Skip to main content

Les DG discutent du règlement sur les temps d'arrêt

Ils veulent éliminer les temps d'arrêt après un dégagement refusé; le Comité de compétition de la LNH étudiera leur proposition

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal LNH.com

BOCA RATON, Floride - Les directeurs généraux de la LNH se sont entendus, mercredi, pour soumettre une modification au règlement sur les temps d'arrêt (règlement 87) au Comité de compétition de la LNH afin que ce dernier l'étudie plus longuement.

Les DG proposent que les entraîneurs n'aient plus le droit de demander un temps d'arrêt après que leur équipe eut effectué un dégagement illégal. Puisque les mêmes joueurs doivent rester sur la glace après un dégagement refusé, s'ils sont fatigués, cela peut procurer un avantage à l'équipe adverse en territoire offensif.

Ce changement doit être approuvé par le Comité de compétition et le Bureau des gouverneurs de la LNH avant d'être instauré officiellement.

« On essaie toujours de trouver des façons de générer de l'attaque et c'est un autre moyen utilisé par les entraîneurs pour empêcher l'adversaire de profiter de leur vulnérabilité », a déclaré le directeur général des Rangers de New York Jeff Gorton. « Je pense que c'est une bonne idée. »

Les DG sont conscients que le fait d'obliger des joueurs fatigués à demeurer sur la glace peut soulever des problèmes de sécurité. Cet aspect pourrait être relevé par l'Association des joueurs de la LNH (AJLNH), qui est aussi représentée sur le Comité de compétition.

« C'est un des sujets dont on a discuté. C'est un processus. Tout ce dont on parle ici sera analysé de différentes façons », a expliqué le DG des Jets de Winnipeg Kevin Cheveldayoff. « Toute idée doit commencer quelque part. »

Cheveldayoff croit que les entraîneurs préfèrent conserver leur temps d'arrêt pour contester un but. Ils ne doivent pas avoir utilisé leur temps d'arrêt pour contester un but compté après un possible hors-jeu ou à la suite d'obstruction à l'endroit du gardien.

Il affirme que c'est justement pour cette raison que les DG proposent cette modification au règlement.

« On ne le voit plus souvent, alors on veut s'assurer de l'éliminer complètement », a indiqué Cheveldayoff.

Modifications au calendrier

En réponse aux inquiétudes des DG, le commissaire de la LNH Gary Bettman a déclaré que la Ligue tenterait d'étaler les pauses de cinq jours de chaque équipe, les fameuses semaines de congé, sur deux périodes la saison prochaine. Ainsi, la moitié des équipes profiteraient d'une pause pendant une semaine et l'autre moitié, pendant la suivante.

Les équipes ont montré une fiche de 10-16-4 lors du premier match après ce long congé cette saison. Seulement quatre formations (les Rangers, les Maple Leafs de Toronto, les Canucks de Vancouver et les Sharks de San Jose) ont disputé cette partie contre des équipes qui revenaient aussi de leur pause.

« Comme ça, les équipes en congé pourront s'affronter lors des premiers matchs après leur pause, a expliqué le commissaire Bettman. Si ce n'est pas mieux et si on reçoit encore des commentaires négatifs, alors il faudra considérer les éliminer. »

La LNH et l'AJLNH avaient négocié l'inclusion de ces pauses prolongées dans la convention collective en échange du format à trois contre trois du Match des étoiles, ce qui a entraîné un calendrier plus condensé.

Avec ces semaines de congé et la Coupe du monde de hockey 2016 qui a retardé le début de la saison de cinq jours, les équipes doivent jouer leurs 82 parties en 175 jours cette année. L'an dernier, elles avaient disputé leurs 82 matchs en 187 jours.

« Ça nous inquiète, a admis le commissaire Bettman. Ça concerne la sécurité des joueurs, leur rendement, les blessures et la fatigue. Ça nous inquiète beaucoup et c'est pour ça qu'on va essayer un nouveau format. Si ça ne marche pas, on pourrait décider de passer à autre chose et de s'en débarrasser. »

Le commissaire Bettman a ajouté que ces pauses prolongées ne seraient pas ajoutées au calendrier de la saison prochaine si la Ligue décide de participer aux Jeux olympiques de 2018 à PyeongChang. Cependant, il a ajouté que pour l'instant, la LNH prévoyait d'élaborer un calendrier qui ne tient pas compte des Olympiques.

« On ne pense pas vraiment aux Olympiques en ce moment », a révélé le commissaire Bettman.

Les DG sont prêts à travailler avec un plafond salarial inchangé

Cheveldayoff a mentionné que les DG ont l'impression que le plafond salarial demeurera sensiblement le même la saison prochaine, c'est-à-dire à près de 73 millions de dollars.

« On va avoir une meilleure idée en juin, au moment de prendre les décisions importantes. Les chiffres vont commencer à sortir, alors on va pouvoir se faire une idée. Mais je crois qu'il pourrait rester inchangé », a affirmé Cheveldayoff.

Le commissaire adjoint de la LNH Bill Daly a déclaré que le plafond salarial pourrait grimper de trois millions de dollars si l'AJLNH décide d'y inclure son indice d'inflation de cinq pour cent. Toutefois, Daly a prévenu que les questions soulevées par l'AJLNH à propos des montants déduits des contrats des joueurs et placés en fiducie, qui sont liés au plafond salarial, pourraient influencer cette décision.

« Ça fait partie de nos discussions et de nos négociations avec l'Association des joueurs », a conclu Daly.

En voir plus