurs espoirs | Analyse pour les poolers

« Vous voulez y retourner (à la Finale), a mentionné le capitaine des Sharks Joe Pavelski. Vous voulez toujours y participer, quand vous l'avez fait, vous voulez y aller de nouveau. Vous voulez trouver la recette et espérer être du côté des gagnants la prochaine fois. »

L'attaquant Joe Thornton a ajouté: « Nous avons un super groupe. Nous nous entendons tous à merveille. Le personnel d'entraîneurs a fait de l'excellent travail. Il a joué un rôle très important. Tout le monde sera de retour plus affamé. Ce sera une année passionnante pour nous. »


2. Les Sharks devraient connaitre un meilleur départ à l'an 2 de DeBoer

Les Sharks montraient une fiche de 18-18-2 après 38 matchs, avant d'enchaîner avec un rendement de 28-12-4 pour le reste de la saison pour terminer avec un dossier de 46-30-6. Il n'y aura pas d'ajustements à faire à l'an 2 de l'entraîneur Peter DeBoer en poste. Les joueurs vont savoir à quoi s'en tenir à leur arrivée au camp.

« Chacune des années est différente, mais nous aurons une meilleure compréhension, a avancé le capitaine Pavelski. Nous aurons une bonne idée dès le début du style que nous voudrons jouer. Ça va assurément aider. »

3. La deuxième saison de Martin Jones comme no 1

Jones s'est amené chez les Sharks à la suite d'un échange avec les Bruins de Boston, le 30 juin 2015. Il n'avait comme bagage dans la LNH que 36 matchs dans l'uniforme des Kings de Los Angeles, incluant deux en séries éliminatoires.

Le directeur général Doug Wilson s'attendait à ce le rendement de Jones soit à la hauteur du prix élevé payé afin de l'obtenir (un choix de premier tour en 2016 et l'espoir Sean Kuraly). Il avait vu juste.

Jones a conservé un dossier en saison régulière de 37-23-4, avec une moyenne de buts accordés par match de 2,27 et un taux d'efficacité tirs-arrêts de 0,918, en plus d'avoir réalisé six blanchissages.

Il a élevé son niveau de jeu en séries éliminatoires, se forgeant une fiche de 14-10, avec une moyenne de 2,16 et un taux de 0,923, en plus de trois jeux blancs.

« Jones a été incroyable, a souligné le joueur de centre Logan Couture. Il est tout un gardien. Nous sommes choyés de l'avoir avec nous. »

4. Brent Burns devrait encore être dans la lutte pour le trophée Norris

Burns a terminé au troisième rang du scrutin pour l'obtention du trophée Norris, la saison dernière, cimentant son statut à titre d'un des meilleurs défenseurs de la LNH. .

Le mélange de force brute, de rapidité et de combativité en fait un des joueurs les plus imprévisibles et craints.

Burns a progressé sous les ordres de DeBoer et de l'adjoint à l'entraîneur Bob Boughner, qui l'ont encouragé à soutenir l'attaque en estimant que les avantages de l'approche surpasseraient les risques encourus.

Le vétéran à caractère défensif Paul Martin s'est avéré être le partenaire fait sur mesure pour lui.

Burns a amassé 75 points, incluant 27 buts, tous des sommets personnels. Il a été le meilleur buteur chez les défenseurs et le deuxième meilleur marqueur. Il a ajouté sept buts et 17 passes pour 24 points en séries éliminatoires, dominant les défenseurs dans les trois catégories.

Voici les trois principales questions auxquelles les Sharks font face.


1. Comment réagiront-ils après la plus longue saison de leur histoire?

Les Sharks entrent en terrain inconnu, eux qui n'avaient jamais auparavant atteint la Finale de la Coupe Stanley.

Ils ont joué 24 matchs et leur saison n'a pas pris fin avant le 12 juin. La courte entre-saison le sera davantage pour quelques-uns des meilleurs éléments de l'équipe, incluant Thornton, Pavelski, Burns et le défenseur Marc-Edouard Vlasic, qui vont prendre part au tournoi de la Coupe du monde de hockey 2016.

« Ç'a été une saison éprouvante, a dit DeBoer. Éreintante en raison du total de matchs joués et du voyagement... Nous devrons élaborer un plan en vue de leur retour du tournoi afin de s'assurer de bien gérer leur niveau d'énergie. »

2. Qui secondera Jones?

Les Sharks ont amorcé la saison avec Alex Stalock comme réserviste, mais il a éprouvé des problèmes et on a fait l'acquisition de Reimer des Maple Leafs de Toronto avant la date limite des échanges. Reimer a conservé une fiche de 6-2 avec une moyenne de 1,62 et un taux d'efficacité de 0,938, comme réserviste de Jones.

Reimer a quitté comme on s'y attendait, s'étant entendu avec les Panthers de la Floride.

Les Sharks n'ont pas engagé de vétéran gardien, mais ils ont accordé un contrat de deux saisons à Aaron Dell, un gardien de l'organisation qui a disputé 40 rencontres dans la Ligue américaine (LAH), la saison dernière.

Mantas Armalis, qui a livré 34 matchs dans la Ligue élite de la Suède, a accepté un contrat d'entrée comme joueur autonome.

Troy Grosenick, qui a joué deux matchs chez les Sharks en 2014-15, est également sous contrat, mais Dell a nettement été meilleur que lui dans la LAH.

3. Joe Thornton peut-il continuer de défier le temps?

Thornton a obtenu 82 points (19 buts, 63 passes) la saison dernière, son meilleur total depuis la saison 2009-10 (89). Thornton a retrouvé des couleurs sous DeBoer, qui a remplacé Todd McLellan. C'est McLellan qui a dépouillé Thornton de son titre de capitaine, peu de temps après que les Sharks eurent laissé filer une avance de 3-0 contre les Kings de Los Angeles au premier tour des séries en 2014.

Thornton a montré un différentiel en défense de plus-25, son deuxième meilleur en carrière (plus-31 en 2005-06). Il écoule la dernière saison du contrat de trois ans le liant aux Sharks. À l'âge de 37 ans, il n'envisagera sans doute pas la retraite avant la quarantaine.

 

En voir plus