Skip to main content

De retour avec le même ADN

L'échantillonnage est petit, mais les Canadiens reprennent là où ils ont laissé la saison dernière

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - L'échantillonnage est petit, mais les Canadiens de Montréal semblent être de retour cette saison avec le même ADN que la saison dernière.

L'ADN d'une équipe rapide, équilibrée et vaillante, qui n'abdique pas. Ça se traduit jusqu'à maintenant par une récolte de trois points sur une possibilité de quatre après deux matchs… et par Jonathan Drouin qui a retrouvé le sourire!

L'attaquant âgé de 24 ans a mis l'épaule à la roue, comme il avait déclaré qu'il le ferait, après s'être retrouvé sous les projecteurs pour de tièdes performances pendant le camp d'entraînement.

À LIRE AUSSI: Keith Kinkaid en action cette semaineNe jamais abandonner, la leçon à tirer pour le CH

« Je me sens bien. Notre trio joue bien. Je patine et je suis plus alentour de la rondelle. C'est ce que je voulais faire après avoir visionné des vidéos pendant l'été. Je veux être plus impliqué dans le jeu et c'est ce que j'ai fait dans les deux premiers matchs. Je dois continuer, ce n'est que le début. » 

Drouin a amassé une passe dans la défaite aux tirs de barrage contre les Hurricanes de la Caroline, jeudi, avant de marquer un but important dans la spectaculaire remontée face aux Maple Leafs de Toronto, samedi.

« Jonathan a livré deux très bons matchs, a commenté l'entraîneur Claude Julien. Je suis heureux de ça, mais pas satisfait », a-t-il plus tard ajouté, en passant le message qu'il souhaite le voir continuer de fournir l'effort comme il le fait.

Julien est revenu sur la pression avec laquelle Drouin doit apprendre à composer à titre d'athlète qui évolue dans sa ville natale.

« Ce n'est pas l'explication à tout, mais c'est une partie de l'explication, a-t-il élaboré. Il veut bien faire pour l'équipe et pour tout le monde. Ça prend parfois du temps avant de tout bien gérer ça et nous sommes là pour l'aider et l'encourager. Nous nous portons à sa défense parce que nous connaissons la situation. » 

Byron et Weal

Un des atouts du Tricolore, c'est l'équilibre qu'il présente à l'attaque. Les quatre trios peuvent se mettre en évidence. Et même quand ça fonctionne moins bien, l'entraîneur Julien peut tenter de créer l'étincelle en apportant des changements, comme il l'a fait samedi. D'avoir dans la formation des attaquants polyvalents comme Paul Byron et Jordan Weal, ça facilite la tâche de l'entraîneur. Drouin a marqué en évoluant avec Max Domi et Byron, samedi.

Video: MTL@TOR: Drouin profite d'un bond chanceux

« Ils (Byron et Weal) nous donnent beaucoup de flexibilité parce qu'ils peuvent jouer sur un premier trio, ou même en supériorité numérique ainsi qu'en infériorité numérique, a noté Julien. Ce sont d'anciens joueurs de centre, ils possèdent donc plusieurs cordes à leur arc pour dépanner quand on est mal pris. »  

Byron et Weal font partie du quatrième trio, que pivote le vétéran Nate Thompson. Ça n'a pas empêché Julien de les désigner pour la séance des tirs de barrage contre les Maple Leafs, qui ont rappliqué avec leurs trois plus hauts salariés Auston Matthews, Mitch Marner et John Tavares.

« Je ne regarde jamais dans quel trio on m'a inséré en me présentant à l'aréna, a dit Byron. Je suis à l'aise avec n'importe qui et je suis capable de jouer avec n'importe qui. Je suis toujours prêt à tout. Je connais mon rôle et j'essaie de m'en acquitter le mieux possible en redoublant d'ardeur. »

M. Émojis

Le gardien réserviste Keith Kinkaid a sa façon bien à lui sur Twitter de souligner les victoires de son équipe. Il l'a démontré dans un gazouillis qui a piqué la curiosité, dimanche. On pourrait le surnommer Monsieur Émojis.

Tweet from @Blockaid1: #gohabsgo get the W on this wild Saturday night in the 6������. ������ & ������each tallying 1🚨& 1🍎. 👨🏼w/ 3pt night(1🚨,2🍎). ���🏽 getting his 1st 🚨of the year. 🧫 w/ a big PS 🚨. Adding 🍎s are 🚀(2)&🇫🇮(1). 🐆 w/ the lone shootout 🚨.💲w/ 32svs & sealing the deal in the Shootout! pic.twitter.com/9vmIicXwbr

« Je fais ça depuis mon passage chez les Devils du New Jersey. Je me suis inspiré du joueur de baseball Didi Gregorius des Yankees de New York. Comme je suis un fervent des Yankees, j'ai décidé de l'imiter. C'est amusant pour les partisans d'essayer de décoder le texte. »

L'attaquant recrue Nick Suzuki s'est prêté au jeu après la séance d'entraînement en tentant de déchiffrer le code, et il s'est plutôt bien tiré d'affaire. On lui attribue la note B.
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.