Skip to main content

Les jeunes vedettes seront les meneurs d'Équipe Amérique du Nord

L'équipe des joueurs de 23 ans et moins pourrait inclure Eichel, Larkin, McDavid

par Shawn P. Roarke et Mike Morreale / Journalistes LNH.com

Alors qu'on se retrouve pratiquement aux trois quarts de la saison 2015-16 de la LNH, ça commence à se préciser pour les dirigeants d'Équipe Amérique du Nord ainsi que pour les jeunes joueurs du Canada et des États-Unis qui sont susceptibles de se retrouver au sein de cette formation à l'occasion de la Coupe du monde de hockey 2016.

Seuls les joueurs âgés de 23 ans ou moins, en date du 1er octobre 2016, auront le droit de jouer pour Équipe Amérique du Nord. Les joueurs admissibles à s'aligner avec la formation nord-américaine ne pourront faire partie d'Équipe Canada ou d'Équipe États-Unis à l'occasion du tournoi qui regroupera huit équipes.

 

Le truc lorsqu'on se penche sur le cas de jeunes joueurs comme ceux-là, c'est d'en évaluer le plus grand nombre possible, parce que plusieurs candidats potentiels n'ont pas des antécédents très étoffés dans la LNH, ni dans les tournois internationaux seniors de premier plan.

Les cinq derniers mois de compétition dans la LNH ont permis aux directeurs généraux Peter Chiarelli, des Oilers d'Edmonton, et Stan Bowman, des Blackhawks de Chicago, de recueillir des données plus détaillées sur les joueurs qu'ils songent à inclure au sein de leur formation de 23 joueurs, dont la liste devra être soumise d'ici le mois de juin.

Voici l'allure que pourrait prendre la formation d'Équipe Amérique du Nord (en ordre alphabétique par position) à l'occasion de la Coupe du monde, qui se déroulera du 17 septembre au 1er octobre à Toronto :

ATTAQUANTS

Jack Eichel, Sabres de Buffalo, États-Unis, C - Une menace constante à l'attaque à sa première saison dans la LNH, Eichel, 19 ans, a été à la hauteur des attentes élevées qu'on avait à l'endroit de celui qui a été choisi au deuxième rang du repêchage 2015 de la LNH. Il est parmi les trois premiers chez les recrues de la ligue pour les buts, les buts en avantage numérique, les tirs au but et le temps de glace en moyenne. Il a remporté une médaille d'or avec les États-Unis au Championnat du monde junior des moins de 18 ans en 2014 et le bronze au Championnat du monde 2015.

Dylan Larkin, Red Wings de Detroit, États-Unis, C - Nouvellement consacré plus rapide patineur dans la LNH après qu'il eut réussi un tour de patinoire record au Match des étoiles Honda 2016 de la LNH, Larkin a été une révélation cette saison. Il a 38 points en 54 matchs, un total qui lui permet d'être le meneur d'une équipe des Red Wings parsemée de vétérans alors que Detroit se bat pour une place en séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Auston Matthews, Lions de Zurich (Suisse), États-Unis, C - Celui qui est pressenti pour devenir le premier choix du repêchage 2016 de la LNH, Matthews, 18 ans, a emprunté un cheminement inhabituel pour son développement, choisissant de jouer dans les rangs professionnels en Europe contre des joueurs beaucoup plus âgés que ceux qu'il aurait affrontés dans les rangs juniors ou universitaires. Il a produit à la mesure de son potentiel à Zurich, où il a marqué 23 buts et récolté 38 points avec l'équipe qui occupe le premier rang au sein de la première division suisse. Cette production fera taire les doutes concernant Matthews, à savoir s'il serait capable de tirer son épingle du jeu durant un tournoi comme celui de la Coupe du monde avant même de participer à son premier camp d'entraînement de la LNH.

Connor McDavid, Oilers d'Edmonton, Canada, C - Réclamé au premier rang du repêchage 2015 de la LNH, McDavid se distingue dans les trois zones. Il a raté 37 matchs en raison d'une fracture à la clavicule gauche, mais il a repris là où il a laissé quand il est revenu au jeu le 2 février, y allant notamment d'une soirée de cinq points jeudi dernier. McDavid a aidé le Canada à rafler l'or au Championnat mondial junior 2015, récoltant alors trois buts et 11 points avec un différentiel de plus-8 et un pourcentage d'efficacité de 61 pour cent au chapitre des mises en jeu.

Sean Monahan, Flames de Calgary, Canada, C - Monahan a 21 ans, il en est à sa troisième saison complète dans la LNH et il marque en moyenne un but à tous les quatre matchs. C'est là une expérience et une production affichée sur une longue période de temps qui s'avéreront très attrayantes pour les dirigeants chargés de choisir les joueurs d'Équipe Amérique du Nord.

Ryan Nugent-Hopkins, Oilers d'Edmonton, Canada, C - Il compte plus de 300 matchs d'expérience dans la LNH et il joue déjà le rôle d'adjoint au capitaine avec son club, et pourtant il n'a que 22 ans. Nugent-Hopkins a toujours été en avance en matière de développement, et cette tendance s'est poursuivie au niveau de la LNH. Il devrait être une des pierres d'assise d'Équipe Amérique du Nord, autant sur la patinoire qu'en dehors.

Max Domi, Coyotes de Phoenix, Canada, AG - Domi, 20 ans, a mérité sa place dans l'équipe après avoir connu un départ en trombe à sa première saison dans la LNH. Même s'il a ralenti offensivement depuis, Domi a eu le temps de montrer qu'il a toutes les habiletés nécessaires pour jouer avec et contre des joueurs de premier plan. Sa candidature sera étudiée attentivement d'ici la fin de la saison.

Alex Galchenyuk, Canadiens de Montréal, États-Unis, AG - Alors qu'il en est à sa quatrième saison dans la marmite sous pression d'une ville de hockey comme Montréal, Galchenyuk a montré qu'il a le tempérament pour connaître du succès dans un tournoi où l'enjeu est grand. Il a le gabarit (6 pieds 1 pouce, 207 livres) et les habiletés nécessaires pour jouer au centre ou à l'aile. Cette polyvalence, qu'il affiche à un aussi jeune âge, lui donne un avantage par rapport à d'autres candidats.

Johnny Gaudreau, Flames de Calgary, États-Unis, AG - Gaudreau, 22 ans, connaît bien le contexte dans lequel évolue une jeune équipe en quête de succès. Lui et plusieurs autres jeunes coéquipiers sont les principaux animateurs des performances des Flames. Il est en bonne voie de surpasser les statistiques qu'il a affichées au cours de son impressionnante saison recrue, ce qui lui permet de montrer une moyenne de 0,87 point par match jusqu'ici à ses deux premières campagnes dans la LNH. On comptera sur lui afin qu'il produise à l'attaque.

Jonathan Huberdeau, Panthers de la Floride, Canada, AG - Huberdeau apprend le métier aux côtés d'un grand maître en Floride, alors qu'il joue régulièrement au sein du même trio que le légendaire Jaromir Jagr. Il a par ailleurs montré qu'il est un excellent élève. Cette saison, l'attaquant de 22 ans a 40 points en 55 matchs. En 251 rencontres dans la LNH, il totalise 153 points.

Brandon Saad, Blue Jackets de Columbus, États-Unis, AG - Saad, qui devance de moins d'un mois la date butoir pour être admissible à faire partie de cette équipe, risque d'être le joueur le plus âgé d'Équipe Amérique du Nord et il a assez d'expérience pour en être le capitaine. Il a déjà 264 matchs du calendrier régulier à son actif, mais, plus important encore, il a connu trois longs parcours en séries éliminatoires, remportant la Coupe Stanley à deux reprises.

Nathan MacKinnon, Avalanche du Colorado, Canada, AD - Alors qu'il est encore une fois sur le point d'atteindre le cap des 20 buts et des 50 points, MacKinnon est un spécialiste de l'offensive sur lequel on misera pour montrer la voie aux plus jeunes de l'équipe. Il est très efficace également en avantage numérique, ce qui est là une qualité qui est toujours très utile quand on regroupe des joueurs de différentes provenances à la dernière minute en vue d'un tournoi où ils ont peu de temps pour développer une chimie entre eux.

Mark Scheifele, Jets de Winnipeg, Canada, AD/C - On a l'impression que Scheifele fait partie des meubles depuis toujours, mais il en est seulement à sa troisième saison complète dans la LNH. Il se comporte comme un joueur qui a bien plus que 200 matchs d'expérience dans la LNH, alors qu'il joue de façon responsable en défensive et affiche une belle constance à l'attaque. Scheifele gère toutes les situations de jeu avec aplomb et on devrait lui donner davantage de responsabilités avec cette équipe qu'avec les Jets, qui comptent plusieurs vétérans.

DÉFENSEURS

Seth Jones, Blue Jackets de Columbus, États-Unis - Défenseur mobile et intelligent de 6 pieds 4 pouces et 205 livres, il est capable de faire les bons choix de jeu sous pression. Depuis qu'il a été échangé aux Blue Jackets en janvier, Jones obtient beaucoup de temps de glace et il joue un rôle important. Il a eu beaucoup de succès à l'échelle internationale avec l'équipe américaine, ayant remporté la médaille d'or au Championnat mondial junior 2013 et le bronze au Championnat du monde 2015.

Morgan Rielly, Maple Leafs de Toronto, Canada - Rielly est en voie de s'établir comme un élément-clé dans la reconstruction des Maple Leafs. Il a représenté le Canada dans plusieurs compétitions internationales, ayant notamment pris part au Championnat mondial junior 2013 et au Championnat du monde 2014.

Ryan Murray, Blue Jackets de Columbus, Canada - Joueur efficace en avantage et en désavantage numérique, Murray est un défenseur qui excelle dans les deux sens de la patinoire, alors qu'il se fie à son instinct et à son intelligence pour avoir le dessus sur ses opposants. Une bonne chimie est en train de s'établir entre Seth Jones et lui à Columbus. Il a raflé la médaille de bronze avec le Canada au Championnat mondial junior 2012.

Aaron Ekblad, Panthers de la Floride, Canada - Ekblad n'a pas ralenti depuis qu'il a remporté le trophée Calder à titre de recrue de l'année dans la LNH, la saison dernière, alors qu'il a eu droit à plus de 20 minutes de temps de glace par match au sein du premier duo d'arrières chez les Panthers jusqu'ici cet hiver. Il a participé au Match des étoiles de la LNH ces deux dernières saisons et il a décroché la médaille d'or avec le Canada au Championnat du monde 2015.

Dougie Hamilton, Flames de Calgary, Canada - Hamilton a eu besoin d'une période d'adaptation après que les Bruins de Boston l'eurent échangé aux Flames pendant le repêchage 2015 de la LNH, mais il a fait preuve d'une belle persévérance. Ce grand défenseur droitier (6 pieds 6 pouces, 209 livres), qui est également très mobile et a un dur tir frappé, a raflé une médaille de bronze avec le Canada au Championnat mondial junior 2012; il avait inscrit deux buts et six points en six matchs à ce tournoi.

Jacob Trouba, Jets de Winnipeg, États-Unis - Trouba, qu'on emploie généreusement au sein du jeu de puissance et du désavantage numérique, a été utilisé dans les moments cruciaux des matchs des Jets ces trois dernières saisons. Il a remporté une médaille d'or dans le rôle d'adjoint au capitaine avec les États-Unis au Championnat mondial junior 2013, affichant alors le total le plus élevé parmi les défenseurs du tournoi au chapitre des buts (cinq) et des points (neuf). Il a également décroché une médaille de bronze pour son pays au Championnat du monde 2013.

Shayne Gostisbehere, Flyers de Philadelphie, États-Unis - Ce joueur de 5 pieds 11 pouces et 185 livres qui tire de la gauche a battu le record de Barry Beck pour la plus longue séquence de matchs avec au moins un point de la part d'un défenseur recrue (11). Gostisbehere a raflé l'or avec les États-Unis au Championnat mondial junior 2013 et décroché le championnat de la NCAA en 2014 avec Union College.  


GARDIENS

John Gibson, Ducks d'Anaheim, États-Unis - Celui qui a participé au récent Match des étoiles Honda 2016 de la LNH a aidé les Ducks à se remettre dans la course pour une place en séries éliminatoires de la Coupe Stanley grâce à ses performances étincelantes. Gibson a connu plus que sa part de succès à l'échelle internationale, remportant notamment une médaille d'or avec les États-Unis au Championnat mondial junior 2013, étant alors nommé joueur le plus utile à son équipe après avoir affiché la meilleure moyenne de buts alloués et le meilleur pourcentage d'arrêts du tournoi.

Connor Hellebuyck, Moose du Manitoba (Ligue américaine de hockey), États-Unis - Âgé de 22 ans, il a été le meilleur gardien au Championnat du monde 2013, en vertu d'une moyenne de buts alloués de 1,37 et d'un pourcentage d'arrêts de ,948 en huit rencontres; il a ainsi aidé les États-Unis à rafler la médaille de bronze. Il a affiché une moyenne sous la barre des 2,50 avec les Jets cette saison, mais un manque de places au sein de la formation a obligé Winnipeg à l'affecter à la LAH vendredi.

Matt Murray, Penguins de Pittsburgh, Canada - Originaire de Thunder Bay, en Ontario, il a décroché une médaille de bronze avec le Canada au Championnat du monde des moins de 18 ans en 2012 en enregistrant alors une moyenne de 2,72 en sept matchs. Il a affiché son potentiel dans les quatre matchs qu'il a disputés devant le filet des Penguins cette saison, montrant un dossier de 2-1-1 avec une moyenne de 1,72 et un pourcentage d'arrêts de ,938. À Wilkes-Barre/Scranton, il montre des statistiques qui le placent parmi les cinq premiers gardiens dans la Ligue américaine de hockey pour la moyenne et le pourcentage d'arrêts.

 

En voir plus