Skip to main content

Les choses doivent se replacer rapidement à St. Louis, dit Armstrong

Le DG des Blues discute de la date limite des transactions, de l'inconstance de son équipe et du contrat de Binnington dans un entretien avec LNH.com

par Mike Zeisberger @Zeisberger / Journaliste NHL.com

Les Blues de St. Louis doivent commencer à renforcer leur sentiment d'urgence avant que leurs espoirs de participer aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley ne s'envolent en fumée, a averti le directeur général Doug Armstrong. 

« Je pense que quelques questions se posent : avons-nous un trop-plein de confiance? Pouvons-nous simplement allumer un interrupteur pour que tout se replace? Parce que si c'est le cas, nous devons allumer cet interrupteur dès maintenant », a dit Armstrong. 

À LIRE AUSSI : Kings : « Nous ne méritons pas d'être en séries », dit McLellanLe Lightning à l'aise de ne pas bouger grâce à Coleman et à Goodrow

Moins de deux saisons après avoir remporté la Coupe Stanley, les Blues (16-16-6) sont présentement à égalité au cinquième rang de la section Ouest Honda avec les Sharks de San Jose, cinq points derrière les Coyotes de l'Arizona et la quatrième place, la dernière donnant accès aux séries éliminatoires. Leur défaite de 6-1 aux mains des Golden Knights de Vegas, lundi, était leur septième échec consécutif (0-6-1).

Armstrong dit garder les portes ouvertes à l'approche de la date limite des transactions, le 12 avril, mais il soutient que le talent qui règne au sein de son équipe devrait être suffisant pour obtenir de meilleurs résultats. 

« Je pense que l'approche à prendre est celle de se dire que nous avons une bonne équipe, que nous allons passer au travers, qu'il ne faut pas s'en faire, a-t-il dit. Mais parfois, si vous ne mettez pas tous les efforts, si vous n'allez pas au filet, si vous ne vous mettez pas le nez dans les endroits difficiles, les résultats ne changeront pas, quel que soit votre pedigree ou ce que vous avez accompli dans le passé. »

Dans une généreuse entrevue avec LNH.com, Armstrong a discuté de la saison en dents de scie des Blues, de l'impact de la COVID-19 sur la LNH et du nouveau contrat de Jordan Binnington. 
 

Dans cette saison en montagnes russes pour les Blues, qu'est-ce qui est le plus frustrant pour vous?

« Je dirais que notre inconstance, dans une équipe expérimentée comme la nôtre, m'a surpris. Et aussi notre incapacité à enchaîner les victoires. Nous sommes dans une séquence où nous perdons des matchs en ce moment. » 

Quelque chose en particulier qui vous rend perplexe?

« Je pense que nos unités spéciales ont été sous la moyenne toute l'année (24e en avantage numérique, 17,7 pour cent; 26e en infériorité numérique, 75,4 pour cent). Elles impliquent vos meilleurs joueurs soir après soir. C'est un peu frustrant, car si nos unités spéciales étaient dans le top-15, voire le top-10, nous serions probablement dans une bien meilleure position que celle dans laquelle nous nous trouvons présentement. »

Video: VGK@STL: Marchessault marque d'un angle impossible

Est-ce un peu embêtant quand on considère que quelques-uns de vos meilleurs joueurs offensifs sont de retour de blessures? On peut penser à Jaden Schwartz ou à Vladimir Tarasenko. Votre équipe a de la difficulté à marquer même avec le retour de certains éléments clés dans la formation. 

« Nous pensons que les gars ont fait du bon travail pour revenir plus tôt que prévu et pour trouver des moyens de récolter des points. Comme vous le savez, nous avons perdu des joueurs pour la saison. Ç'a commencé par Alex Steen (qui a décidé de prendre sa retraite), puis Carl Gunnarson (dos) et Oskar Sundqvist (genou) se sont ajoutés à la liste. Je pense que la perte de Colton Parayko pour une bonne partie de l'année nous a fait mal, mais ceci étant dit, certains joueurs sont de retour et nous n'avons pas vu les résultats de ces joueurs d'impact. »

Si vous misez sur la même formation après la date limite des échanges, croyez-vous que ce sera suffisant pour gagner cette saison?

« Nous pensions que ce le serait en amorçant la saison. Comme je l'ai dit, nous avons perdu quelques joueurs, mais c'est la même chose partout dans la Ligue. Je crois encore en ce groupe. Mais nous nous sommes placés dans une situation où nous devons être en mode séries aujourd'hui. C'est la réalité. Je me suis réveillé dimanche, puis j'ai regardé le classement, et nous étions à l'extérieur du portrait des séries. Si tu veux y revenir, tu dois gagner des matchs. »

Avec la date limite des transactions qui aura lieu lundi, comment croyez-vous que les mouvements de personnel vont être affectés par le caractère unique de la saison 2020-21?

« La dernière date limite était avant la pandémie, et tout le monde savait à quoi s'attendre en effectuant une transaction, car on avait 80 ans d'histoire derrière nous pour comprendre comment ça fonctionne. Cette année, c'est différent. Je pense que tout le monde va approcher cette date limite différemment. La période d'isolement pour les joueurs échangés à une équipe canadienne, le plafond salarial qui demeure fixe… Il y a beaucoup de facteurs dont il faut tenir compte et énormément d'incertitude. »

Video: ANA@STL: Puissant tir sur réception de Tarasenko

Est-ce que ça ne fait pas partie de l'incertitude dans laquelle la LNH est plongée depuis que la saison 2019-20 a été mise en pause en raison de la COVID-19?

« Il y a une partie de l'inconnu qui est désormais connu. Personne n'avait jamais joué dans une bulle, et nous ne savions pas à quel point ça allait être sécuritaire. Quand tu y repenses, je pense que tout le monde le referait. Une fois que tu es là-bas, tu es plus détendu, car tu sais que tu es protégé. Personne ne savait si ça allait être le cas lorsque nous nous sommes rendus sur place, car personne ne l'avait vécu auparavant. Il y a encore des éléments inconnus. Par contre, je pense qu'il faut souligner ceci : la Ligue a fait du bon travail pour composer avec toutes ces choses au fur et à mesure. Gardez en tête qu'il n'y a pas de mode d'emploi sur la façon de procéder pour aucun d'entre nous. »

Vous avez offert un contrat de six ans d'une valeur de 36 millions $ (valeur annuelle moyenne de 6 millions $) au gardien Jordan Binnington, le 11 mars, même s'il a connu des hauts et des bas cette saison, comme le reste de l'équipe. Pouvez-vous dire à quel point il s'agit d'un vote de confiance pour ce qu'il a accompli par le passé et ce qu'il pourrait faire dans l'avenir?

« Je dirais que tu t'engages envers un joueur comme Binnington en fonction de ce qu'il a accompli, mais également en raison de sa nature compétitive, de son désir d'être un bon joueur et de son éthique de travail. Il y a des fluctuations à cette position année après année. Regardez Jack Campbell chez les Maple Leafs de Toronto. Je pense qu'il a une fiche de 8-0-0 en ce moment. Ce n'était pas le même gardien il y a deux ans à Los Angeles. Il y a donc des fluctuations à cette position. Donc, nous nous sommes engagés avec Jordan en raison de son caractère, de son éthique de travail et de sa volonté d'être le meilleur. Dans la vie, tu vas toujours avoir des hauts et des bas. Tu vas tomber parfois. L'une des choses que je crois à propos de Jordan, c'est que lorsqu'il tombe, il se relève rapidement, et c'est ce que tu veux voir chez un joueur à cette position. Le temps nous le dira. C'est le genre de joueur avec qui tu veux aller à la guerre. »

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.