Skip to main content

Les Ducks doivent régler leurs problèmes en avantage numérique

Anaheim n'a marqué aucun but dans ses 21 dernières occasions sur le jeu de puissance à l'aube du match no 2 contre Nashville

par Lisa Dillman @reallisa / Journaliste NHL.com

ANAHEIM -- L'attaquant Jakob Silfverberg croit qu'un des facteurs qui expliquent les déboires des Ducks d'Anaheim sur le jeu de puissance est un manque de confiance.

Les Ducks amorceront le match no 2 de la finale de l'Association de l'Ouest face aux Predators de Nashville au Honda Center dimanche (19h30 H.E.; TVA Sports, SN, NBCSN) au coeur d'une disette de 0-en-21 en avantage numérique. Ils n'ont marqué aucun but en avantage numérique lors de leurs six derniers matchs et ils ont un taux d'efficacité de 12,5 pour cent (5-en-40) en 12 matchs des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2017. Le capitaine Ryan Getzlaf a marqué trois buts en avantage numérique, alors que Silfverberg a inscrit les deux autres.

« La chose qui me frappe en avantage numérique, c'est que nous ne jouons pas avec autant de confiance que nous avons eue en fin de saison régulière, a dit Silfverberg. Il y a parfois des moments où nous devrions conserver la rondelle au lieu de nous en débarrasser tout de suite. C'est la plus grande différence. »

Nashville a remporté le match no 1 de la série quatre de sept 3-2 en prolongation vendredi. Les Ducks tenteront d'éviter deux défaites de suite à domicile dans une deuxième série de suite, l'ayant déjà fait en deuxième ronde face aux Oilers d'Edmonton.

« Nous ne voulons pas tirer de l'arrière 2-0 comme nous l'avons fait contre Edmonton et nous forcer à nous rendre chez eux avec un déficit de 2-0 dans la série, a dit l'entraîneur Randy Carlyle dimanche. Nous tenterons de jouer mieux que nous l'avons fait dans le dernier match. Nous croyons que nous n'avons pas été près du niveau de jeu attendu chez nous. »

Dans le match no 1, les Ducks ont eu quatre occasions en avantage numérique, dont une vers la fin de la troisième période. Ils n'ont enregistré qu'un tir au but après que l'attaquant des Predators Ryan Johansen eut été puni pour un coup de bâton avec 5:54 à jouer.

« Nashville fait un bon travail en faisant pression sur nous, a expliqué Silfverberg. Mais il y a des moments où nous avons plus de temps que nous l'imaginons. »

L'autre élément manquant chez l'unité en avantage numérique des Ducks est l'attaquant Patrick Eaves qui a subi une blessure au bas du corps lors du match no 3 contre les Oilers. Les Ducks n'ont marqué aucun but en avantage numérique depuis le match no 2 contre Edmonton et ils s'ennuient de la présence d'Eaves, qui a démontré une capacité de s'installer devant le gardien adverse.

Eaves n'a plus besoin de béquilles, mais il est encore loin d'un retour. Il a indiqué dimanche que sa mère lui avait envoyé des pièces de Lego pour qu'il puisse passer le temps. Il a mentionné en souriant qu'il lui fallait sept heures pour assembler le modèle.

« Je me sens mieux chaque jour, a dit Eaves. Peu de temps s'est écoulé, mais ça semble comme une éternité, surtout quand tu es forcé à observer l'entraînement au lieu d'y participer. C'est pourquoi j'ai assemblé le modèle Lego hier. Je tentais d'occuper mon esprit. »

En voir plus