Skip to main content

Les Canadiens reconnaissent la puissance de Weber

Lorsque le détenteur en titre du tir le plus puissant s'élance, ses coéquipiers préfèrent lui laisser le champ libre

par Arpon Basu @ArponBasu / Directeur de la rédaction LNH.com

MONTRÉAL - La suggestion a été lancée à l'attaquant des Canadiens de Montréal, Andrew Shaw, et il était totalement d'accord au premier abord.

Shaw racontait que son coéquipier, le défenseur Shea Weber, a averti les attaquants de l'équipe de ne pas perdre leur temps à tenter de voiler la vue du gardien adverse lorsqu'il décoche son puissant tir frappé. Il leur a plutôt suggéré de se positionner pour saisir les retours.

Étant donné qu'un de ses coéquipiers, l'attaquant Brendan Gallagher, a subi une fracture à la main lorsque le tir de Weber l'a atteint devant le filet, il semble que ce soit un judicieux conseil.

« Il vous dit personnellement de vous diriger vers le côté du filet si vous le voyez s'élancer, a expliqué Shaw. Vous voyez bien que son tir n'a pas besoin d'aide pour battre un gardien. Nous l'avons vu à plusieurs reprises. »

Donc quand on a demandé à Shaw si c'était un peu comme un super-héros qui avait peur de blesser des innocents parce qu'il ne pouvait contrôler ses pouvoirs, comme dans X-Men par exemple, il était initialement d'accord.

« Oui, je crois, a d'abord répondu Shaw. En fait, non parce qu'il peut le contrôler. Il contrôle la vitesse, il contrôle la puissance et il contrôle la précision. »

Dans les bandes dessinées de X-Men, les mutants étaient inscrits à l'école du professeur Charles Xavier pour jeunes surdoués afin d'apprendre à contrôler leurs pouvoirs et, éventuellement, devenir un X-Men.

Donc, est-ce que Weber a gradué et est devenu un X-Men?

« C'est exactement ça», a répondu Shaw.

C'est de cette manière dont les joueurs des Canadiens, et particulièrement leurs adversaires, parlent du tir frappé de Weber, un super-pouvoir qu'il déclenchera à nouveau samedi lorsqu'il tentera de défendre son titre lors de la compétition du tir le plus puissant de la LNH Oscar Mayer du Concours d'habiletés du Match des étoiles Coors Light de la LNH au Staples Center de Los Angeles (19 h (HE); TVA Sports, NBCSN, CBC, SN).

Weber a remporté la compétition au cours des deux dernières années, en enregistrant un tir de 108,5 milles à l'heure en 2015 et un autre de 108,1 milles à l'heure l'an dernier. Il s'agissait des deuxième et troisième tirs les plus puissants de l'histoire de la compétition derrière celui à 108,8 milles à l'heure du capitaine des Bruins de Boston, Zdeno Chara, en 2012.

Weber (6 pieds 4 pouces, 232 livres), avec son humilité habituelle, croit que c'est le niveau de flexibilité de son bâton qui lui donne un avantage lors de la compétition au cours de laquelle chaque joueur s'élance vers une rondelle placée dans l'enclave pour décocher un tir au but, une situation qui ne survient presque jamais durant un match.

« J'utilise un bâton très rigide, a déclaré Weber. Un gars comme (le défenseur des Jets de Winnipeg Dustin) Byfuglien, qui effectue des tirs très puissants, je crois qu'il utilise des bâtons plus souples. Donc, dans des situations différentes, il peut obtenir des tirs différents. Un tir direct de sa part n'est peut-être pas aussi puissant que plusieurs peuvent l'imaginer, mais il lance vraiment fort. »

Bien sûr, le tir de Weber est bien plus utile aux Canadiens pendant les matchs. Avant la rencontre de mardi face aux Flames de Calgary (19 h 30 (HE); RDS, SNE, SNW, NHL.TV), il avait utilisé son arme pour inscrire 11 buts, dont neuf en avantage numérique, et figurait au premier rang chez les défenseurs de la LNH à ce chapitre.

Mais pour les attaquants des Canadiens, c'est dangereux lorsque Weber prend son élan à la ligne bleue. Gallagher l'a appris à ses dépens lorsqu'il a été atteint à la main gauche par le lancer frappé de son coéquipier alors qu'il bagarrait devant le filet avec l'attaquant des Stars de Dallas, Jamie Benn, le 4 janvier.

Gallagher s'est fracturé la main et devrait encore rater cinq semaines d'activités, mais il croit que ça aurait pu être bien pire.

« Je crois que ce n'était pas un tir franc, a dit Gallagher. C'était un tir flottant. Il allait seulement à 98 milles à l'heure. Je ne sais pas à quoi aurait ressemblé ma main s'il avait décoché un tir aussi puissant qu'à l'habitude. »

Tout comme Shaw, Gallagher a aussi développé un système pour éviter les tirs dévastateurs de Weber devant le filet adverse. Comme un frappeur au baseball qui lit l'angle dans le bras du lanceur, Gallagher a appris à anticiper où Weber dirige son lancer pour ensuite se placer à un endroit où il ne sera pas atteint.

« Je suis devenu assez bon pour lire où il lance et me diriger de l'autre côté, pour prédire sa trajectoire juste en regardant la manière dont il se positionne, a expliqué Gallagher. J'en ai raté un et il m'a atteint. »

Le lancer de Weber a toujours été son atout principal au cours de sa carrière, même en revenant à l'époque où il jouait avec un bâton de bois durant sa jeunesse à Sicamous, en Colombie-Britannique. Cela explique probablement sa préférence pour les bâtons plus rigides.

« J'aimais tirer quand j'étais plus jeune, a dit Weber. C'est juste un aspect sur lequel j'ai toujours voulu travailler, que ce soit avant les entraînements ou à l'extérieur de la patinoire. J'avais un assez bon tir pour mon gabarit, même quand j'étais plus jeune. Je ne peux pas dire que j'étais aussi bon qu'aujourd'hui, mais je pouvais soulever la rondelle. Quelques jeunes avaient encore de la difficulté à le faire. »

Lorsqu'il était à l'extérieur de la patinoire, Weber pratiquait son tir à la maison. Mais l'option d'utiliser un mur de la maison comme filet a rapidement été éliminée par son père James, et Weber a dû travailler un peu plus fort pour s'entraîner.

« Mon père m'envoyait sur le côté de la maison. Si je ratais le filet, je devais aller chercher les rondelles, a lancé Weber. Si je frappais la porte du garage, je devais courir. Mon père sortait et me pourchassait. »

Aujourd'hui, ce sont les défenseurs adverses, les gardiens et même ses coéquipiers qui doivent se pousser quand Weber s'élance. Ils feraient tous bien d'écouter ses conseils.

Laissez-lui le champ libre.

En voir plus