Skip to main content

Les Canucks invaincus prennent confiance

Des remontées et une défensive améliorée ont permis à Vancouver d'égaler le meilleur début de saison dans l'histoire de la concession

par Kevin Woodley / Correspondant LNH.com

VANCOUVER -- Plusieurs experts ont prédit que les Canucks de Vancouver allaient se retrouver au fond du classement général de la LNH cette saison, mais après quatre matchs, les Canucks sont la seule équipe invaincue dans la ligue.

Aidés par un départ peu commun dans lequel ils sont devenus la première équipe de l'histoire à remporter leurs trois premiers matchs sans jamais tenir une avance, les Canucks ont également prouvé qu'ils peuvent conserver une priorité en défaisant les Sabres de Buffalo 2-1 jeudi, égalant ainsi le record d'équipe pour le meilleur début de saison (4-0-0), établi en 1992-93.

Les Canucks pourraient porter leur heureuse séquence à 5-0-0 avec une victoire face aux Kings de Los Angeles samedi (22h HE; CBC, FS-W, NHL.TV).

Une simulation d'EA Sports pendant la présaison a prédit que Vancouver allait terminer la saison régulière avec 63 points, deux de moins qu'a prédit le journal USA Today, mais les Canucks ne sont pas encore prêts à déclarer la victoire face aux sceptiques.

« Nous nous attirerons des ennuis si nous nous détendons, si nous nous éloignons de notre système, a dit l'attaquant Jannik Hansen. Et nous aurons des problèmes si nous devons miser sur de belles performances individuelles. Cette équipe n'a pas suffisamment de profondeur pour l'accomplir. »

Malgré le fait qu'ils figurent à égalité au 26e rang au chapitre des buts marqués par match (2,25) avant les matchs de vendredi, les Canucks ont déjà réussi trois remontées en troisième période, égalant leur total de l'entièreté de la saison dernière (3-30-1) dans une seule semaine. L'établissement des records de la LNH a suscité de la confiance parmi un groupe de joueurs qui en avaient besoin après avoir raté les séries éliminatoires de la Coupe Stanley pour une deuxième fois en trois saisons après avoir fini au 28e échelon dans la LNH en 2015-16.

« Revenir de l'arrière dans ces matchs, c'était énorme, a lancé l'attaquant Daniel Sedin. Ces deux ou trois premiers matchs où nous sommes venus de l'arrière, c'est là quand nous avons compris que nous pouvons jouer dans notre système avec succès. Si nous continuons de jouer là-dedans, même si nous tirons de l'arrière 3-0, ça va finalement payer. Cela a aidé tout le monde à se calmer et à croire que nous pouvons avoir du succès. »

La plus grande surprise à propos du bon départ des Canucks est la manière dont ils l'ont accompli, ou précisément, la manière dont ils ont trouvé le moyen de l'accomplir sans contributions de certains joueurs. L'attaquant Loui Eriksson, qui a signé un contrat de six ans de 36 millions $ avec l'équipe le 1er juillet après avoir inscrit 30 buts avec les Bruins de Boston, n'a pas retrouvé la chimie avec les jumeaux Daniel et Henrik Sedin au sein du premier trio.

Eriksson n'a marqué aucun but en raison d'une première unité en avantage numérique qui n'a réussi aucun but en 11 occasions avant de toucher la cible en troisième période contre les Sabres.

« À l'aube de la saison, je m'attendais à ce que la clé soit nos gardiens et des buts en avantage numérique, a confié l'entraîneur Willie Desjarnais. C'est ainsi que je prévoyais la saison. »

Les Sedin étaient censés mener l'attaque, mais à l'exception d'une brillante séquence de deux minutes qui a précédé le but égalisateur contre les Flames de Calgary samedi, ils ont eu des difficultés à 5-contre-5 et ils étaient parfois séparés l'un de l'autre.

« Ils ne semblent pas avoir retrouvé le rythme, a noté Desjardins. L'année dernière, ils nous ont menés pendant la première moitié de la saison. Ils forment encore un bon trio et ils vont trouver le moyen. »

La plus grande différence qui explique le redressement récent peut se retrouver chez la brigade défensive.

Les Canucks attribuent leurs succès à une structure améliorée, surtout en territoire neutre, dans un système modifié par le nouvel entraîneur adjoint Doug Jarvis. Vancouver a cédé 32,5 tirs au filet par match la saison dernière, finissant à l'avant-dernier rang dans la LNH, mais avant les matchs de vendredi, l'équipe figurait à égalité au troisième rang en allouant en moyenne 24,5 tirs par rencontre.

« Nous revenons toujours sur l'importance de la défense, pour tous les cinq joueurs, a déclaré le défenseur Ben Hutton. Ce sont cinq joueurs en avant et cinq en arrière. Nous voulons nous assurer que les attaquants reculent rapidement et que les défenseurs sont bien positionnés et qu'ils parlent avec les attaquants. »

Un système plus simple pour les jeunes joueurs est partiellement responsable, mais Daniel Sedin a noté qu'il s'agit également d'une mentalité de s'en tenir au système modifié, parce que la philosophie globale a changé.

« Cette saison, l'objectif n'est pas le développement des joueurs, a affirmé Sedin. Nous jouons pour gagner. Chaque situation est importante. Le déploiement des joueurs pour des mises en jeu en territoire offensif et défensif, par exemple. Il y a encore plus d'instruction des entraîneurs et l'objectif cette saison est la victoire, ce n'est pas le développement des jeunes joueurs comme ce l'était la saison dernière. »

Reste à voir si la nouvelle philosophie est suffisante pour effectuer un retour aux séries.

Même après un départ parfait, la tâche ne sera pas facile.

« Nous avons gagné un peu de confiance, mais nous devons désormais jouer avec acharnement chaque soir, a dit Desjardins. Pour l'instant, je nous considère comme étant une équipe qui doit se battre chaque soir pour gagner. »

En voir plus