Skip to main content

Les buts refusés pour obstruction sous la loupe des DG

La salle de révision de la LNH, et non les officiels, prendrait la décision finale

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

BOCA RATON, Fla - La salle de révision de la Ligue nationale de hockey à Toronto pourrait dorénavant être l'endroit où se prend la décision finale dans les cas de situations d'obstruction sur le gardien de but. C'est ce que souhaitent les directeurs généraux, actuellement réunis à Boca Raton.

À l'heure actuelle, ce sont les officiels sur la glace qui ont le dernier mot sur ce type de jeu, bien qu'ils soient en contact avec les membres du Département des opérations hockey de la salle de révision avant de rendre une décision quant à la validité d'un but ou non.

La Ligue espérait être en mesure d'annoncer des changements potentiels au processus de révision des buts, mais puisqu'un tel changement entraînerait une modification du déroulement du jeu, elle doit tout d'abord vérifier si l'approbation d'autres organisations, telles que l'Association des joueurs de la LNH, l'Association des officiels ainsi que le Bureau des gouverneurs, est nécessaire.

Les changements au processus de révision s'appliqueraient dès maintenant. Toutefois, si l'approbation du Bureau des gouverneurs est nécessaire, la Ligue aura besoin d'un vote unanime afin d'être en mesure d'effectuer un changement en plein milieu de la saison.

« De ce que j'en comprends de la part des directeurs généraux, c'est qu'ils veulent plus de constance », a expliqué Colin Campbell, vice-président directeur des opérations hockey de la LNH, à la suite de la deuxième journée de la rencontre annuelle des directeurs généraux. « Ce n'est pas important qui va s'en occuper, mais plutôt que ce soit cinq personnes [dans la salle de révision] qui participent au [processus de révision], deux qui font la tâche 90 pour cent du temps et une fois en séries éliminatoires, que ce soit un seul individu qui s'en charge. »

La question qui reste en suspens est de savoir si la personne responsable de rendre une décision sera parmi un groupe d'officiels de la LNH à la retraite, qui seraient présents dans la salle de révision, ou s'il s'agira d'un membre de l'équipe d'opérations hockey de la Ligue.

« Cette année, nous avons le personnel nécessaire pour le faire, a dit Campbell. Nous allons peut-être faire un changement en ce qui a trait à la présence d'officiels et ce qu'on en fait dans la salle de révision. »

Par contre, Campbell ne s'attend pas à ce que de grands changements quant au processus de révision et les décisions qui s'en suivent, peu importe qui aura la tâche d'appeler la décision finale, puisque les personnes qui étaient dans la salle de révision ont été en accord avec le choix des arbitres la majorité du temps.

Le vice-président des opérations hockey de la LNH, Kris King, a révélé lundi que parmi les 170 décisions liées à de l'obstruction sur un gardien cette saison, en 1100 matchs, seulement quatre avaient mené à un fort désaccord entre la salle de révision et les officiels sur la glace.

Campbell a ajouté que c'est la salle de révision qui a le dernier mot quant aux révisions de hors-jeu sur contestation de l'entraîneur et que jamais il n'y avait eu désaccord avec les officiels.

« Au final, il y a quelqu'un qui devra rendre une décision et il y aura presque toujours quelqu'un d'autre qui va débattre en regardant la séquence d'une autre façon et dire qu'il est en accord ou non. Nous pourrions être sept à regarder la même séquence et je peux garantir que nous n'aurons pas la même opinion », a souligné le DG des Jets de Winnipeg, Kevin Cheveldayoff.

La LNH ne compte toutefois pas modifier la définition de ce qu'est l'obstruction sur le gardien de but, a indiqué Campbell. Il a aussi ajouté que si la Ligue n'obtient pas les approbations nécessaires pour effectuer les changements au processus de révision, ce sera le statu quo d'ici à la fin du calendrier.

« On va le savoir demain », a mentionné Campbell.

Mardi, les directeurs généraux ont refusé de modifier la définition d'un hors-jeu afin de permettre à un joueur qui semble être à l'intérieur de la zone, mais dont le patin ne touche pas à la glace au-dessus de la ligne bleue, de ne pas être hors-jeu.

 Selon Campbell, 16 buts ont dû être annulés cette saison après une révision vidéo, puisqu'un joueur se retrouvait dans une situation de la sorte en entrée de zone. Le Département des opérations hockey était à l'origine de cette demande, mais seulement 10 directeurs généraux ont acquiescé en ce sens. La Ligue a besoin de l'approbation des deux tiers des DG pour recommander un changement à un règlement.

« Seize buts, c'est minime, a rappelé le DG des Golden Knights de Vegas, George McPhee. Lorsqu'on fait un changement à un règlement, ça peut créer d'autres situations et problématiques auxquelles nous n'aurions pas pensé. On veut éviter que ça arrive. Nous comprenons ce qu'est le règlement du hors-jeu en ce moment et avec seulement seize buts, ce qui n'est même pas la moitié d'un pour cent de tous les filets cette saison, ça ne vaut pas la peine de faire des changements drastiques. »

Les directeurs généraux ont aussi analysé deux nouveaux règlements potentiels. Une pénalité pour avoir retardé le match pourrait être décernée à un joueur qui déplace volontairement le filet, ainsi que d'effectuer la mise en jeu en début de période dans la zone d'une équipe qui écoule une pénalité écopée lors de l'engagement précédent. Les discussions n'ont pas mené à des changements dans ces deux dossiers.

Campbell a aussi questionné les DG à savoir s'ils voulaient que les arbitres sévissent davantage lorsqu'une bagarre éclate à la suite d'une mise en échec légale. L'opinion de l'ancien capitaine des Coyotes de l'Arizona Shane Doan, qui est consultant pour le Département des opérations hockey, a été prise en considération.

« Après avoir posé la question, les directeurs généraux ont dit être satisfaits de la manière de faire actuelle », a conclu Campbell.

 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.