Skip to main content

Les Capitals sont heureux de l'avoir emporté, mais ne peuvent se relâcher

Ils sont prêts à relever un autre défi dans le match no 7, car ils savent que les Penguins « ne vont pas se rendre »

par Tom Gulitti @tomgulittinhl / Journaliste NHL.com

PITTSBURGH - Les cris et les applaudissements qui provenaient du vestiaire des visiteurs au PPG Paints Arena étaient audibles du corridor à l'extérieur de celui-ci, mais lorsque les portes se sont ouvertes pour permettre aux membres des médias, la célébration d'après-match des Capitals de Washington était terminée, et les joueurs étaient prêts à parler affaires. 

Les Capitals avaient toutes les raisons d'être heureux après leur gain de 5-2 contre les Penguins de Pittsburgh dans le match no 6 de leur série de deuxième ronde de l'Association de l'Est au PPG Paints Arena lundi. À l'exception d'un petit manque de concentration en fin de match qui a permis aux Penguins de marquer deux buts à 4-contre-4 afin de faire en sorte que le pointage final soit plus serré que le match lui-même, les Capitals ont fourni leur meilleur effort des présentes séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Ils sont arrivés à Pittsburgh déterminés à ne pas voir leur saison prendre fin au même endroit que l'an dernier. Maintenant qu'ils sont parvenus à le faire de manière convaincante et qu'ils ont forcé la tenue d'un match no 7 à Washington mercredi (19 h 30 (HE); TVA Sports, NBCSN, CBC), ils ne peuvent se permettre le moindre relâchement.

« Il reste encore beaucoup de travail à accomplir, a mentionné l'ailier droit T.J. Oshie. Nous l'avons dit auparavant, nos adversaires ne vont pas se rendre. Nous allons devoir être meilleurs. Nous allons devoir les pousser vers la sortie. Ce sera une tâche difficile, mais nous misons sur les bons joueurs pour y parvenir, ainsi que la bonne mentalité.

« Nous avons donc hâte de relever ce défi dans le match no 7. »

Après avoir encaissé un revers de 3-2 dans le match no 4 ici mercredi dernier alors que les Penguins étaient privés de leur capitaine Sidney Crosby en raison d'une commotion cérébrale, les Capitals tiraient de l'arrière 3-1 dans cette série quatre de sept et se rapprochaient dangereusement d'un autre printemps décevant, bien à court de leurs attentes en séries. Le fait que Washington n'avait pas franchi la deuxième ronde depuis 1998 revenait dans les conversations plus souvent que jamais.

Et même s'ils avaient été dominés pendant la majorité des quatre premiers matchs par les gagnants du trophée des Présidents, les Penguins semblaient impossibles à arrêter, bien partis pour défendre leur titre de champions de la Coupe Stanley acquis la saison dernière.

Tirant de l'arrière 2-1 au début du match no 5 samedi, alors que Crosby était de retour dans la formation des Penguins, les Capitals se trouvaient à 20 minutes d'une autre longue saison morte qui aurait pu avoir des conséquences sismiques pour l'ensemble de l'organisation. C'est alors qu'ils se sont regroupés et qu'ils ont disputé leur meilleure période de la série, marquant trois buts consécutifs pour signer une victoire de 4-2.

Ce jeu inspiré s'est transposé à la rencontre de lundi. Avec en mémoire leur défaite de 4-3 en prolongation contre les Penguins dans le match no 6 à Pittsburgh il y a un an, les Capitals ont fait en sorte que ce scénario ne se répète pas.

Ils ont eu le dessus 11-3 sur Pittsburgh au chapitre des tirs au cours d'une première période dominante et menaient 1-0 grâce au but d'Oshie en avantage numérique à 12:41. Andre Burakovsky a porté l'avance des siens 2-0 à 6:36 de la période médiane alors qu'il a volé le disque au défenseur des Penguins Ron Hainsey le long de la rampe du côté gauche, avant de foncer au filet et de marquer d'un tir qui a dévié sur le gardien Marc-Andre Fleury.

Le résultat semblait toujours incertain alors que les Capitals menaient par deux buts après deux périodes, mais ils se sont assurés de ne pas redonner vie aux Penguins au troisième tiers. Nicklas Backstrom a marqué sur un 2-contre-1 après 16 secondes de jeu dans la période pour porter la marque 3-0. Puis John Carlson (en avantage numérique à 11:17) et Burakovsky (12:29) ont fait vibrer les cordages en l'espace de 1:12 pour faire 5-0, et ainsi pousser plusieurs partisans des Penguins vers la sortie.

« Si vous regardez les parties, même s'ils menaient 3-1, nous avions le sentiment de mieux jouer que ce les résultats indiquaient, a noté Backstrom. Nous avons continué de travailler. Je crois que la différence au cours des deux derniers matchs est peut-être que nous avons également profité de nos chances de marquer, et nous nous sommes également assurés de ne pas leur donner d'espace. »

L'entraîneur Barry Trotz a parlé tout au long de la saison de la manière dont la résilience des Capitals faisait de cette équipe une équipe différente de celles qui avaient déçu en séries par le passé. Jusqu'aux deux derniers matchs, il n'était pas clair si Trotz le pensait vraiment, ou s'il tentait de se convaincre et de convaincre ses joueurs.

« Nous avons pris une grande respiration, nous nous sommes regroupés et nous avons dit : "Allons les vaincre dans le match no 5", a raconté le défenseur Matt Niskanen. Il nous a fallu jusqu'à la troisième période du match no 5 pour nous mettre en marche et être récompensés. Il s'agit d'un moment où nous aurions pu simplement abandonner, et même dans le match no 5, nous aurions facilement pu nous rendre et dire : "Rien ne roule en notre faveur."
 
« Nous avons toutefois continué à pousser et pousser encore, et voilà où cela nous a menés. Nous avons la chance de les éliminer en sept parties. »

Niskanen a également noté un autre tournant de la série. Il s'agit du moment où Trotz a demandé à son capitaine Alex Ovechkin de passer du premier au troisième trio dans le match no 5.

Ovechkin, le marqueur le plus prolifique de sa génération, n'a jamais remis cette décision en question. Comme il l'avait fait avec les autres requêtes de Trotz à son endroit cette saison, comme de réduire son temps de glace, Ovechkin a accepté son rôle et a même inscrit un but dans le match no 5.

« J'ai adoré sa réponse, a affirmé Niskanen. J'ai aimé le fait qu'il ne l'ait pas pris de manière personnelle. À ce moment de l'année, il faut parfois mettre son égo de côté et travailler plus fort. Dans le match no 5, il a patiné comme un fou, il a bousculé les joueurs adverses, il était comme un taureau dans un magasin de porcelaine à nouveau, et il a été récompensé avec un but. Son attitude n'a pas changé. Il veut gagner et il veut faire une différence. Ce n'est pas facile à faire pour un joueur aussi fier qui est un des meilleurs de joueurs de la ligue depuis longtemps. 

« Il a mis son égo de côté, et tout s'est bien déroulé. »

En voir plus