Skip to main content

Les deux gardiens des Penguins étaient très émotifs après la conquête

Fleury a passé le flambeau à Murray en sachant que la fin approche pour lui à Pittsburgh

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

NASHVILLE - La remise de la Coupe Stanley de Marc-André Fleury à Matt Murray pendant les célébrations des Penguins de Pittsburgh sur la patinoire du Bridgestone Arena a été hautement symbolique. Elle marquait la passation du flambeau entre le vétéran gardien au gardien d'avenir de l'organisation.

Quelques instants plus tard, les deux gardiens qui cohabitent depuis environ une saison et demie étaient très émotifs.

Fleury pleurait à chaudes larmes en tenant dans ses bras sa fille Estelle, avec près d'eux son épouse Véronique qui pleurait également, en sachant pertinemment qu'il venait très possiblement de revêtir le chandail des Penguins pour la dernière fois, après 13 saisons de loyaux services et trois conquêtes de la Coupe Stanley.

« Je suis content que nous ayons gagné. C'est difficile quand tu regardes un peu plus loin, mais je vais essayer de savourer la soirée. »

Le jeune Murray était émotif comme on ne l'avait jamais vu en répétant combien le geste de son coéquipier l'avait profondément touché.

« Ça revêt une grande importance pour moi, compte tenu de mon rang hiérarchique dans l'équipe à titre de jeune joueur. Quand je l'ai vu s'approcher de moi avec la Coupe, je pensais qu'il voulait la remettre à quelqu'un d'autre. J'ai été très surpris et ça m'a rendu très émotif.

« Je dois énormément à Marc-André, a-t-il enchaîné. Il a été un bon mentor pour moi. Sans tout son soutien, je n'aurais pas pu jouer de façon si relâchée comme je l'ai fait. Je le remercie pour tout ce qu'il a fait pour moi. »

En posant ce geste, Fleury a expliqué qu'il a également voulu souligner le bon travail qu'ils ont fait ensemble.

« Et Matt est le véritable gardien d'avenir de l'organisation, a-t-il ajouté. Je jugeais important qu'il puisse célébrer comme il se doit cette autre conquête. »

S'il avait paru presque gêné de soulever la Coupe sur la glace du SAP Center de San Jose il y a un an après n'avoir presque pas vu d'action, Fleury n'était guère plus enthousiaste cette année même s'il a amorcé 15 matchs et qu'il en a remporté neuf pour faire plus que la moitié du chemin.

« Quand tu ne joues pas le dernier match, que tu ne t'es pas battu avec tes coéquipiers, que tu n'as pas transpiré avec eux, c'est plus difficile, a-t-il souligné. Je vais essayer de me souvenir des matchs que j'ai joués dans les deux premières rondes cette année. »

Dans les gradins du Bridgestone Arena, les partisans des Penguins qui ont assisté aux célébrations ont montré leur appréciation à l'endroit de Fleury en scandant son nom.

« Ça fait chaud au cœur de savoir que les gens me soutiennent depuis toutes ces années. »
 
Le défenseur Kristopher Letang était animé de sentiments ambivalents comme Fleury, mais pour des raisons différentes. Il n'a pas pu participer aux succès des siens en séries en raison de l'opération au cou qu'il a subie en avril. Il savourait pleinement l'événement en compagnie de son épouse Catherine et de leur fils Alexander.

Le roc en défense de l'équipe a été limité à 41 matchs en saison régulière en raison de blessures. 

« J'ai essayé de m'impliquer du mieux que je pouvais en restant proche de mes coéquipiers et en leur donnant des conseils. »

Letang avait revêtu l'uniforme pour les célébrations et il a dit que c'est plus agréable de fêter une conquête comme joueur que comme « entraîneur ».

Il s'est dit content pour Fleury en disant que s'il a à quitter les Penguins il pourra le faire la tête haute.

« C'est possiblement le meilleur coéquipier qu'on a eu dans l'histoire de la concession. »

Quand on lui a demandé si les Penguins pouvaient compléter le tour du chapeau l'an prochain, Letang a répondu oui sans aucune hésitation.

« Une équipe qui a dans ses rangs Sidney Crosby et Evgeni Malkin peut tout le temps se dire : "Pourquoi pas". »

Plus satisfaisante pour Martin

L'adjoint à l'entraîneur Mike Sullivan Jacques Martin avait patienté longtemps avant de soulever la Coupe pour la première fois, l'an dernier, après 30 ans dans la LNH. 

Celui qui s'occupe de la défense des Penguins a dit trouver sa deuxième conquête plus valorisante en raison de l'adversité que l'équipe a dû surmonter, principalement la perte de Letang.

« Elle est assurément plus satisfaisante que la première. Kristopher c'est notre quart-arrière qui jouait 30 minutes par match, l'an dernier. L'organisation a beaucoup de mérite parce qu'elle a fait de judicieuses acquisitions. Le groupe de leaders a aussi fait du travail colossal. C'est possiblement le meilleur avec lequel j'ai été associé pendant toute ma carrière. »

« Sid » parmi les grands

Le copropriétaire Mario Lemieux n'a pas tari d'éloges à l'endroit de Sidney Crosby et d'Evgeni Malkin.

« C'est incroyable pour eux de gagner la Coupe trois fois. Dans le cas de "Sid", ça consolide sa place parmi les plus grands joueurs de l'histoire, comme pour Malkin. »

Lemieux, qui était le dernier joueur à avoir remporté le trophée Conn Smythe deux années de suite, a dit que c'est très spécial de voir Crosby lui succéder à ce titre.

« Il fait partie de la famille. Il a vécu avec nous pendant des années à Pittsburgh (à ses premières saisons dans la LNH), a-t-il évoqué. Il vient souvent chez nous même depuis qu'il a quitté la maison. Pour nos enfants, c'est comme un frère pour eux. C'est quelque chose de spécial pour lui, de gagner deux fois le trophée Conn Smythe et trois fois la Coupe Stanley, ainsi que tous les records qu'il possède. »

En voir plus