Skip to main content

30 en 30: Les grands enjeux chez les Red Wings

La progression des Danny DeKeyser, Dylan Larkin et Petr Mrazek cruciale pour Detroit

par Paul Harris / Correspondant NHL.com

Les Red Wings de Detroit sont comme le verre d'eau qui est à moitié plein ou à moitié vide, dépendamment de l'œil qui le regarde.

Ils atteignent les séries éliminatoires à toutes les années, mais ils ne veillent pas tard au printemps. Ils ont une équipe rapide qui fait vite circuler la rondelle et qui préconise un style enlevant, mais ils ont des problèmes à trouver le fond du filet (209 buts en 2015-16, 23e dans la LNH).

Les Red Wings ont dans leurs rangs trois formidables jeunes joueurs: l'attaquant Dylan Larkin, le défenseur Danny DeKeyser et le gardien Petr Mrazek. Larkin vient de souffler ses 20 chandelles. DeKeyser est leur meilleur défenseur, mais à l'âge de 26 ans il n'a pas atteint le statut de défenseur no 1 qu'une équipe aspirante aux grands honneurs a besoin. Mrazek, 24 ans, a été spectaculaire pendant de bonnes séquences, mais la constance n'est pas encore au rendez-vous dans son cas.

Voici quatre raisons d'être optimiste:

1. L'utilisation de Dylan Larkin au centre

Larkin est un joueur de centre naturel qui a patrouillé le flanc droit à sa première saison dans la LNH, à l'âge de 19 ans. Ça ne l'a pas empêché de dominer l'équipe avec 23 buts. Il a amassé 45 points et présenté un différentiel en défense de plus-11.

Larkin devra s'acquitter de plus de tâches en défense et il devra améliorer son taux de réussite de 41 pour cent sur les mises au jeu. Évoluer au centre va lui permettre d'influencer davantage et de plusieurs façons le déroulement des matchs en raison de sa grande rapidité.

2. La deuxième saison à la barre de Jeff Blashill

La transition avec son prédécesseur Mike Babcock ne s'est pas déroulée sans anicroche pour Blashill, à sa première saison comme entraîneur de la LNH. Même s'il y a peu de différences philosophiques entre les deux, l'équipe a paru éprouver des problèmes à composer avec les nuances. Particulièrement pour ce qui est des défenseurs qui mesuraient mal à quel moment ou non ils pouvaient soutenir l'attaque. Les joueurs devraient être plus à l'aise cette saison.

Les Red Wings ont apporté des changements au personnel de soutien de Blashill, avec Doug Houda et John Torchetti qui vont remplacer Tony Granato et Pat Ferschweiler.

Granato a quitté afin de diriger l'équipe universitaire du Wisconsin tandis que Ferschweiler a été réaffecté après sa première saison comme adjoint à l'entraîneur dans la LNH. L'entraîneur des gardiens Jeff Salajko remplace Jim Bedard.

Houda s'occupera du groupe de défenseurs ainsi que des stratégies en infériorité numérique. Torchetti veillera sur les attaquants et le jeu en supériorité numérique, un aspect qui a fait défaut pendant la majeure partie de la saison (taux de 18,8 pour cent, 13e position).

Detroit n'a réussi qu'un but en 25 occasions en supériorité au cours de la série de premier tour face au Lightning de Tampa Bay.

3. Thomas Vanek a des choses à prouver

Vanek était un marqueur élite quand il était au sommet de son art. Il a réussi 43 filets en 2006-07 et 40 en 2008-09 dans l'uniforme des Sabres de Buffalo.

Personne ne s'attend à ce que le patineur âgé de 32 ans se rapproche de ses sommets, mais on lui accorde de bonnes chances de surpasser le total des 21 buts qu'il a obtenu en 2014-15 ou des 18 la saison dernière.

C'est le pari qu'ont pris les Red Wings en lui consentant une entente d'une saison, au salaire de 2,6 millions $, même après avoir vu le Wild du Minnesota racheter son contrat.

Vanek (6 pieds 2 pouces, 214 livres) ajoute du poids à une équipe qui en a besoin à l'attaque.

4. Justin Abdelkader doit continuer de s'améliorer

Abdelkader, 29 ans, est devenu un des rouages les plus importants de l'équipe. Auteur de 42 buts au cours des deux dernières saisons, il préconise un style robuste, en plus d'être fiable en défense et d'évoluer au sein des unités spéciales.

À la suite du départ de Datsyuk, on le voit jouer un rôle plus important sur le plan du leadership. Il pourrait remplacer Datsyuk comme adjoint au capitaine, afin de seconder Nicklas Kronwall et le capitaine Henrik Zetterberg.

Abdelkader n'a cessé d'occuper une place plus importante à mesure qu'on lui a confié des taches additionnelles. Il n'y a pas de raison qu'il en soit autrement.

Voici les trois grandes questions auxquelles les Red Wings font face.

1. Comment le départ de Pavel Datsyuk va affecter l'équipe?

Même à l'âge de 38 ans, tout en étant moins productif et plus souvent ralenti par les blessures, c'est impossible de remplacer un joueur de la trempe de Datsyuk.

Les Red Wings espèrent que Frans Nielsen, à qui on a donné le 1er juillet un contrat de six ans au salaire annuel moyen de 5,25 millions $, va atténuer la perte.

Datsyuk et Henrik Zetterberg étaient les têtes d'affiche des Red Wings depuis le départ à la retraite du défenseur Nicklas Lidstrom à l'issue de la saison 2011-12.

Dans quelle mesure Zetterberg sera-t-il affecté par le départ d'un estimé coéquipier, mais aussi de son meilleur ami?

2. Petr Mrazek offrira-t-il un rendement constant?

Mrazek devra éviter de connaître de mauvaises séquences s'il veut conserver son statut de numéro un pendant toute la saison.

Jimmy Howard ne sera jamais loin derrière, advenant une baisse de régime, comme ç'a été le cas vers la fin de la saison dernière.

C'est Howard qui a concrétisé la place de l'équipe en séries éliminatoires, au détriment des Bruins de Boston.

Mrazek a retrouvé son poste à compter du troisième match de la série de premier tour face au Lightning. Il a disputé les trois dernières rencontres de la série que le Lightning a remportée en cinq matchs.

Il montre un dossier dans la LNH de 46-30-8, incluant neuf blanchissages, avec une moyenne de 2,29 et un taux d'efficacité de 0,920. Sa fiche est de 4-6 en séries, avec une moyenne de 1,88 et un taux de 0,931.

3. Danny DeKeyser continuera-t-il de progresser?

DeKeyser est le meilleur défenseur de Detroit et on l'a reconnu en lui offrant un contrat de 30 millions $ pour six ans à titre de joueur autonome avec compensation.

À sa cinquième saison dans la LNH, DeKeyser doit continuer d'être le défenseur mobile très fiable et qui est excellent pour faire circuler la rondelle hors de sa zone. Il lui reste à améliorera sa touche à l'attaque. Ce qui pourrait grandement contribuer au retour des Red Wings dans le giron des meilleures équipes de la ligue.

DeKeyser a réussi huit buts et il a récolté 20 points, tout en affichant un rendement en défense de plus-2, en 78 matchs en 2015-16.

Il a été utilisé en moyenne 21 :48 minutes par match, en ne voyant que peu d'action en supériorité numérique.

En voir plus