Skip to main content

Les Flames en position difficile au repêchage

Les acquisitions de Hamonic et Smith font en sorte que Calgary se retrouve avec aucun choix lors des trois premières rondes

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste NHL.com

À moins qu'ils effectuent une ou plusieurs transactions, les Flames de Calgary devraient connaître un Repêchage 2018 de la LNH plutôt tranquille, les 22 et 23 juin au American Airlines Center de Dallas.

Les récents échanges font en sorte que les Flames n'ont aucun choix dans les trois premières rondes cette année. Le directeur général Brad Treliving a échangé ce qui sera le 12e choix au total et un choix de deuxième ronde aux Islanders de New York en retour du défenseur Travis Hamonic le 24 juin 2017. Les Islanders ont également reçu un choix de deuxième tour en 2019 et les Flames ont acquis un choix de quatrième ronde en 2019.

Le choix de troisième ronde de Calgary cette année, le 74e au total, a été ajouté dans la transaction du gardien Chad Johnson et de l'espoir à la défense Brandon Hickey pour faire l'acquisition du gardien Mike Smith des Coyotes de l'Arizona le 17 juin 2017.

À LIRE : Gaudreau optimiste pour les Flames avec Peters | Des déboires à domicile ont coulé les Flames

Le résultat : la première sélection des Flames sera la 105e au total du repêchage, en quatrième ronde.

Ils ont un choix de plus en quatrième ronde (108e au total) et des choix en sixième (167e au total) et en septième (198e au total) rondes.

« Est-ce que nous aimerions parler en première ronde? Oui », a admis Treliving vendredi. « J'aimerais avoir un hélicoptère aussi. »

« Il y a un prix. Nous ne bougerons pas simplement pour pouvoir choisir un joueur vendredi. Il y a un prix considérable à payer pour ça. Est-ce que nous essayons d'obtenir plus de choix? Certainement. C'est quelque chose que nous explorons. »

Un manque de sélections tôt dans le repêchage ne change pas la préparation de l'équipe, selon Treliving.

« Notre dépistage, notre préparation et l'élaboration de notre liste se font comme chaque année, a-t-il expliqué. Tu dois faire ça, car les choses peuvent changer et tu dois être préparé. Le prix pour un choix de premier tour est élevé en ce moment. Ça prendrait un très bon jeune joueur pour le faire. Et est-ce que ça te donne réellement un gros avantage? Pour l'instant, on dirait bien que ça n'arrivera pas, mais nous verrons. »

Treliving a affirmé que les Flames comprennent les choix du passé qui ont mené à cette situation inhabituelle.

« Ce n'est pas arrivé du jour au lendemain, a-t-il dit. Tu évalues ce genre de choses quand tu effectues des transactions. Tu sais qu'il y a certaines années où tu auras moins de choix au repêchage. Tu n'aimes pas ce genre de situation, mais nous avons pris cette décision dans le passé, et maintenant, nous essayons de voir si nous pouvons ajouter des choix à ceux que nous avons déjà. »

Dans une entrevue avec NHL.com, Treliving a également discuté du changement d'entraîneur de Calgary pendant la saison morte et d'autres sujets en lien avec le besoin de l'équipe de s'améliorer après une fin décevante en 2017-18.

Comment le nouvel entraîneur Bill Peters offrira-t-il un nouveau départ à l'équipe?

« L'une des choses que Bill et les adjoints Geoff Ward et Ryan Huska veulent, c'est que l'équipe joue avec plus de vitesse. Nous avons effectué un changement d'entraîneur, mais comme je l'ai dit aux joueurs, ça n'a pas été fait pour mettre tout le blâme sur les entraîneurs. Moi-même et les joueurs sommes au centre des raisons qui expliquent pourquoi les choses n'ont pas bien tourné. Je pense que Bill est un gars exigeant. Je pense qu'il y aura un plus grand effort, mais aussi une attention portée au rythme et tout ça est relié à ton alignement. Ça aide quand tu as de la vitesse dans ton alignement, mais jouer rapidement ne veut pas nécessairement dire que les joueurs sont rapides individuellement. C'est l'une des choses que Bill a été capable d'instaurer en Caroline. »

Avec le recul, as-tu été capable de mettre le doigt sur ce qui explique la déconfiture de l'équipe dans les cinq ou six dernières semaines de la saison? Vous étiez en position de faire les séries, au troisième rang de la section Pacifique avec un dossier de 32-22-9, le 24 février. Est-ce en raison des blessures?

« Ç'a été quelques éléments. Nous avons été ennuyés par des blessures vers la fin, comme tout le monde. On se fiait à trop peu dans l'optique d'accomplir beaucoup trop offensivement. La saison a commencé comme ça. Dans les 18 premiers matchs de la saison, nous n'obtenions aucune production de nos troisième et quatrième lignes. Ça s'est replacé pendant environ 30 à 40 matchs, puis à la fin, la léthargie a recommencé. C'était notre profondeur pour marquer des buts. C'est en partie attribuable à nos jeunes qui gagnent encore en maturité, mais nous devons avoir plus de profondeur. Il faut peut-être faire un pas en avant à l'interne ou ajouter des éléments. Nos ailiers droits n'ont pas été productifs et il faut remédier à ça. Ça ne veut pas dire qu'on va tout chambarder, mais on se concentre sur cet aspect présentement. En général, il nous faut plus de profondeur. Tout ne peut pas reposer les épaules de ceux qui nous transportent offensivement. »

Video: CGY@OTT: Bennett fait 1-0 sur son propre retour

Avez-vous des mises à jour à donner sur l'état de santé de certains de vos joueurs qui étaient blessés à la fin de la saison?

« Tout le monde est en santé présentement. Matthew Tkachuk (commotion cérébrale, 12 derniers matchs de la saison), Sean Monahan (quatre opérations - poignet, deux hernies et aine, sept derniers matchs), T.J. Brodie (commotion cérébrale, cou, neuf derniers matchs), Mike Smith (bas du corps, trois derniers matchs) et Travis Hamonic (haut du corps, quatre derniers matchs) étaient tous à l'écart du jeu à la fin de la saison, mais ils ont tous obtenu le feu vert des médecins et sont de retour à l'entraînement. On touche du bois, mais il n'y a aucun problème en vue du camp d'entraînement. »

Vous avez obtenu 17 buts de Mark Jankowski, à son année recrue la saison dernière, ce qui est prometteur, et vous avez des joueurs en développement dans les mineures. Sur qui fondes-tu le plus d'espoirs et lesquels vois-tu avoir une place dans l'alignement cet automne?

« En défensive, je pense que Rasmus Andersson est en voie de devenir un joueur de la LNH à temps plein. Il a connu deux bonnes années dans la Ligue américaine de hockey (AHL). Ce sera un gros été pour lui, car il voudra être prêt à démontrer qu'il peut jouer avec nous à temps plein. Juuso Valimaki, notre choix de première ronde l'an dernier, a connu une très bonne saison. Il est encore jeune (19 ans), mais il est gros, fort, il bouge bien la rondelle et il a un bon coup de patin. Je ne pense pas qu'il est très loin de la LNH. Oliver Kylington (30e au total en 2015) est encore jeune (21) et a passé trois années complètes dans la AHL. En attaque, deux bons espoirs sont Andrew Mangiapane (166e au total en 2015) et Spencer Foo (joueur autonome signé le 1er juillet 2017). Andrew est prêt à compétitionner pour un poste et Foo s'est amené l'an dernier et ç'a été un ajustement pour lui dans la AHL, mais en deuxième moitié de saison, il a été un joueur dominant par moments. Il est habile, rapide et compétitif, mais il a terminé quatre années d'école donc il est un peu plus mature. Je m'attends à de bonnes choses de lui et d'autres joueurs qui approchent de la LNH. Nous commençons à les voir arriver et nous en avons besoin. »

Video: VGK@CGY: Jankowski déjoue Fleury du revers

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.